voir


voir

voir [ vwar ] v. <conjug. : 30>
XIIe veoir; vedeir 980; lat. videre
I V. intr. (1080 vedeir) Percevoir les images des objets par le sens de la vue. C'est « un postulat bien ancré, qu'un nouveau-né [...] “ça” ne voit pas » (F. Leboyer). Ne plus voir : perdre la vue ( aveugle) . Ne voir que d'un œil ( borgne) . Regarder sans voir. Voir trouble, confusément, mal, à peine (cf. fam. Ne pas avoir les yeux en face des trous). On ne voit pas à dix pas. « Tu as bu, Grémio, tu vois double » (Musset). Voir clairement, distinctement. On commence à y voir clair. Il n'y voit pas très bien : il souffre d'un trouble, d'une affection de la vue (fam. bigleux, miro) . N'y voir goutte. « Tandis qu'à peine à tes pieds tu peux voir » (La Fontaine). Mettez vos lunettes pour mieux voir. Voir au loin, très loin (cf. Avoir des yeux de lynx, d'aigle).
Loc. Voir loin : prévoir. Ne pas voir plus loin que le bout de son nez. Ne voir que par les yeux de qqn, se fier entièrement à son jugement, suivre son opinion en tout. Voir avec les yeux de la foi : considérer les choses à la lumière de la foi.
II V. tr. dir. (980)
1Percevoir (qqch.) par les yeux. Voir qqch. de ses yeux, de ses propres yeux. « Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue » (Racine). Allus. littér. J'ai vu, de mes yeux vu. Les aventuriers « avaient vu, de leurs yeux vu la mer Pacifique » ( Michelet). Je le vois très bien. distinguer. Il a tout vu, tout observé sans être vu. Je l'ai à peine vu. apercevoir, entrevoir. « Voir tout cela d'un clin d'œil » (Balzac). embrasser, saisir. « Je faisais semblant de ne pas les voir » (France). « Dans la haute montagne, il avait vu de près des glaciers » (Aragon ). Que vois-je ? (exprime l'étonnement). Une femme agréable à voir, plaisante, jolie. Cela fait plaisir à voir. Demander à voir les cartes d'un joueur. Payer pour voir (au poker). Fig. Payer par curiosité. J'ai vu cela dans le journal. 1. lire.
Loc. Voir le jour : naître; paraître (choses). N'y voir que du feu. En voir trente-six chandelles. Loc. Voir la paille dans l'œil du voisin et ne pas voir la poutre dans le sien. Je l'ai vu comme je vous vois, aussi réellement. — FAIRE VOIR. montrer. Faites-moi voir les lieux, le fonctionnement de l'appareil. Il nous a fait voir ce qu'il fallait faire, comment il fallait procéder. Se faire voir : se montrer (personnes). Il essaie de ne pas se faire voir : il se cache. « Il y a des endroits où il faut se faire voir » (La Bruyère). Se faire voir avec qqn. Se faire voir sous son bon jour. Loc. fam. Va te faire voir (chez les Grecs) ! (cf. Aller au diable).
♢ LAISSER VOIR : permettre qu'on voie; ne pas cacher. Laissez-moi voir le cadeau. Ne pas laisser voir son trouble. (Choses) Montrer. « Ces ouvertures ne laissaient voir qu'un arrière-plan de rochers » (Chateaubriand).
Avoir l'image de (dans l'esprit). se représenter. Voir qqn en rêve, en fermant les yeux. Ma future maison, je la vois en Italie. « Je vois d'ici la page de mon dossier » (Romains). Loc. fam. Tu vois ça d'ici ! imagine cela (cf. Tu vois le tableau). Don de voir l'avenir ( voyance) .
♢ VOIR... (et inf.). « J'ai vu mourir [...] des centaines et des centaines de blessés » (Duhamel). « Il croyait voir quelqu'un venir à lui » (Hugo). Je vois tout tourner. REM. L'accord de vu se fait quand le compl. du verbe voir est le sujet de l'inf. : Les voitures que j'ai vues rouler; les voitures que j'ai vu conduire. Loc. Voir venir qqn (avec ses gros sabots). venir (I, A). Allus. littér. « Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? » (Perrault). Absolt Il faut voir venir, attendre. (Choses) Le pays qui l'a vue naître, où elle est née. — VOIR... (et attribut). Quand je l'ai vue si malade, j'ai appelé le médecin. Je les ai vus en bien mauvais état. Vous m'en voyez ravi, navré : je suis ravi, navré de cela. « La nuit sera mauvaise. On voudrait les voir revenus » (Michelet). Je voudrais bien le voir parti, qu'il parte. « Je voudrais la voir mariée avec le marquis » (Molière). Loc. fam. Je voudrais vous y voir ! (dans cet état, cette situation difficile) :à ma place vous n'agiriez pas autrement. — VOIR... (et relative). Je la vois qui vient. — VOIR... (et particip.). « Un jour l'évêque le vit faisant la charité » (Hugo).
2Être spectateur, témoin de (qqch.). Voir une pièce de théâtre, un film, un match. assister (à). « Avez-vous jamais vu les courses d'Angleterre ? » (Musset). J'ai vu toute la scène, le drame, l'accident. J'y suis allé seulement pour voir, en spectateur. « je fais des vœux pour que nos fils ne voient plus jamais la guerre » (Maupassant). connaître, 1. vivre. Voir une ville, un pays, y aller, visiter. Loc. Vieilli Voir Naples et mourir (parce qu'il n'y a rien de plus beau à voir). C'est une chose à voir, qui mérite d'être vue (cf. fam. Ça vaut le détour, le déplacement). Voir du pays : voyager.
Loc. En voir de belles. On n'a jamais rien vu de pareil. Vous n'avez encore rien vu : vous allez voir mieux encore. Fam. Qu'est-ce qu'il ne faut pas voir ! (marque la révolte). Fam. Tu vois ce que je vois ? (marque l'étonnement; cf. Pince-moi, je rêve). Vous allez voir ce que vous allez voir (menace). Loc. fam. On aura tout vu ! (marque l'incrédulité ou l'indignation; cf. C'est le comble). « Vraiment, on aura tout vu » (Sarraute). Par ext. J'en ai vu bien d'autres ! j'ai vu pire. En faire voir à qqn (de toutes les couleurs, des vertes et des pas mûres), lui causer des tourments (cf. Mener la vie dure). « il en avait trop vu et de toutes les couleurs » (Simenon).
3Être, se trouver en présence de (qqn). « Comment jugerais-je d'un homme que je n'ai vu qu'une après-midi » (Rousseau). Je l'ai vu la semaine dernière. Je l'ai déjà vu, je ne l'ai jamais vu. rencontrer. Pourrais-je voir le chef de service ? Aller, venir voir qqn, lui rendre visite. Venez me voir demain. Médecin qui va voir ses malades; représentant qui va voir un client. visiter. Il ne veut voir personne. fréquenter, recevoir. Je ne le vois plus, j'ai rompu avec lui. Loc. fam. Je l'ai assez vu : j'en suis las, je ne tiens plus à le voir. Je ne peux pas le voir (en peinture), le supporter.
Trouver, rencontrer (qqch.). « Une petite lampe comme on en voit dans les cuisines de campagne » (Bosco),comme il y en a...
4Regarder attentivement, avec intérêt. examiner. J'ai vu le courrier ( 1. lire) ; j'ai vu et corrigé ce texte. Il faut voir cela de plus près, considérer. Allez voir ce qui se passe à côté. Voyez ce que dit le dictionnaire, consultez-le. Voyez ci-dessous. Voir un malade, l'examiner.
Prêter attention à, avoir présent à la vue. remarquer. J'ai vu des fautes dans ce texte. découvrir. « Laide, plate, insignifiante, une de ces filles qu'on ne voit pas » (Maupassant). percevoir. Absolt observer. Il ne sait pas voir : il est mauvais observateur. « Apprendre à voir est le plus long apprentissage de tous les arts » (Goncourt). — VOIR QUE... J'ai vu qu'il allait tomber. « Lorsqu'elle vit [...] que l'escalier était obscur » (Musset). — VOIR COMME, SI... Voyez comme il est grand. Allons voir si elle est prête. « Mignonne, allons voir si la rose » (Ronsard). Loc. fam. Allez voir là-bas si j'y suis : allez-vous-en (pour se débarrasser d'un importun).
5(Abstrait) Se faire une opinion sur (qqch.). Voyons un peu cette affaire. considérer, étudier. Il faut voir ce qu'on peut faire. Absolt Il faut voir, nous allons voir, réfléchir (avant un choix). On verra : on décidera plus tard. C'est tout vu : c'est tout décidé ( 1. vu) . PROV. Qui vivra verra, l'avenir seul permettra d'en juger (souvent en contexte fataliste). On verra bien ! attendons la suite des événements sans faire d'hypothèses. Je voudrais bien voir ce qu'il ferait à ma place, je voudrais savoir. Il verra de quel bois je me chauffe ! — POUR VOIR : pour se faire une opinion. « Touchons un peu pour voir : en effet, c'est bien lui » (Molière). (En menace) Essaie un peu, pour voir ! — VOIR QUE, COMME, COMBIEN... constater. « On voit bien que tu es jeune » (Zola). Je vois que vous ne m'avez pas oublié. Quand il a vu qu'il avait tort..., quand il s'en est rendu compte, quand il en a pris conscience. Voyez comme le hasard fait bien les choses ! « J'ai vu combien l'usage du monde donne d'aisance » (Beaumarchais). — VOIR SI... éprouver, 1. savoir. Voyez si elle accepte, informez-vous-en. Il faut d'abord voir, c'est à vous de voir si la chose est possible. Il téléphonait pour voir si elle était chez elle.
En incise, pour appuyer une opinion en invitant à la réflexion. « Les femmes, voyez-vous, ça ne dit jamais la vérité » (Maupassant). « Vois-tu [...] ce qui est beau, c'est d'être simple » (A. Daudet).
♢ VOIR (après un verbe sans compl.). donc. Fam. Voyons voir ! Regardez voir sur la table s'il y est. Dites voir. « Alors, explique voir » (Queneau). « Essaye voir ! » (Zola). « Attendez un peu voir, me dit Françoise » (Proust).
♢ VOYONS ! s'emploie en manière de reproche, pour rappeler à la raison, à l'ordre. « Calmez-vous, voyons ! » (Céline) . « Voyons, qu'est-ce qui vous prend ? » (Maupassant). « Voyons, mon petit » (Flaubert). Un peu de bon sens, voyons. « Il me répondit “Ben ! Voyons !” comme s'il s'agissait là d'une évidence » (Saint-Exupéry).
6Se représenter par la pensée. concevoir, imaginer. Voir la réalité telle qu'elle est. C'est une manière, une façon de voir, un point de vue personnel. « Il se voyait, se sentait perdu » (Maupassant). « Jamais elle ne cherchait à imposer aux autres ses façons de voir » (Martin du Gard). « Je vous vois pas dans un bureau » (Fallet). Nous ne voyons pas de quoi il s'agit, de qui vous parlez. « Vous voyez ce que je veux dire » (Duras). « C'était tout juste devenu un sujet de conversation, si vous voyez ce que je veux dire » (Le Clézio). Ah ! je vois ! je comprends fort bien (souvent iron.). Tu vois, expression qui revient dans les dialogues, en incise. Je ne vois plus rien à dire, je ne trouve plus rien, il n'y a plus rien. J'ai vu le moment où il se mettait en colère : il a été sur le point de se mettre en colère. Je vois un inconvénient à cela, j'estime qu'il y a un inconvénient. Si vous n'y voyez pas d'inconvénient : si vous êtes d'accord, si vous le permettez. — Voir grand : avoir de grands projets.
♢ VOIR... EN (qqn),le considérer comme. « Il vit en elle une bienfaitrice » (Balzac).
7 ♦ AVOIR QQCH. À VOIR (avec, dans) : avoir une relation, un rapport avec (seult avec pas, rien, peu). Je n'ai rien à voir dans cette affaire, là-dedans : je n'y suis pour rien, cela ne me concerne pas. « La patience n'a rien à voir avec la simple attente » (A. Gide),n'est pas comparable à... Absolt Cela n'a rien à voir ! c'est tout différent. « La sensualité n'a pas grand-chose à voir avec les sentiments » (Maurois).
III V. tr. ind. VOIR À (et inf.) :songer, veiller à. « Nous verrons à entraîner votre oncle » (Huysmans). Fam. Il faudrait voir à ne pas nous raconter d'histoires ! Fam. (Il) faudrait voir à voir ! il faudrait songer à faire attention (formule d'avertissement, parfois de menace). Et de lui expliquer qu'« il était hors de question de faire des bêtises avant d'y avoir réfléchi; qu'il fallait voir à voir » (Perec). IV ♦ SE VOIR v. pron.
1(Réfl.) Voir sa propre image. Se voir dans une glace. « On ne se voit pas dans la mer » (Prévert).
(Avec l'attribut d'objet, un compl.) Quand je me suis vue dans cet état. Elle ne s'est pas vue mourir. sentir. S'imaginer. Ils se voyaient déjà morts (cf. Croire sa dernière heure arrivée). Je ne me vois pas habiter là, habitant là; je me vois mal le suppliant, je l'imagine mal, cela n'est guère possible ou ne me plaît guère. — (Employé comme semi-auxil.) Elle s'est vue contrainte à renoncer (un sujet, donc accord du p. p.),elle fut, elle se trouva contrainte. Elle s'est vu refuser l'entrée du club, on lui a refusé l'entrée (deux sujets, pas d'accord). « À sa grande stupeur, le romancier s'est vu citer en justice » (Duhamel).
2(Récipr.). Se rencontrer, se trouver ensemble. Des amoureux qui se voient en cachette. Nous nous sommes vues récemment. Nous ne nous voyons plus. fréquenter. Loc. fig. Ils ne peuvent pas se voir : ils se détestent. ⇒ se sentir.
3(Pass.) Être, pouvoir être vu. Un film qui se voit avec plaisir.
Être remarqué, visible. Une reprise qui ne se voit pas. Loc. Cela se voit comme le nez au milieu de la figure. visible.
Se rencontrer, se trouver. Cet appareil se voit encore dans les campagnes. Loc. Cela se voit tous les jours (cf. Déjà vu). Cela ne s'est jamais vu : c'est impossible, inepte.
⊗ HOM. Voire; virent :vire (virer); visse :visse (visser); vis :vis (1. vivre).

voir verbe transitif (latin videre) Percevoir quelqu'un, quelque chose par les yeux, les organes de la vue : Sans lunettes, il ne peut rien voir. Être le témoin visuel d'un fait, d'un événement, assister à quelque chose en spectateur : Il avait vu toute la scène. Je dois aller voir cette pièce prochainement. Regarder, examiner quelque chose, visiter un lieu : J'ai vu trois appartements dans la journée. Se trouver en présence de quelqu'un, lui rendre visite, le rencontrer : Il faudra voir un avocat. Être en relation avec quelqu'un, le fréquenter : Je ne le vois plus depuis un an. Prendre conscience de quelque chose, le connaître, en faire l'expérience : J'ai vu la situation changer. Se représenter mentalement une réalité qui n'est pas présente : La nuit dernière, je vous ai vu en rêve. Être le témoin d'une époque, d'un événement ; être le lieu, le moment où quelque chose se produit : Une région qui a vu plusieurs invasions. Envisager quelqu'un, quelque chose de telle ou telle façon : Je le vois très bien professeur. Remarquer un fait ; se rendre compte, constater ; prendre connaissance de quelque chose : Je vois que vous êtes d'un avis différent. S'occuper de quelque chose, de quelqu'un, en particulier dans le cadre du travail : J'ai encore cinq clients à voir. Envisager quelque chose ; savoir, percevoir par l'esprit : Nous allons voir si une solution est intervenue. Maintenant, je vois que je me suis trompé. Saisir tous les éléments, toutes les données d'un problème, d'une situation : Un candidat qui a (bien) vu le sujet. Considérer quelque chose, quelqu'un, les comprendre, les juger d'une certaine façon : Voir tout en noir. Voir un concurrent d'un mauvais œil. Devant une proposition infinitive, a une valeur d'auxiliaire correspondant à une tournure avec avoir, connaître : Cette industrie a vu croître fortement sa production. ● voir (citations) verbe transitif (latin videre) Henri Frédéric Amiel Genève 1821-Genève 1881 Revois deux fois pour voir juste, ne vois qu'une pour voir beau. Journal intime, 26 décembre 1852 Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Mais enfin je l'ai vu, vu de mes yeux, vous dis-je ! Fables, le Dépositaire infidèle Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 Je l'ai vu, dis-je, vu, de mes propres yeux vu, Ce qu'on appelle vu […]. Le Tartuffe, V, 3, Orgon François Rabelais La Devinière, près de Chinon, vers 1494-Paris 1553 Croyez-le, si voulez ; si ne voulez, allez y voir. Le Quart Livre, 38 Jean Racine La Ferté-Milon 1639-Paris 1699 Depuis cinq ans entiers chaque jour je la vois, Et crois toujours la voir pour la première fois. Bérénice, II, 2, Titus Victor Segalen Brest 1878-Huelgoat 1919 Tant de choses entr'aperçues, ne pourront jamais être vues. Peintures Plon Paul Valéry Sète 1871-Paris 1945 Ceux qui voient les choses trop exactement ne les voient donc pas exactement. Mauvaises Pensées et autres Gallimard Paul Valéry Sète 1871-Paris 1945 Chacun est à chaque instant mené par ce qu'il voit le plus nettement, composé avec ce qu'il voit le moins clairement. Mélange Gallimard Bible Écoutez donc ceci, peuple stupide et irréfléchi : avec leurs yeux, ils ne voient rien, avec leurs oreilles, ils n'entendent rien ! Ancien Testament, Jérémie V, 21 Commentaire Citation empruntée à la « Bible de Jérusalem ». Farid al-Din Attar Nichapur vers 1119-vers 1190 ou vers 1220 Tout ce que tu as su ou vu n'est ni ce que tu as su ni ce que tu as vu. Langage des oiseaux voir (difficultés) verbe transitif (latin videre) Conjugaison Attention à la première personne du futur (je verrai) et du conditionnel présent (je verrais), ainsi qu'au i après le y à la première et à la deuxième personne du pluriel de l'indicatif imparfait et du subjonctif présent : (que) nous voyions, (que) vous voyiez. Emploi et registre 1. Comme on voit / comme on le voit : le pronom le est facultatif. On dit aussi bien il est là, comme vous voyez que il est là, comme vous le voyez. 2. Il ferait beau voirque (+ subjonctif), il ferait beau voir (+ infinitif) = il ne manquerait plus que (de), appartient au registre soutenu. Il ferait beau voir qu'il vienne me demander un service, après cela ; il ferait beau voir quelqu'un d'aussi désintéressé jouer les hommes d'affaires. 3. Voirmarquant l'insistance. Dans l'expression orale familière, voir est souvent employé après certains verbes à l'impératif (attendre, dire et certains verbes de perception, notamment) pour marquer l'insistance : attendez voir, regarde voir, écoutez voir, dites voir, voyons voir. 4. Voir à ce que (+ subjonctif), voir à (+ infinitif) = veiller à, songer à. Voyez à ce qu'ils aient tout ce qui leur est nécessaire ; il faudrait voir à terminer à l'heure. - La formule plaisante il faudrait voir à voir (= il faut tâcher d'être vigilant, attentif, sérieux, etc.) est familière. 5. Pour voir, employé seul en fin de phrase exclamative, avec diverses nuances de plaisanterie, d'ironie, de défi, etc., est familier : fais-le toi-même, pour voir ; essaye un peu, pour voir. 6. Recommandation Éviter voir après au sens de « venir chercher, demander, chercher à rencontrer ». Dire : il est venu me chercher, il m'a demandé, il voulait me voir (et non il voulait voir après moi). Accord Vu (+ infinitif) : je l'ai vue recevoir l'averse ; elle s'est vu refuser une subvention. Voir grammaire : participe passé. Construction Vu, participe passé. On omet toujours pas dans des tours tels que : il y a longtemps que je ne l'ai vu ; depuis plus de deux ans que je ne l'ai vu (comparer avec : il y a longtemps que je ne l'ai pas entendu). ● voir (expressions) verbe transitif (latin videre) Populaire. Aller se faire voir, aller au diable. À voir + nom, si l'on en juge par : À voir son train de vie, on le croirait très riche. Ça n'a rien à voir, ça n'a aucun rapport avec notre sujet. Familier. En voir, en faire voir (à quelqu'un), subir, faire subir à quelqu'un des épreuves, des avanies de toutes sortes. Être à voir, offrir de l'intérêt : Ce spectacle est à voir. Faire voir (quelque chose), montrer, permettre de constater. Je voudrais (bien) vous y voir, si vous étiez à ma place, vous ne feriez sans doute pas mieux. Laisser voir, permettre de regarder ; faciliter la vue de ; ne pas dissimuler ce qu'on ressent. N'avoir rien à voir dans quelque chose, n'être absolument pas concerné par quelque chose. Familier. Ne pas pouvoir voir quelqu'un, quelque chose (en peinture), ne pas pouvoir les supporter. Ne voir que quelque chose, n'avoir pas d'autre objectif, pas d'autre souci. Se faire voir quelque part, se trouver, se montrer en un lieu où l'on a intérêt à être vu. Voir, voyez (abréviation V.), indication par laquelle on introduit un renvoi à une autre partie d'un ouvrage : Voyez p. 100.voir (homonymes) verbe transitif (latin videre)voir (synonymes) verbe transitif (latin videre) Percevoir quelqu'un, quelque chose par les yeux, les organes de la...
Synonymes :
- découvrir
Être le témoin visuel d'un fait, d'un événement, assister à...
Synonymes :
- assister à
Être en relation avec quelqu'un, le fréquenter
Synonymes :
- frayer avec (littéraire)
Se représenter mentalement une réalité qui n'est pas présente
Synonymes :
Être le témoin d'une époque, d'un événement ; être le lieu...
Synonymes :
- connaître
Envisager quelque chose ; savoir, percevoir par l'esprit
Synonymes :
Saisir tous les éléments, toutes les données d'un problème, d'une...
Synonymes :
- pénétrer
Considérer quelque chose, quelqu'un, les comprendre, les juger d'une certaine façon
Synonymes :
Faire voir (quelque chose)
Synonymes :
- présenter
Se faire voir quelque part
Synonymes :
- paraître
voir verbe transitif indirect Littéraire. Voir à, voir à ce que, être attentif à faire quelque chose, faire en sorte que, veiller à ce que : Nous verrons à ce que tout soit en place.voir verbe intransitif Percevoir les images des objets par les organes de la vue : Mettez des lunettes pour voir. Familier. A une valeur d'insistance après un impératif et devant un infinitif : Dites voir.voir (expressions) verbe transitif indirect Littéraire. Voir à, voir à ce que, être attentif à faire quelque chose, faire en sorte que, veiller à ce que : Nous verrons à ce que tout soit en place.voir (homonymes) verbe transitif indirect voire adverbevoir (citations) verbe intransitif Pierre Corneille Rouen 1606-Paris 1684 Je vois, je sais, je crois, je suis désabusée. Polyeucte, V, 5, Pauline Pierre Daninos Paris 1913 Quarante années durant, j'ai vu. Aujourd'hui, je regarde. Les Carnets du major W. Marmaduke Thompson Hachette Joseph Arthur, comte de Gobineau Ville-d'Avray 1816-Turin 1882 Les aveugles entendent mieux que personne ; les sourds voient plus loin. Mademoiselle Irnois Arthur Rimbaud Charleville 1854-Marseille 1891 Et j'ai vu quelquefois ce que l'homme a cru voir ! Poésies, le Bateau ivre Claude Roy Paris 1915-Paris 1997 Le secret de l'art de voir : c'est la sympathie. Le Commerce des classiques, Montesquieu Gallimard Ovide, en latin Publius Ovidius Naso Sulmona, Abruzzes, 43 avant J.-C.-Tomes, aujourd'hui Constanţa, Roumanie, 17 ou 18 après J.-C. [Les femmes] viennent pour voir, elles viennent aussi pour être vues. Spectatum veniunt, veniunt spectentur ut ipsae. L'Art d'aimer, I, 99 Commentaire Il s'agit d'aller au spectacle. Caius Julius Caesar, en français Jules César Rome 100 ou 101-Rome 44 avant J.-C. Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu. Veni, vidi, vici. Rapporté par Suétone dans Vies des douze Césars, César, XXXVII Commentaire C'est par ces mots célèbres que César décrivit au sénat la rapidité de la victoire qu'il venait de remporter à Zéla sur Pharnace II, roi du Bosphore. ● voir (expressions) verbe intransitif Façon, manière de voir, manière propre à quelqu'un de juger les choses ; opinion, point de vue de quelqu'un sur quelque chose. Je verrai, exprime qu'on remet à plus tard une réponse. Pour voir, pour tenter une expérience. Voir juste, bien juger, être perspicace. Voir loin, avoir de la prévoyance, être perspicace. Voyons, sert à exhorter quelqu'un à agir ou à parler, ou bien à le rappeler à l'ordre : Pressez-vous, voyons, il faut partir.voir (homonymes) verbe intransitif voire adverbe

voir
v.
rI./r v. tr.
d1./d Percevoir (qqn, qqch) avec les yeux, par la vue. Je l'ai vu comme je vous vois.
|| Absol. Posséder le sens de la vue, avoir telle vue. Il ne voit plus. Voir clair, double.
Voir loin: voir à une grande distance; fig. avoir de la perspicacité, de la clairvoyance.
|| Loc. Fam. Ne pas voir plus loin que le bout de son nez: n'avoir aucun discernement.
|| Loc. Voir le jour: naître, commencer à exister.
|| Faire voir: montrer. Il m'a fait voir sa nouvelle maison.
v. Pron. Se faire voir: se montrer.
|| Laisser voir: accepter qu'on voie, ne pas cacher. Laisser voir son dépit.
d2./d être témoin de; regarder, visiter. Nous avons vu ses exploits. Voir un spectacle, une exposition.
|| (Sujet n. de chose.) Cette terre a vu bien des combats.
|| Loc. Fam. On aura tout vu: rien ne nous sera épargné (en fait d'exagération, de scandale, etc.).
En avoir vu d'autres: ne pas en être à sa première expérience désagréable.
d3./d Rencontrer (qqn); rencontrer occasionnellement ou fréquemment. Aller voir un ami. Ne voir personne.
Ils ne se voient plus: ils ont rompu.
Fig., Fam. Je ne peux plus le voir: je le déteste.
|| Loc. Fam. (Belgique) Voir après (qqn ou qqch): aller chercher (qqn ou qqch). Je vais voir après lui. Je vais voir après un restaurant.
|| Consulter. Voir le médecin, un avocat.
d4./d Considérer attentivement, examiner, étudier. Il faut voir le problème de plus près.
Faire une chose pour voir, pour savoir ce qu'il en résultera.
|| (à l'impér., pour marquer l'encouragement, l'exhortation.) Voyons, parlez!
(Avec une nuance de réprobation.) Un peu de silence, voyons!
|| Voyez-vous, vois-tu (pour souligner ce qui vient d'être dit ou pour attirer l'attention sur ce qui va suivre). Je n'ai pas cette opinion, vois-tu.
|| (Dans un texte écrit.) Voir, voyez: se reporter, reportez-vous à... Voir ci-après. Voyez la figure page tant.
d5./d Avoir l'image mentale de. Voir en rêve.
d6./d Se faire une idée de, concevoir. Ce n'est pas ma façon de voir.
Voir la vie en rose, en noir, d'une façon optimiste, pessimiste.
|| Voir en qqn un ami, le considérer comme tel.
d7./d Saisir par la pensée. Je ne vois pas où est la difficulté.
d8./d N'avoir rien à voir avec, dans: n'avoir aucun rapport avec, être tout à fait en dehors de.
rII./r v. tr. indir. Voir à (+ inf.): veiller à, faire en sorte de. Voyez à préparer le nécessaire.
rIII/r v. Pron.
d1./d (Réfl.) Apercevoir sa propre image. Se voir dans un miroir.
d2./d (Réfl.) Avoir de soi-même (telle représentation, telle image). Je ne me vois pas du tout dans ce rôle.
|| Prendre conscience d'être; croire être. Se voir perdu.
d3./d (Récipr.) Se rencontrer. Nous nous voyons souvent.
d4./d (Passif) être vu, pouvoir être vu. L'église se voit d'ici.
Cela se voit tous les jours: cela arrive très fréquemment, c'est banal.
|| être visible. Cela se voit.

⇒VOIR, verbe trans.
1re Section. Domaine des perceptions phys.; p. ext., domaine des perceptions phys. mettant en jeu un sens différent de celui de la vue.
I. — Percevoir par le sens de la vue.
A. — Voir + subst. compl. d'obj.
1. [Le subst. désigne un objet, une réalité du monde phys.]
a) ) Enregistrer l'image de ce qui se trouve dans le champ visuel, d'une manière passive, sans intention préalable; en percevoir la forme, la couleur, la position, le mouvement. Synon. apercevoir, découvrir, distinguer, remarquer. Voir un paysage; voir une forme, une silhouette; voir qqn sans être vu; regarder et ne pas voir qqc./qqn. La maison des Vallier, derrière les vignes, était silencieuse, mais on voyait de la lumière par les fentes des volets (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 260). V. découvrir ex. 4, lunette B 1 ex. de Dumas père, œil ex. 11:
1. ... Suzanne et moi nous montions tout en haut [de l'arbre], et de la cime on criait à ceux des régions inférieures: « On voit la mer! On voit la mer! » — En effet, quand le temps était clair, on apercevait la petite ligne d'argent qu'elle faisait à quinze kilomètres de là.
GIDE, Si le grain, 1924, p. 412.
♦ [Le suj. ou l'agent désigne l'organe de la vue] La nature nous a donné, comme aux animaux, des yeux pour voir les objets que la lumière éclaire (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 151). Il croyait découvrir des choses inconnues et nouvelles, non point les choses que voyait son œil, mais des choses que pressentait son âme (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, M. Parent, 1886, p. 618). V. courrier I B 3 rem. ex. de Delille.
♦ [P. réf. à la vision du peintre] La peinture n'est pas plus la nature que la poésie n'est le dictionnaire. Elle est activité mentale et ce que le peintre montre est non ce qu'il voit mais ce qu'il pense de ce qu'il voit (Esprit, févr. 1992, p. 61).
En partic. Percevoir quelque chose à travers quelque chose. Son regard venait de se poser sur une nuque rouge, ravinée (...); il voyait des épaules pointues dans une blouse d'un bleu de ciel, des jambes tordues en cep de vigne: Célestin! (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 101).
On voit tes/ses côtes. Tu es/il est trop maigre. Vous devez prendre trois kilos pour être présentable. Vous avez la joue creuse et on voit vos côtes (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p. 36).
P. anal. [Le suj. désigne un lieu] Être situé face à. La douceur d'une terre qui voit le couchant (SENANCOUR, Obermann, t. 2, 1840, p. 122). Pelvoux tout enivré de la senteur des sauges, Cenis qui voit l'Isère, Albis qui voit les Vosges (HUGO, Légende, t. 5, 1877, p. 1188).
Voir qqc./qqn + (loc.) adv., compl. prép. ou dans un énoncé exprimant les conditions, les modalités de la perception.
♦ [Exprimant la manière dont on perçoit, la qualité de la perception] Voir clairement, confusément, à demi, à peine qqc./qqn; voir du coin de l'œil, du premier coup d'œil qqc./qqn. Nous nous reposâmes à l'ombre d'un buisson de myrte, d'où nous pouvions voir d'un seul coup-d'œil l'océan, la ville, le Tage, un horizon illimité (CRÈVECŒUR, Voyage, t. 2, 1801, p. 294). Plus la frégate approchait, plus on voyait distinctement ce petit canot: il était sale, presque démembré (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 30). V. nettement B ex. de Rolland et ex. 1.
♦ [Exprimant la position, la situation de l'objet par rapport au sujet ou réciproquement] Voir à distance, au loin qqc./qqn; voir de loin, d'en-bas, d'un balcon, d'une fenêtre, du haut d'une tour qqc./qqn; voir à l'envers, de dos, en perspective qqc./qqn. La petite Constant... C'est la fille du père Constant, le coiffeur de la rue Vavin; tu vois d'ici sa boutique bleue, surmontée d'une boule d'or, d'où pend une queue de cheval (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 392). [La neige] se confondait avec la poussière. Elle n'était qu'une sorte de poussière de plâtre, versée avec le reste dans le tourbillon. Au delà de cinquante mètres, on ne voyait rien (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 22). V. on II A 2 ex. de Giraudoux.
Voir qqc./qqn de face, de profil.
♦ [Exprimant l'apparence] Nous avons beau savoir que le soleil est un globe immense, nous le voyons toujours sous l'aspect d'un disque de quelques pouces (DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p. 69).
♦ [Exprimant le moyen utilisé] Voir au/avec un télescope; voir dans une lunette. Il faut le microscope pour voir le mouvement brownien (H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p. 200). D'où nous étions, on voyait très bien les dîneurs, et ils attirèrent mon attention beaucoup plus que le spectacle. Avec ma lorgnette je les voyais admirablement (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 261).
Voir qqc./qqn à l'œil nu.
Loc. fig. Voir qqc. par le petit bout/par le gros bout de la lorgnette, par le petit bout/par le gros bout de la lunette.
Voir qqc. à qqn/qqc. [Le compl. prép. désignant celui/ce qui porte la particularité désignée par le compl. d'obj.] Elle le poussa si rudement, qu'il tomba contre un meuble; et elle éclata d'un rire involontaire, en lui voyant une bosse au front (ZOLA, Nana, 1880, p. 1460). Les temps se font moins durs. On voit des pointes jaunes aux genêts... (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 297).
) Loc. et expr. métaph. ou fig. Voir la feuille à l'envers. Voir/avoir vu le loup, la lune. Voir midi à sa porte. Voir la paille dans l'œil du voisin et ne pas voir la poutre qui est dans le sien. En voir la farce (v. farce2). N'y voir que du bleu, que du feu (v. feu1). Quand on parle du loup, on en voit la queue.
En partic.
Voir le jour/la lumière/le soleil. Vivre. Mon enfant en moi, cet enfant intérieur en moi, cette chose en moi qui est appelée à voir le soleil à ma place, pour la première fois il a bougé (CLAUDEL, Père humil., 1920, IV, 2, p. 560).
Voir le jour/la lumière. Apparaître, se montrer. Une caissière parisienne ne pare que sa tête et son buste, le reste ne voit guère le jour (COLETTE, Sido, 1929, p. 8).
Voir le jour à/au travers (d'une chose érodée, usée). C'est (...) une femme du monde qui t'a mis dans cet état-là? (...) Oh! te voilà comme une carcasse abandonnée par les corbeaux... on voit le jour à travers! (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 320). On m'a jeté cet os à ronger et je l'ai si bien travaillé que je vois le jour au travers (SARTRE, Mots, 1964, p. 49). Absol. La femme de ménage avait jeté le morceau de savon de sa table de toilette. Elle prétendait qu'il n'y en avait presque plus, qu'on voyait au travers (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 858).
Voir le bout/la sortie du tunnel. Arriver au bout d'une période difficile. Ah! la bonne, la magnifique nouvelle [Mussolini avait démissionné] (...) il lui semblait déjà qu'il voyait la sortie de ce tunnel de quatre ans (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 262).
Voir le bout, la fin (d'un travail de longue haleine, d'une somme à dépenser). Venir à bout de. J'ai été depuis deux mois et demi absorbé par un travail dont j'ai vu la fin hier seulement (FLAUB., Corresp., 1863, p. 110). À combien pensez-vous que s'élèveront les frais d'étude? Deux mille?Oh non! (...) Je pense que vous en verrez le bout avec mille (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 792). V. fin1 A 1 c ex. de Flaubert. Souvent p. iron. On n'en voit pas la fin. C'est d'une solidité à toute épreuve; cela dure interminablement. [Les lattes de la charpente] venaient de perches de châtaignier (...). Elles passaient pour inusables, on n'en voyait pas la fin (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 137).
Voir le fond de sa bourse. Évaluer ses ressourses. Je continuais à dépenser mon bonheur avec prodigalité et je ne voyais pas le fond de ma bourse (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 61). Ne pas laisser voir le fond de sa bourse. V. bourse1 I B 4.
Ne pas voir un liard/un sou; ne pas voir la couleur de l'argent de qqn. Ne pas entrer en possession, ne pas pouvoir recouvrer une somme d'argent qui est due. Une créance de quatorze mille francs (...) a été flibustée par un brave cousin chargé de nos affaires. (...) je crois que je n'en verrai jamais un liard (FLAUB., Corresp., 1872, p. 34). Si au moins j'avais fini de vendre mes villas et mes terrains! (...) et comme de plus j'ai consenti pour les dernières que j'ai vendues des facilités de paiement, avec le moratorium je ne verrai plus un sou (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 163). V. couleur I A 1 d ex. de Audiberti.
b) ) [Implique une prise de conscience de l'objet perçu, de ses caractéristiques] Remarquer, observer. Soudain, j'ai vu mes ongles usés, mes doigts imprégnés d'une crasse indélébile par le nettoyage du poêle, par le balayage, le lavage (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 103). V. différemment A ex., dire1 ex. 1:
2. Il y a une immense différence entre voir une chose sans le crayon dans la main, et la voir en la dessinant. Ou plutôt, ce sont deux choses bien différentes que l'on voit. Même l'objet le plus familier à nos yeux devient tout autre si l'on s'applique à le dessiner: on s'aperçoit qu'on l'ignorait, qu'on ne l'avait jamais véritablement vu.
VALÉRY, Degas, 1949 [1936], p. 57.
Savoir voir qqc. Ces vitraux (...) ont une manière à eux, violente et impérieuse, d'ordonner le poème de la couleur. Si les gens savaient voir, s'ils avaient su voir et comprendre ces verrières, (...) il n'aurait pas été nécessaire d'attendre le coup de poing des Ballets Russes, en 1909, pour affranchir notre œil et notre entendement d'une servitude plusieurs fois séculaire (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 34).
Ne pas/ne plus voir qqc.; ne rien voir. Ce jour-là, il faisait sec et froid. Léon, dans la forêt, littéralement ne voyait plus la nature: il était trop occupé de ses affaires. Il « tirait des plans » (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 883). Il marcha à grands pas, sans rien voir sur son chemin, tout occupé à imaginer dans les moindres détails comment il s'y prendrait s'il lui échéait d'avoir à tuer Mathilde (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 258).
[Le compl. d'obj. désigne une pers.] Tu étais mère, tu n'étais que mère. Ton attention se détourna de moi. Tu ne me voyais plus (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 77). Michel: Sophie! tu me fais une scène, ma parole! Moi qui te connais par cœur. Yvonne: Il est possible que tu me connaisses par cœur. Mais tu ne me regardes pas. Tu ne me vois pas (COCTEAU, Parents, 1938, I, 4, p. 203). [Le suj. désigne l'organe de la vue] Madame de Sannis souriante paraissait dormir en marchant; ses yeux passèrent sur moi sans me voir (JOUVE, Scène capit., 1935, p. 203). [P. réf. à la loc. fam. circulez, il n'y a rien à voir] Enfermé dans son bunker, (...) [le général Schwarzkopf] synthétisait toutes les données. Dehors, les observateurs circulaient, car il n'y avait rien à voir (L'Express, 18 mars 1993, p. 63).
Faire voir qqc. Montrer. Elle l'a emmené en voiture, seule, deux heures dans Madrid, pour lui faire voir le clair de lune... (GONCOURT, Journal, 1864, p. 21). Les choses vues et que le poète nous fait voir sont moins la vive prise de l'œil qu'elles n'émergent d'un souvenir de sensation, d'une ancienne vision (DURRY, Nerval, 1956, p. 19). Absol. Tenez, regardez-la, la montre. Le Bœuf: Fais voir. Où as-tu trouvé ça? (AUDIBERTI, Femmes Bœuf, 1948, p. 122).
♦ [Le suj. désigne une chose] Permettre de voir; laisser voir, donner à voir. Un rayon de lune fait voir l'escalier de pierre (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 114).
P. ext. Permettre d'apprécier, de sentir. L'ornement doit être pris dans la matière même, comme s'il avait pour fin d'en mieux faire voir le grain et la dureté (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 185).
Se faire voir
Empl. pronom. réfl. S'exposer aux regards.
Paraître, se montrer (en public); se faire admirer. Les bruits de coulisses en disaient un grand bien, et, même sans cela, cette représentation eût toujours été un prétexte de se parer et de se faire voir (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 173). Tu es bien belle, ma petite (...). Marguerite sourit, sans aucune gêne apparente, tourna sur elle-même pour se faire mieux voir (AYMÉ, Jument, 1933, p. 232).
Au fig. Se faire bien voir. Se faire apprécier; se faire bien considérer. Mes fréquentations, je suis sûr qu'elles me donneraient aux bourres pour bien se faire voir, si elles savaient où je suis (R. FALLET, La Grande ceinture, Paris, Gallimard, 1982 [1956], p. 195).
Pop. Aller se faire voir ailleurs. Aller s'installer ailleurs; déménager. Une fois la tourmente conjurée, on lèverait le camp par une belle nuit... On transborderait notre matériel et on irait se faire voir ailleurs!... Dans un autre quartier!... L'endroit était plus possible... (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 534). Disparaître. Bon là, ils y étaient les autres. Du coup, lui, il est allé se faire voir ailleurs (Le Monde, 21 sept. 1987, p. 44, col. 5).
Arg. [Pour se débarrasser de qqn] Va/allez te/vous faire voir (ailleurs). Allô, Avila? Comment ça va chez vous? Ici la gare.Va te faire voir, salaud (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 435). Un clergyman vint mettre son nez dans l'affaire et s'adressa à John:Mon garçon, il est honteux de jurer comme vous venez de le faire! (...)Vous, le pasteur, allez vous faire voir ailleurs! (EXBRAYAT, On se reverra petite, 1964, p. 52). Va/allez te/vous faire voir chez/par les Grecs. V. grec II A 3. [Marque la stupéfaction, la surprise gén.] Va te faire voir! Les nègres, vous vous en rendrez tout de suite compte, c'est tout crevés et tout pourris!... Dans la journée c'est accroupi (...) et puis aussitôt qu'il fait nuit, va te faire voir! Ça devient tout vicieux! tout nerfs! (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 208).
Empl. pronom. indir. Se montrer quelque chose l'un à l'autre. Deux jeunes filles, rapprochant leurs fronts, se faisaient voir une bague (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 48).
Laisser voir qqc. (à qqn). Montrer. Vous pourriez laisser voir seulement le bout du petit doigt (...) je vous reconnaîtrais encore (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 143). Donner à voir, montrer. Le pauvre jeune séminariste (...) nous montrait ces gravures que jamais on ne lui avait laissé voir (MICHELET, Journal, 1835, p. 169). Leurs manches retroussées laissaient voir les bras velus gonflés de veines (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 182).
Loc. adv., p. métaph. Laisser voir à nu. Emma ressemblait à toutes les maîtresses; et le charme de la nouveauté, peu à peu tombant comme un vêtement, laissait voir à nu l'éternelle monotonie de la passion (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 30).
Se laisser voir. Se montrer. Ma joue est hideuse, et mon miroir me fait horreur. L'accoutumance ne vient pas, et je n'ose me laisser voir dans la rue (AMIEL, Journal, 1866, p. 304).
Au fig. [Avec attribut] Être, paraître. Malgré le débraillé et le sans-gêne des professeurs, cet examen se laissait voir plus sérieux au fond que l'examen de droit auquel nous venions d'assister (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 435).
Être vu. Synon. de se faire voir (supra). Toute la mode anglaise de l'été est créée dans la perspective de Wimbledon où il est de bon ton d'être vu, et ce depuis 1877 (Jeux et sports, 1967, p. 1380).
— Adj. ou loc. exprimant un sentiment ou un jugement, gén. dépréc. + à voir. Être curieux, effrayant, laid à voir; faire peine à voir; ce n'est pas beau à voir. Il y en avait un surtout, au fond de la cour, gros, grand, replet (...) mais vieux et sans dents (...). Ce chien était affreux à voir (JANIN, Âne mort, 1829, p. 23). T'as bonne mine... ça fait plaisir à voir... (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 305).
) En partic. Se rendre compte de l'état d'esprit, des sentiments, de la compétence de quelqu'un en observant son comportement ou sa mimique.
— [Le compl. d'obj. désigne une pers. et, p. méton., son visage, son attitude] Voir la figure, la gueule de qqn; voir la mine, l'air étonné, le sourire moqueur de qqn. Ce n'est pas la science qu'elle aime, c'est le savant! c'est aussi clair! Il n'y a qu'à la voir avec Lucy, d'ailleurs: elle en est jalouse (PAILLERON, Monde ou l'on s'ennuie, 1869,I, 7, p. 29). Grisé par son amour, ou par son amour-propre, le baron ne vit pas ou feignit de ne pas voir la moue que fit le violoniste (PROUST, Sodome, 1922, p. 1074). Elle lui a pris le menton en l'appelant: « Mon gros toutou ». Si tu avais vu sa bille! Elle n'a pas insisté! (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 99). Vous croyez que je ne voyais pas votre manège? Je n'ai pas les yeux dans ma poche, mon bonhomme (SARTRE, Nausée, 1938, p. 208).
— [le compl. d'obj. désigne ce que traduit l'expression du visage ou l'attitude de qqn] Voir l'embarras, la fatigue, la gêne, la honte, l'irritation de qqn. Rosenthal doit avoir des idées de derrière la tête. On lui voit cette satisfaction hypocrite des hommes qui font des plans (NIZAN, Conspir., 1938, p. 56).
Loc. Il fait beau voir. V. beau I A 2 a ex. 30 et 32.
Laisser voir qqc. Ces femmes, gênées dans leurs toilettes, se savaient endimanchées et laissaient voir naïvement une joie qui prouvait que le bal était une rareté dans leur vie occupée (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 210). Je posai la question devant quelques amis, laissant voir une partie de mon désarroi (G. BATAILLE, Exp. int., 1943, p. 23).
Qqc.1 se laisse voir à, dans qqc.2 [Avec compl. désignant une réalisation concr.] Un genre de dépit se laisse voir dans ce dessin intempérant, si profondément lié, de toutes façons, à l'envie (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 294). L'écriture un peu grande et anguleuse du généraloù l'on ne sait quoi aussi de féminin se laissait voir au mouvement de certaines lettres (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 279).
— [Le compl. d'obj. désigne une qualité ou une fonction de la pers.] En le contemplant sur une escabelle, les yeux hagards, la tête affaissée sur la poitrine (...) l'assassin disparaissait; je ne voyais plus que l'homme, et les sentimens d'horreur faisaient place à ceux de la pitié (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 295). Tout t'est possible, Ferdinand! Tout! L'enveloppe seule est humaine! Mais je vois le monstre! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 453).
Expr. C'est à/sur... qu'on voit. C'est à ses outils qu'on voit le bon ouvrier. C'est sur la passerelle qu'on voit le marin (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p. 14).
c) [Implique une intention, de l'intérêt pour l'objet de l'action]
) [Gén. avec verbe ou énoncé indiquant que le suj. se déplace pour accomplir l'action] Regarder, examiner, inspecter, visiter. J'irai demain à Anvers voir ma flotte, et ordonner des travaux (NAPOLÉON Ier, Lettres Joséph., 1810, p. 204). Le matin est venu débarbouiller la fenêtre. Je me suis levé pour aller voir le temps. La pluie n'avait guère diminué (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 118).
En partic.
[Le compl. d'obj. désigne une œuvre d'art, une curiosité, le mode de présentation ou le lieu où elle est présentée] (Aller) voir une exposition, des dessins, des tableaux. Hier, il a été voir un tas de médailles à la Bibliothèque; aujourd'hui, il est allé voir le cabinet de minéralogie au Jardin des Plantes (GONCOURT, Journal, 1860, p. 722). Un jour, elle alla voir le rhinocéros à la foire et demanda à un gros homme habillé en Turc, si c'était lui le rhinocéros (A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 241).
♦ [Le compl. d'obj. désigne un lieu] À propos, me dit Prudence, vous n'avez pas vu l'appartement; venez, que je vous le montre (DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 92). Le mieux ce serait de nous rencontrer vers les sept heures du soir. Comme ça, tu auras pu un peu te promener, voir Paris. Puisque tu y es... (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 316). Voir du pays. V. pays1.
Faire voir qqc. C'était le fils du garde qui nous faisait voir le château,abandonné depuis longtemps (NERVAL, Filles feu, Angélique, 1854, p. 569).
♦ [Le compl. d'obj. désigne un spectacle, une manifestation] Synon. assister à (v. assister1 A 2). Le mois dernier, j'ai été en Angleterre, pour voir le match entre Oxford et Cambridge (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1499). Nous allâmes voir un examen à la Faculté de Médecine (...). Le candidat, déjà gros et chauve, ne paraissait plus très jeune. Il promenait avec hésitation son scalpel sur un cadavre étendu devant lui (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 434).
P. anal. Voir un film. Assister à la projection d'un film. Au part. passé. Ils allaient chaque samedi au cinéma. Ils y allaient malgré le manque d'air dans la baraque sonore, malgré les vieux films presque toujours déjà vus (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 226). Voir un acteur dans... Voir jouer un acteur dans... Une dernière fois, Paris l'avait vue dans une féerie: Mélusine, au théâtre de la Gaîté (ZOLA, Nana, 1880, p. 1471).
(Être) à voir. (Être) digne d'intérêt. Mon Dieu! dit-il, on pourrait aller au musée (...).Il y a des antiquités, des images, des tableaux, un tas de choses. C'est très instructif (...). Oh! c'est à voir, au moins une fois (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 441). [L'objet du procès est une pers.] Jeanne Essler, dans la pièce nouvelle de d'Ennery et Brésil, et Mlle Barthet sont, certes, à voir, celle-ci près de celle-là (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p. 772).
À l'impér. [Pour montrer, présenter qqc.] Albert, montrant Antoinette. Chère amie, voyez cette enfant. Elle est phtisique jusqu'à la moelle des os, et n'ira pas jusqu'au printemps (CUREL, Nouv. idole, 1899, I, 4, p. 174). [Pour s'inciter soi-même à examiner qqc.] Voyons. Voyons donc cette ressemblance tant vantée... Elle n'est pas mal, ma foi! (NERVAL, Filles feu, Corilla, 1854, p. 679).
) Prendre connaissance du contenu d'un texte, d'une liste de chiffres; découvrir en lisant. Voir le courrier, le cours de la Bourse; voir un article, un laissez-passer. Six mille, ils m'en ont donné!... Et Cristina l'avait payé dix-huit!... Je le sais, j'ai vu la facture! (BOURDET, Sexe faible, 1931, II, p. 366). Il vous a prévenu de vive voix?Non, par une lettre. (...) Si vous voulez voir la lettre... Maigret n'y jeta qu'un coup d'œil (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 140).
[Avec un adv.] Il nous faut quand même régler une foule de petites choses, et voir de près, malgré tout, d'assez fâcheuses paperasses (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 274). À l'impér. Roger, à la duchesse: Ah! ce sont ses cahiers. Donnez, Suzanne (...). La duchesse: Voyons un peu ces cahiers! (PAILLERON, Monde où l'on s'ennuie, 1869, I, 15, p. 64).
) En partic.
— Étudier, apprendre dans un cours, dans un exposé, dans un livre. Eugène a fait expliquer devant moi à Adolphe ce que nous avions vu le matin de l'auteur latin (DELÉCLUZE, Journal, 1828, p. 498).
♦ [Pour rappeler ce qui a été dit, introduire ce qui va être dit] (Comme) on l'a vu/on le verra. Le temps,milieu et support du phénomène musical (nous l'avons vu au chapitre XIII),est hors de portée de l'expérimentateur (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p. 144).
— Prendre pour exemple, se reporter à.
À l'impér. Vois le facteur aux huîtres! comme ils l'ont mis en pièces! Quel était son tort, à cet homme? Trop bon enfant, voilà tout... (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 168).
À l'inf. Synon. de confer (abrév. cf, v. conférer1 A spéc.). Voir page..., chapitre...; voir (dans tel ouvrage) l'article, l'histoire... Ceci [que ce soit le difficile qui vaille par définition] n'est pas chrétien, pas du tout, ceci est stoïcienc'est-à-dire exactement le contraire, et moi-même l'ai noté, l'ai écrit vingt fois: voir mon Baudelaire, voir De l'Humilité féconde, voir dix journaux depuis quinze ans (DU BOS, Journal, 1927, p. 236). Absol. Déjeuner à Boda avec le sinistre Pacha (voir plus loin) et M. Blaud, administrateur de Carnot (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 735).
d) [Implique une disposition d'esprit qui met en jeu la subjectivité]
) Percevoir les choses d'une certaine façon, sous un certain aspect. Sur le point de quitter Paris, je voudrais le voir en étranger. Par exemple, noter le calme et la tranquillité imprévus de la plupart des gens pendant les deux mois qui ont suivi le 6 février (LARBAUD, Journal, 1934, p. 301):
3. ... il y avait de la contemplation dans la soumission de la Thénardier à son mari. Cette montagne de bruit et de chair se mouvait sous le petit doigt de ce despote frêle. C'était, vu par son côté nain et grotesque, cette grande chose universelle: l'adoration de la matière pour l'esprit...
HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 459.
En partic. Percevoir à travers/par les yeux de quelqu'un. Ce soir visité l'horrible énormité de Saint-Pierre. Je vois Rome à travers Stendhal, malgré moi (GIDE, Journal, 1895, p. 65). Je laissai retomber le rideau. Qu'avais-je espéré? Voir un instant avec les yeux de Paule ce décor familier? saisir sur ce décor la couleur de ses jours? (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 176).
) Ne percevoir qu'un élément d'un tout. Démétrios (...) restait égaré. Il ne voyait de la jeune reine que le sourire rouge de sa bouche et le coussin noir de ses cheveux (, Aphrodite, 1896, p. 120). Ce pauvre Jean porte encore aujourd'hui cette moumoute cabalistique au milieu du front, sauf qu'il l'a décolorée et que cette mèche de mulâtre voltairien tire sur le rouge brique et que l'on ne voit plus qu'elle aujourd'hui (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 187).
) Percevoir un objet virtuel dans une réalité. D'habitude notre imagination met des mots dans les bruits comme on joue paresseusement à voir des formes dans des fumées (S. WEIL, Pesanteur, 1943, p. 115).
2. a) [Le compl. d'obj. désigne un fait, un événement souvent néfaste]
) Être le témoin de, assister à. Voir la guerre, la révolution; voir un accident, une éruption volcanique. Dans le cours de ma longue vie (...), j'ai vu bien des événemens, bien des désastres, des calamités sans nombre, et d'effroyables infortunes (COTTIN, Mathilde, t. 2, 1805, p. 208). V. naissance ex. 9.
Voir le feu. Assister, participer à un combat. Je viens de recevoir des tas de pauvres petits de la classe 16... Ils n'ont jamais vu le feu (...) Pourvu que je n'aie pas à les faire marcher demain! (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 273).
Avoir vu bien des/trop de choses. On a beau être sceptique et avoir vu bien des choses, on aime cependant sentir qu'on n'est pas abandonné de sa famille (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p. 235). La police, remarque, il en faut... Je ne dis pas non, j'ai vu trop de choses... (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 358). Absol. Avoir (beaucoup) vu, en avoir vu. Ô mon ami, j'ai beaucoup vécu et beaucoup vu, mais jamais je n'avais rencontré de femme aussi séduisante (BOREL, Champavert, 1833, p. 18). [Le suj. désigne une chose] Depuis 1662 que cette maison a été fondée par Henri de Lorraine, les murs en ont vu (HAMP, Champagne, 1909, p. 106).
En avoir assez vu pour. Déjà j'en avais assez vu pour me faire l'idée que cette jeune paysanne changerait notre tranquille demeure en une maison hantée (A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 203).
P. ext. Subiraire subir des épreuves à quelqu'un.
(En) voir/(en) faire voir de + adj. ou subst. En voir/en faire voir à qqn de belles, de pires, de rudes, d'autres/de bien des/de toutes les sortes. Paganisme, christianisme, muflisme. Telles sont les trois grandes évolutions de l'humanité. Il est désagréable de se trouver dans la dernière. Ah! Nous allons en voir de propres! (FLAUB., Corresp., 1871, p. 201). Tous les deux, nous lui en ferons voir de joyeuses, à cette pécore... je t'en réponds!... (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 33). [Le suj. désigne une chose] C'est un jupon? Il est joliment dégoûtant, il a dû en voir de propres, ce jupon! (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 392). Son mobilier (...) en avait déjà vu et devait encore en subir de bien drôles dans toute une série de déménagements (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 112).
En (faire) voir de cruelles. V. cruel A 1. En (faire) voir de drôles. V. drôle I A 2. En (faire) voir de dures. V. dur III B 3 b. En (faire) voir des vertes et des pas mûres. V. mûr I A 1 b. En (faire) voir de toutes les couleurs. V. couleur I A 1 d. Faire voir du pays à qqn. V. pays1 A 2 a au fig.
Absol. En voir, en avoir (tant) vu. « Voilà une vrai pitié... Une chose pareille... Le pauvre gars, il a dû en voir!... » Jamais il n'aurait cru qu'un homme pût pleurer de telle sorte (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 325). Elle se mit à pleurer, effondrée d'en avoir tant vu déjà dans ces quelques heures, d'avoir souffert, usé ses forces, subi les insultes, les rires, le contact des filles de joie, d'une lie humaine, les brutalités de la soldatesque (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 228).
) Se rendre compte de; prévoir l'imminence de. Dans le carrefour du doute, j'ai pris la route gauche. Elle menait à des fondrières. J'ai vu le péril et j'ai pu m'arrêter (L. MÉNARD, Rêv. païen, 1876, p. 155). Et puis le taureau fonça droit devant lui (...). Et Alban fuyait, glissant, fuyait de travers, la tête tournée vers l'extérieur pour ne pas voir le danger (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 542).
Voir la mort (de près). V. mort1. Lui qui vingt fois avait vu la mort sans pâlir, il sentit son cœur défaillir (SANDEAU, Melle de La Seiglière, 1848, p. 137).
b) [Le compl. d'obj. désigne une époque ou un fait lié à cette époque] Vivre pendant une période, au cours d'une période. Je m'arrête un moment à ce 18e siècle, dont j'ai vu la plus grande moitié, et aux folies duquel je me souviens, avec un peu de honte, d'avoir contribué (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 271). J'ai vu le temps où il n'y avait pas d'autre mariage que le mariage religieux (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 79).
♦ Vivre assez longtemps pour connaître quelque chose. Voir l'avenir. Le Juif ne croit pas que rien de ce qu'il entreprend soit pour lui. Il n'espère pas voir le fruit de l'arbre qu'il plante, ni reposer à son ombre (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 272). Puig enviait les camarades tués; et pourtant il avait envie de voir les jours prochains (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 453).
c) Voir qqn, qqc. à qqn. Il est un fluide magnétique entre les personnes qui s'aiment... Tu sais bien que jamais je ne pourrais te voir un amant; encore moins t'en offrir un (NAPOLÉON Ier, Lettres Joséph., 1796, p. 41). Daudet voudrait voir à Huysmans un succès de vente, parce que le succès le ramènerait à quelque chose de plus sain (GONCOURT, Journal, 1887, p. 674).
3. [Le compl. d'obj. désigne une pers.]
a) ) Rencontrer quelqu'un, se trouver par hasard en sa présence. Depuis qu'il existe, le Café de l'Univers a toujours été (...) le rendez-vous des auteurs dramatiques. J'ai vu là des hommes illustres dont on ne parle plus (FARGUE, Piéton Paris, 1939, p. 92). V. différemment A ex. de Flaubert, jamais I B 1 ex. de Theuriet.
[P. méton. du compl. d'obj.] Le maquis ne vous emmerde pas trop? demanda Nicolas.On en entend beaucoup parler, mais on ne le voit jamais, c'est un mythe..., dans ma région du moins (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 200).
J'ai/tu as... déjà vu cette tête-là. Reconnaître quelqu'un. J'ai vu cette tête-là quelque part, pensa Laforgue. Cette bouche molle... (NIZAN, Conspir., 1938, p. 60).
) Expressions
[Manifestant le désir de se débarrasser de qqn] Je t'ai assez vu. À présent, file, je t'ai assez vu. Tu repasseras après demain matin... (NIZAN, Conspir., 1938, p. 213). Je voudrais le/la voir à cent lieues d'ici. Ah! Dieu!... je voudrais la voir à cent lieues d'ici, moi! (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, II, 12, p. 54).
Ne pas/ne plus pouvoir voir qqn (en peinture). Ne pas/ne plus pouvoir supporter quelqu'un, détester quelqu'un. Tu n'aurais pas pu choisir un autre intermédiaire? Tu sais bien que je ne peux pas voir cette vieille poule... (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 48). V. peinture II B 2 a ex. de Dumas fils et de Céline.
P. anal. [Le compl. d'obj. désigne une chose] Autrefois, avec sa mère, elle buvait de l'anisette, à Plassans. Mais elle avait failli en mourir un jour, et ça l'avait dégoûtée; elle ne pouvait plus voir les liqueurs (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 410). Nous parlerons tout à l'heure, dit Magnin.Inutile. Merci. Je ne peux plus voir un avion. Faites-moi incorporer aux milices. Je vous prie (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 494).
b) Fréquenter quelqu'un; le rencontrer lors d'une visite, dans le cadre de relations familiales ou sociales. Voir qqn longuement, souvent, chaque jour, rarement; avoir à voir/demander à voir qqn; être content/avoir besoin de voir qqn; ce n'est pas qqn à voir. « Plus je vois le marquis de Londonderry », disais-je à M. de Montmorency, « plus je lui trouve de finesse (...) » (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 105). « On voudrait être à Paris, mais peut-on? Le bon Pierre Hepp vous dira. Le voyez-vous? » Je ne le voyais plus et il ne m'aurait rien dit (BLANCHE, Modèles, 1928, p. 67). V. désir II A 2 c ex. de Balzac, devant2 ex. 2, moment I A ex. de Labiche.
En partic. Rencontrer quelqu'un lors de relations amoureuses. Plus tard, j'appris un absurde mariage d'amour qu'elle fit avec un jeune homme qu'elle devait déjà voir à ce moment-là (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 393).
Voir du monde, des gens. Avoir des contacts sociaux; ne pas rester seul. Elle voulait être lingère, pour voir du monde et quitter la forêt (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 74). Tu devrais tout de même sortir un peu, dit-il.Sortir? dit-elle avec l'air de tomber des nues.Oui; mettre le nez dehors, voir des gens (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 283).
Aller voir qqn. Aller rendre visite à quelqu'un. Dans quelques jours, je vais aller voir les Charles Gide à Noirmoutier (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1895, p. 244).
Expr. Je te verrai ce soir/demain... Je te reverrai, je reviendrai ou je rentrerai ce soir/demain. V. déjà I A 2 a ex. de Zola.
c) Rencontrer quelqu'un dans un but particulier; consulter, s'adresser à quelqu'un. Voir un médecin, un spécialiste; aller voir une cartomancienne, sa couturière; demander à voir un prêtre; (pour un médecin) voir un malade, un blessé. À huit heures, j'étais à mes malades (...). À onze heures, j'avais vu tout mon monde; y compris notre opéré d'hier (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, I, 2, p. 6). C'est pour Burette, mon copain (...), qu'a une balle dans l'ventre, et m'faut une voiture!Une voiture! Voyez donc les brancardiers, et foutez-nous la paix! (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 70).
[P. méton. du compl. d'obj.] Il avait vu tous les bureaux, fait toutes les démarches, les issues de ce côté-là étaient pour le moment bouchées (CAMUS, Peste, 1947, p. 1306).
Aller voir des/les filles, des/les femmes. Avoir des relations sexuelles avec des femmes faciles, des prostituées. Il y en a joliment, lorsqu'ils ont bu, qui vont voir les femmes... Lui, rentre tout droit ici. Il plaisante bien avec les ouvrières, mais ça ne va pas plus loin (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 515). Quand elles ont passé trois mois dans le bois (...) [les jeunesses d'à présent] se dépêchent de redescendre et d'acheter des bottines jaunes, des chapeaux durs et des cigarettes pour aller voir les filles (HÉMON, M. Chapdelaine, 1916, p. 74).
4. Dans le domaine relig.
a) Voir Dieu. Percevoir (la présence de) Dieu; rencontrer Dieu. [Jésus] est venu parmi nous, mais il ne nous a pas convertis. Des hommes ont vu le tombeau de Lazare ouvert, et ils ne sont pas rendus. Des hommes ont vu Dieu, et ils n'ont pas cru (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p. 204). Je ne crains pas les tourments du feu. J'ai peur de l'Enfer, seulement parce qu'on n'y voit pas Dieu (SALACROU, Terre ronde, 1938, II, 3, p. 210).
Voir Dieu face à face. Ce n'est pas la recherche du plaisir et l'aversion de l'effort qui produisent le péché, mais la peur de Dieu. On sait qu'on ne peut pas le voir face à face sans mourir, et on ne veut pas mourir (S. WEIL, Pesanteur, 1943, p. 65).
b) [Le suj. est Dieu] Être le témoin de toutes les actions des hommes. Je le déclare devant Dieu qui voit mon âme! dit Courteline. Les hommes de ma génération, moi, Renard, nous avons compris qu'il fallait enfin oser faire des pièces sans amour (RENARD, Journal, 1900, p. 619). Le bon Dieu est au ciel; le bon Dieu te connaît, c'est lui qui t'a créé; le bon Dieu t'aime, le bon Dieu te voit, te juge (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1382).
B. — [Le compl. d'obj. est (ou corresp. à) une prop.; l'objet est perçu dans une manière d'être, une situation ou une action partic.] Constater un fait, un état; être le témoin direct (ou indirect) d'un événement.
1. Voir qqc./qqn + part. passé, (loc.) adj., (loc) adv. ou compl. prép. en empl. attributif. Je le vois un peu pâle de l'émotion de ma piqûre, lui qui se pique toute la journée (GONCOURT, Journal, 1894, p. 614). Vous voyez vos allumettes épuisées, la chandelle éteinte. Renoncerez-vous à poursuivre vos explorations? (BLANCHE, Modèles, 1928, p. 234). Elle lisait beaucoup?Je l'ai presque toujours vue avec un livre... (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 79).
P. métaph. Mais toutes [ces bulles], arrivant près du miroir blafard, Où leur illusion voyait une fenêtre Ouverte à l'infini, sur l'infini peut-être, Y sentent éclater leur cristal plein de fard... (RODENBACH, Règne sil., 1891, p. 20).
SYNT. Voir qqn actif, courageux, gai, confus, indécis, jaloux, troublé; voir qqn saoul; voir qqn à l'œuvre; voir qqn dans la peine, dans un état anormal, en colère, hors de lui; voir qqn en costume d'académicien; avoir toujours/n'avoir jamais vu qqn sans chapeau; voir tous ses amis mariés; voir une affaire manquée, une offre agréée, une opinion tournée en ridicule; voir des regards fixés sur soi.
Voir qqn/qqc. tel(le) qu'il (elle) est. Et, vrai, je ne voyais plus mon mari tel qu'il est, mais bien tel qu'il était autrefois! (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Bois, 1886, p. 557). Jamais encore la friponne ne m'avait paru si belle (...); je la voyais enfin telle que la nature l'avait créée; je ne doutais plus de l'ingénuité de ses amours (MILOSZ, Amour. init., 1910, p. 237).
Voir qqn ainsi. Qu'avez-vous, mon père? (...). Vous semblez bien joyeux, et je ne vous ai jamais vu ainsi (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p. 138).
Avoir vu qqn enfant, tout petit. Combien y en avait-il là que j'avais connues autrefois, et qui m'eussent vu garçonnet (BARB. D'AUREV., Memor. pour l'A... B..., 1864, p. 420). Francis de Béhaine vient déjeuner, et c'est pour moi un plaisir de revoir ce grand diable que j'ai vu tout petit garçon (GONCOURT, Journal, 1888, p. 749).
Loc. fam.
Je voudrais bien te voir à ma place. Lélia se releva sur un coude et, le regardant avec ses yeux éteints par la souffrance, elle trouva encore la force de sourire avec ironie. « Pauvre docteur, lui dit-elle, je voudrais te voir à ma place!Merci, pensa le docteur (...) » (SAND, Lélia, 1833, p. 64). Je voudrais (bien) vous y voir. [Pour l'expression d'un défi] Tu as encore un certain crédit commercial et tu es député, deux moyens infaillibles pour faire et défaire, dévorer et recommencer dix fortunes, et tu n'en uses pas.Je voudrais t'y voir, Oscar! (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 400). Le sous-chef prenant la nuit, arrivait dans toute la fureur de son activité fraîche et gourmandait le personnel:Rien de prêt! On n'aura pas un train à l'heure. Le chef des expéditions se mit en boule:J'aurais voulu vous y voir! (HAMP, Marée, 1908, p. 47).
— [Tournure plus expr. que je suis + (loc.) adj., pouvant servir de réponse polie] Tu/vous me/m'en vois/voyez tout(e) ému(e), tout(e) interdit(e), épouvanté(e), navré(e). Nous eûmes, chacune, deux maris. Mais, tandis que les deux miens sontvous m'en voyez aisebien vivants, ma mère fut deux fois veuve (COLETTE, Naiss. jour, 1928, p. 16). Elle se ferait un plaisir de recevoir M. Barbentane chez elle, un de ces jours, s'il voulait accompagner M. Schoelzer. Mais comment donc, mais c'est-à-dire, vous me voyez confus, avec plaisir, bien entendu (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 275). Notre chef est l'un des meilleurs du moment. Amédée:Vous m'en voyez ravi. Je suis gourmand comme un petit chat (AUDIBERTI, Quoat, 1946, 1er tabl., p. 15).
En partic. Percevoir par une vision subjective. Mon pauvre père, avec ses yeux de père, me voyait plus beau et plus élégant que le lieutenant Reynauld (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 10). Nous nous sentons sortir de l'immense tristesse (...) qui nous faisait voir tout gris, ennuyeux et vieux (GONCOURT, Journal, 1864, p. 75).
2. Voir qqn + part. prés. Elle m'avait vu disant « Hé! » la bouche béante, l'œil ahuri, de l'air d'un idiot qui voit choir son chapeau dans la rivière (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 144). Chaque fois que de loin j'apercevais une femme, je croyais voir Nanine m'apportant une réponse (DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 152).
3. Voir qqn/qqc. + qui/que. Quand j'entends de la musique traînant péniblement après elle de pénibles paroles (...) je crois voir un oiseau que des enfants forcent à traîner des chariots de carton (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 168). Quand je vois la foule des gens qui arrivent à s'abstraire des événements, je ne comprends pas comment ils font (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 248).
4. a) Voir qqn/qqc. + prop. inf. Voir qqn arriver, partir, sortir, venir; voir qqn avoir raison/réaliser un projet/s'abîmer la santé; voir débuter/jouer un acteur. Que font-ils de méchant ou de bête, à la Chambre? Je pensais vivre assez pour voir crouler la baraque. Je me suis trompé (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 390). Dans le soleil, Darras ne voyait pas les bombes descendre, mais il les voyait éclater, en chapelets maintenant, toujours dans les champs (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 517). V. bombe1 ex. 1, jamais ex. 2, mourir I A 1 a ex. de Noailles.
Voir passer qqn. V. passer1. Voir arriver qqc.
(Ne rien) voir venir. [P. allus. au conte de Ch. PERRAULT, La Barbe-Bleue et à la question: Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir?] Midi et demi... Annie, ma sœur Annie, ne vois-tu rien venir?Vous êtes complètement fou! (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 226). Chaque matin nous allions rejoindre l'animal et (...) nous demandions tristement à la pauvre bête qui regardait par la fenêtre:Sir âne, sir âne, ne vois-tu rien venir? (PRÉVERT, Paroles, 1946, p. 42). Au fig., fam. Voir venir qqn (avec ses gros sabots (v. sabot)). Prévoir les réactions de quelqu'un. Petite bégueule! En voilà une pimbêche! Je la vois venir, la demoiselle, elle veut me faire marcher, me tenir la dragée haute! (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 307).
Avoir vu naître qqn. V. naître I A 2. P. métaph. Je m'ébattais dans un minuscule sanctuaire, entouré de monuments trapus, antiques, qui m'avaient vu naître, qui me verraient mourir (SARTRE, Mots, 1964, p. 30).
Avoir vu faire qqc. à qqn. Elle se poudra, écrasa sur ses lèvres un bâton de rouge comme elle l'avait vu faire à Denise (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 210). V. faire4 A 2 rem. ex. de Nodier.
— [Avec compl. prép. désignant un texte] Vous m'avez vu au début de cette lettre parler comme un idéaliste (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 250).
b) [Le suj. de l'inf., de valeur gén. ou indéterm., n'est pas exprimé]
— [L'inf. est suivi d'un compl. d'obj.] Voir jouer une pièce de théâtre. Cette école-Militaire, que vous avez vu bâtir (JOUY, Hermite, t. 4, 1813, p. 353). La Grande-Bretagne désirait voir sauvegarder l'intégrité de la Chine (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 514).
Comme je l'ai vu faire. Il faut donc dans les colonies, que l'on ne puisse pas employer (...) la raison des baïonnettes pour forcer un citoyen, comme je l'ai vu faire, à donner sa maison ou son terrain (BAUDRY DES LOZ., Voy. Louisiane, 1802, p. 307).
— [L'inf. est empl. absol.] J'ai revu aujourd'hui avec délices tous les travaux de la moisson; j'ai vu scier, j'ai vu lier, j'ai vu charrier (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1823, p. 125). Rien ne vous donne faim comme de voir manger (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 141).
5. Voir + prop. complét. Voir que qqn est content, fatigué; voir qu'il s'est fait beau, qu'il a mauvaise mine, qu'il va mourir; voir qu'il fait beau, que le temps passe. Il suffit de vous regarder pour voir que ce voyage vous répugne, que vous venez à contre-cœur (MUSSET, Confess. enf. s., 1836, p. 335). Vous pouvez voir dans le ciel que les étoiles ne clignent plus de la même façon (CLAUDEL, Soulier, 1944, 1re part., 2e journée, 6, p. 1017).
♦ [Avec (loc.) adv.] On voyait tout de suite qu'on entrait chez des gens riches: les bahuts et les lits avaient des fermoirs d'acier découpé qui reluisaient comme des armures (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 98). Je pensais bien, je voyais bien que ma toilette me seyait, que mes cheveux et ma couronne me faisaient une petite figure pas méprisable du tout (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 307). [Pour rappeler ce qui a déjà été dit] Nous avons déjà vu que. V. objet I A ex. de Merleau-Ponty.
♦ [Avec compl. prép. exprimant un sentiment] Je voyais avec une affreuse angoisse qu'il allait faire un saut et m'aboyer au nez (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 29). Oh! mais, je vois avec plaisir que vous faites bon ménage, les deux cousines! (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, II, 2, p. 34).
♦ [Avec compl. prép. exprimant les indices sur lesquels on se fonde] Voir à l'air, à la tête, sur la figure de qqn. Dans cette auberge était un bon germain de l'ancien temps (...) l'on voyait à son maintien qu'il avait servi (SÉNAC DE MEILHAN, Émigré, 1797, p. 1643). Par la fenêtre large ouverte, j'admirais le Bosphore et les collines d'Asie (...).Colonel, me dit-il tout à coup, je vois dans vos yeux que vous aimez déjà cette Turquie (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 40).
En partic. Constater, comprendre en lisant un texte. J'ai reçu ta lettre du 12, j'y vois que ta santé est bonne (NAPOLÉON Ier, Lettres Joséph., 1807, p. 144). J'ai vu dans les journaux que j'avais été absent de Guernesey deux mois, c'est trois mois qu'il faut dire et je ne suis pas encore rentré (HUGO, Corresp., 1864, p. 479).
— [Au fut., pour affirmer à qqn la quasi-certitude d'un fait à venir] Carle: Il y a, en effet, grande foule aux alentours de la place (...). Le Capitaine: Vous verrez que la journée ne se passera pas sans émeute! (SARDOU, Rabagas, 1872, III, 1, p. 106). Vous croyez que c'est bon d'être debout le matin à jeun (...)? Vous n'êtes seulement pas couvertes. Vous allez voir que vous allez encore prendre mal (ANOUILH, Antig., 1946, p. 143).
— [Avec le pron. neutre le annonçant la prop.] Les hommes, il faudrait sortir. J'ai quelque chose à vous dire; c'est sérieux. On le voit que c'est sérieux à la tête de Jaume (GIONO, Colline, 1929, p. 173).
Faire voir, laisser voir. Notre professeur de français lui reprochait en outre l'abus qu'il faisait de ses lectures et l'habilité avec laquelle il s'appropriait les idées et le style des autres. Et il laissait voir que le procédé, venant de Silbermann, ne le surprenait pas (LACRETELLE, Silbermann, 1922, p. 83).
6. Voir + prop. interr. ou exclam. ind. introd. par un pron. ou un adv. Il la suit de l'œil en mangeant (...), abandonnant à tout moment sa place, pour voir si dans la cuisine, elle n'est pas assise trop près du domestique (GONCOURT, Journal, 1860, p. 758). Quand on commença à tailler les ceps, il (...) prit la queue de l'équipe comme un apprenti qui a besoin de voir comment on fait (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 101). Je fus étonné de voir jusqu'où allait la bonté de Monsieur de Sannis pour son neveu (JOUVE, Scène capit., 1935, p. 227).
Faire voir, laisser voir. Faire voir comment on s'y prend, comment cela fonctionne. Autrefois (...), mettant en moi des espérances qui depuis n'avaient pas été réalisées, elle ne voulait pas me laisser voir combien elle m'aimait (PROUST, Fugit., 1922, p. 624).
Au fig. Démontrer. Il est aisé de faire voir combien la manière dont Hippocrate dirigeait et exécutait ses travaux, est parfaitement appropriée à leur nature et à leur but (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 1, 1808, p. 21).
♦ [Exprime une menace] Marius: Moi, je tombe au milieu de tout ça et malgré que j'aie tous les droits et que j'aie raison, je me fais l'effet d'un imbécile. César: C'est peut-être que tu en es un. Marius, violent: Je vais te faire voir si j'en suis un (PAGNOL, Fanny, 1932, III, 15, p. 212).
Aller, venir voir. Je suis allé voir de quelle couleur est la neige dans l'été, si le granit des Alpes est dur, si l'eau descend vite en tombant de haut (SENANCOUR, Obermann, t. 2, 1840, p. 142). On venait voir si vous n'aviez pas besoin d'un coup de main (SARTRE, Mains sales, 1948, 3e tabl., 2, p. 76).
Pop. (Va) voir là-bas si j'y suis. Et il la reprit, et il la serra, par bravade, lui écrasant sur la bouche ses moustaches rouges, continuant:Fiche-nous la paix, hein! Fais-nous le plaisir de voir là-bas si nous y sommes (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1571).
— [En s'adressant à qqn, à l'impér., au fut., ou à la forme interr. pour souligner ses propos] Les cinq doigts du gant de Gérard [étaient] imprimés en noir sur son corsage blanc.Ah! monsieur de Seigneulles, s'écria la grisette courroucée, vous êtes gentil! Voyez dans quel état vous avez mis ma robe! (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 14). Il pérorait, le vieux dégoûtant: « Vous avez vu comment ils sont habillés? Et le matériel qu'ils ont? Et quelle discipline!... » (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 67).
— [Avec reprise du suj. de la prop., dans une lang. pop.] Tu as vu qqn/qqc. comment il.../si il... Piveteau, bon Dieu, t'as vu comment qu'il a pris le traindevay [le tramway]? (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 270). T'as vu le lit s'il est grand... Il y en a pour trois (SARTRE, Mains sales, 1948, 3e tabl., 2, p. 82).
7. Voir (accompagné ou non d'un compl. prép., d'un adv.) + prop. juxtaposée. Il ne faisait pas encore grand jour, et comme la porte du cachot restait ouverte, je pouvais voir au delà la petite cour pavée: l'air était épais et sombre, et il tombait une pluie lente (JANIN, Âne mort, 1829, p. 181).
a) [Dans un dialogue, pour introd. la prop., souligner une évidence] Qu'est-ce que vous faites donc là, ma tante? La Duchesse: J'arrête le jet d'eau, tu vois bien! (PAILLERON, Monde où l'on s'ennuie, 1869, III, 1, p. 128). Eh bien, vous avez vu, ma chère! La jupe est plate par derrière avec l'ouverture sur le côté! (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, II, 1, p. 32).
— [Avec reprise du suj. ou du compl. d'obj. de la prop.] Je sais bien, je t'avais juré que ça ne recommencerait jamais. Mais tu as vu Edmond, il est si brave, et il est si joli! (ZOLA, Débacle, 1892, p. 561). Tu vois, les bourins, dit Paradis, non seulement on les fait tuer, mais on les emmerde (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 103).
b) [La prop. est reprise par un pron. neutre]
♦ [Avec le] Entre donc, Sûzel, tu n'as pas besoin de te gêner.Oh! je ne me gêne pas.Si, si... tu te gênes, je le vois bien, sans cela tu serais entrée tout de suite (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 94). Thomas Pollock Nageoire: Qu'est-ce que vous faites là? Marthe: Vous le voyez, je racommode (CLAUDEL, Échange, 1954, I, p. 742).
♦ [Avec cela, ça] De nouveau, il regarda sa montre. Le coup d'œil n'échappa pas à M. Élie.Je vois ça, tu me fous dehors (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 780).
Loc. [En incise ou en déb. de phrase]
À ce que je vois, à ce que j'ai vu. Je tenais encore le reste de mon morceau de pain noir. Vous n'avez pas fait bien bonne chère, à ce que je vois, me dit le vieillard (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 128). Il vous avait joliment bien nippée, à ce que j'ai vu le jour où je vous ai rencontrée (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 290).
Ce que voyant. [Il] essaya de (...) mouvoir [le rocher] pour se faire un passage, et il se fatigua beaucoup à ce travail, et tous ses efforts furent vains. Ce que voyant, il s'assit plein de tristesse (LAMENNAIS, Paroles croyant, 1834, p. 111). Philippe, avec dévotion, faisait des portraits de Suzanne et jamais la jeune femme ne refusait de poser. Ce que voyant, Marc hissa sur ses épaules, tout le long de l'escalier, une énorme bûche de chêne et se prit à la dégrossir, puis à sculpter une image de la jeune femme (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 229).
— [Avec compl. prép. précisant les signes sur lesquels on se fonde] Une lutte se passait sous les eaux (...), lutte qui devait être terrible, on le voyait aux bouillonnements de la surface (VERNE, Île myst., 1874, p. 150). Je parie qu'il est porté sur la chose, lui... J'ai vu cela, tout de suite, à son nez mobile, flaireur, sensuel, à ses yeux extrêmement brillants (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 29). Var. Comme on (le) voit à. C'est une élégante, comme on voit à son aumônière (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 126).
8. En partic.
a) [Voir, relais synt., évite la présence de deux que, l'un introduisant une prop. complét., l'autre un second terme de compar.] J'aimerais mieux te voir épouser un épicier millionnaire qu'un grand homme indigent (FLAUB., Corresp., 1863, p. 124).
b) [Voir, auxil., avec suj. désignant une chose]
) [Le sens est celui d'une phrase dans laquelle le suj. de voir deviendrait compl. circ. de temps ou de lieu du verbe à l'inf. empl. à un mode pers.]
♦ [Le suj. désigne une fraction du temps] Chaque année voyait se multiplier le peuple et croître l'avidité des colons (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 184).
[Équivalent à une phrase à verbe être] Le mercredi, nous nous rencontrons tous chez Olivier, le jeudi nous voit tous ici, le vendredi nous allons tous prendre le thé chez Esmont (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p. 158).
♦ [Le suj. désigne un lieu] Je m'étais toujours demandé Pourquoi tel trottoir d'une rue Voit se presser la foule drue, Tandis l'autre est moins fréquenté? (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 31).
[Le suj. est compl. du nom, lui-même compl. de lieu du verbe à l'inf.] L'Oder, la Vistule et le Dniepr ont vu sur leurs bords s'établir, en rapports les unes avec les autres, des rangées de villes (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 73).
) [Le compl. d'obj. de voir a trait à un élém. qui appartient au suj. ou qui le concerne; le sens est celui d'une phrase dans laquelle le suj. de voir deviendrait compl. du subst. précédant l'inf. (ou le part. passif), devenu lui-même suj. de ce verbe conjugué à un mode pers.] Le septième volume du Journal des Goncourt (...) voit ses annonces et ses échos arrêtés par l'assassinat du Président de la République (GONCOURT, Journal, 1894, p. 600). La fugue voit ses éléments s'appeler, se répondre, se devancer, se poursuivre, se dépasser, revenir sur leurs pas (FAURE, Espr. formes, 1927, p. 59).
C. — Empl. abs.
1. Percevoir les objets du monde extérieur par l'intermédiaire des organes de la vue. Un enfant n'est pas plus capable d'acquérir de la morale en spéculation, qu'il ne le serait de développer sa faculté de voir par la théorie de la vision (BERN. DE ST-P., Harm. nature, 1814, p. 282). V. assister1 ex. 1:
4. ... la plupart des hommes sont des sourds, des aveugles-nés; un poète survient, recueille un peu de boue pure au fond de la source, nous touche les paupières, les oreilles, et nous voyons tout à coup, et nous entendons. Ainsi Francis Jammes, jadis, m'a ouvert les yeux sur la beauté du monde.
MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 176.
P. métaph. La lampe est le signe d'une grande attente. Par la lumière de la maison lointaine, la maison voit, veille, surveille, attend (BACHELARD, Poét. espace, 1957, p. 48).
♦ [P. méton du suj.] Au fig. En nous, après tout, la plus absolue différence de tempéraments, de goûts, de caractères,et absolument les mêmes idées (...), la même optique intellectuelle. Notre cerveau voit de même et avec les mêmes yeux (GONCOURT, Journal, 1865, p. 195).
— [Avec compl. prép. désignant]
♦ [l'organe de la vue] L'homme, forcé de se servir du moyen ou du ministère de ses organes pour les opérations de son intelligence, pense par le ministère du cerveau, parle par le ministère de l'organe vocal, voit par le moyen de ses yeux (BONALD, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 70). Louise: Aveugle, moi, de l'œil droit? Denis: Oui, du moins à l'état normal, car, pendant les crises, vous y voyez des deux yeux (CUREL, Nouv. idole, 1899, II, 1, p. 192).
♦ [le moyen utilisé pour améliorer la vue] Il n'y a que ces affreuses lunettes... Pourquoi donc portez-vous des infamies pareilles? Lucy: Parce que je n'y vois pas sans cela, madame (PAILLERON, Monde ou l'on s'ennuie, 1869, I, 8, p. 32).
♦ [les circonstances] Ils avancèrent silencieusement, le comte guidant Franz comme s'il avait eu cette singulière faculté de voir dans les ténèbres (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 545). Tu es heureux, Christophe! Tu ne vois pas la nuit.Je vois dans la nuit, dit Christophe. J'y ai assez vécu. Je suis un vieux hibou (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1577).
— [Avec (loc.) adv. exprimant la qualité de la vue] Voir bien/mal, de loin/de près; voir nettement; voir trouble. Nous voyons mal, quand l'un des yeux, mieux constitué, plus fort que l'autre, est plus vivement affecté, et transmet au cerveau une plus forte image (BICHAT, Rech. physiol. vie et mort, 1822, p. 27). Il s'approche, le bras tendu, son bulletin à la main, comme à tâtons, parce qu'il ne voit pas bien clair, dépose son bulletin et s'assied, la tête sur son bâton (RENARD, Journal, 1900, p. 580). V. clair I A 1 a ex. de Duhamel.
Loc. fig. Ne pas voir clair en plein midi.
Ne pas/n'y pas voir, ne plus voir. Avoir perdu/perdre la vue; être devenu/devenir aveugle. On ne va pourtant pas me mettre en sentinelle tout seul?... Je n'y vois presque pas, surtout la nuit (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 278). On me fit m'essuyer les yeux avant que j'allasse embrasser ma grand'mère.Mais je croyais qu'elle ne voyait plus, dit mon père.On ne peut jamais savoir, répondit le docteur (PROUST, Guermantes 2, 1921, p. 344).
Rare. Non voir. Être aveugle. Les handicapés sont moteurs, les sourds « malentendent ». Les vieux sautent du troisième au « quatrième âge », ils ont le sentiment de progresser. Les aveugles « non voient ». Les armements « non prolifèrent ». Sans parler du non-dit, par définition (Le Nouvel Observateur, 30 oct. 1982, p. 80, col. 1).
♦ [Le suj. désigne l'organe de la vue] Le réflexe [pupillaire] disparaît si l'œil ne voit pas (BRION, Jurispr. vétér., 1943, p. 265).
2. a) ) Faire usage du sens de la vue. Abîmé dans l'état de torpeur, de somnolence que lui avait procuré sa dose d'opium (...), il avait suivi machinalement ses guides à moitié endormi, appuyé sur eux, les yeux ouverts, sans voir (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 34). Les nombreux détours de cette route, ses courbes accentuées me permettaient de voir sans être vu (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 66). [Avec cont. déf.] Voir, voir! Éprouver par la vue, jouir par la vue, apprendre par la vue, est-il rien de plus pressant pour l'homme d'aujourd'hui? (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 19).
Savoir voir. Ceux qui ne savent point voir cherchent des spectacles rares et bientôt s'y ennuient; au lieu que celui qui a appris à voir finit par saisir la beauté partout (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 269).
Manière de voir. La main [en peinture] dépend de l'esprit; la technique répond à la manière de regarder et de voir (SÉAILLES, E. Carrière, 1911, p. 67).
— [Avec compl. prép. désignant]
♦ [compl. désignant l'organe de la vue] Voir avec/de/par ses yeux. La route bougeait. Tout à coup, Darras comprit. Et, comme s'il se fût mis à voir avec sa pensée, et non avec ses yeux, il distingua les formes: la route était couverte de camions aux bâches jaunes de poussière (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 517). L'écrivain qui compte est celui qui voit de ses yeux, entend de ses oreilles, touche de sa main, sent de tout son corpset ne peut enfin que son œuvre ne trahisse ce qu'il est en lui d'unique et d'irremplaçable (PAULHAN, Fleurs Tarbes, 1941, p. 43).
♦ [compl. désignant la manière] Les vues excellentes se doutent à peine du bonheur que donne (...) une lunette, et du battement de cœur qu'on ressent à découvrir les détails de l'immensité (...). On renaît soi-même et l'on voit avec l'ivresse des yeux de quinze ans (AMIEL, Journal, 1866, p. 213).
— [Avec (loc.) adv. ou compl. prép. désignant les modalités de l'action] Ma mère porte lunettes, à cause de l'âge (...). Quand elle veut voir bien en face, elle relève la tête pour mieux utiliser ses verres (DUHAMEL, Confess. minuit, 1920, p. 44).
[Le suj. désigne l'organe de la vue] Pourquoi l'œil n'a-t-il pas un langage qui peigne d'un seul mot, comme il voit d'un seul regard? (LAMART., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 256).
P. métaph. Comprit-elle tout ce qu'il y avait dans ce regard?Elle ne le vit pas. Le bonheur ne voit pas autour de lui (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 437).
Voir sans voir. Constater un fait sans qu'il y paraisse, discrètement. Il n'y aurait que le jeu. Mais le jeu et les affaires: alors, quelquefois, ça déraille un peu. Nous sommes là pour remettre les choses discrètement en place. Oh discrètement! Il faut savoir voir sans voir, quoi. Pas de scandale, c'est la consigne (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 234).
— [P. oppos. à regarder] V. regarder A 1 c.
Regarder sans voir. V. regarder A 1 c.
) Expr. Avoir des yeux pour ne pas voir. V. entendre ex. 10. Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. Ce sont les malheureuses revanches du débiteur et de la mauvaise foi. Il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir: s'accrocher à la moindre équivoque, saisir avec empressement toutes les occasions imaginaires ou véritables, de manquer à sa parole (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 144). Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu. [P. allus. aux paroles de César] Eh! bien, mon cher, dit Lucien à Petit-Claud à deux heures du matin en revenant à pied: je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu! (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 691).
) Spécialement
JEUX DE CARTES Aller, jouer, mettre sans voir. Jouer, miser sans avoir vu son jeu (d'apr. Lar. Lang. fr.).
♦ [Au poker] Payer pour voir. ,,Tenir l'enjeu proposé par un adversaire, pour l'obliger à abattre son jeu`` (Lar. Lang. fr.). Les Américains vont dépenser 50 millions de dollars (...). Ce n'est pas une plaisanterie. Si les autorités de Washington « payent pour voir », comme on dit au poker, c'est qu'elles sont intriguées (...) par une toute nouvelle théorie: celle de l'hiver nucléaire (Le Monde aujourd'hui, 16-17 sept. 1984, p. VI, col. 1).
À voir. Un instant, dit Ingelby, montrant son paquet de cartes. Je suis à vous. Je dis cinquante à voir... Et il acheva la partie (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 317).
MÉD., vieilli. Voir. Avoir ses règles (d'apr. CARABELLI, [Lang. pop.], s.d.).
b) Voir + (loc.) adv. (ou cont.) précisant les conditions extérieures de la perception. Dans une heure, il fera noir. Hâtons-nous pour voir encore clair (JARRY, Ubu, 1895, IV, 4, p. 79). Le soldat Joseph regardait par le carreau; il ne savait comment faire pour voir le plus possible. Mais les remous de la foule (...) lui cachaient à tous moments la scène (JOUVE, Scène capit., 1935, p. 16).
Voir noir. Avoir une vision, une vue sombre. Il faut à l'homme de la clarté. Quiconque s'enfonce dans le contraire du jour se sent le cœur serré. Quand l'œil voit noir, l'esprit voit trouble. Dans l'éclipse, dans la nuit, dans l'opacité fuligineuse, il y a de l'anxiété (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 469). Au fig. C'est au même général dont on a dit parfois qu'il voyait noir, qu'il inclinait à présager le pire, qu'il fut unanimement demandé de restaurer l'espoir et de ranimer l'ardeur dans nos rangs (VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 84). Voir rouge. V. rouge II B 2.
Y voir. Y voir à peine, suffisamment; n'y voir pas assez pour lire. Esprels placé tout contre la table, essaye d'y voir clair pour lire un journal (HERMANT, M. de Courpière, 1907, III, 1, p. 21). « Tu n'y vois rien. Tu veux que je t'éclaire? » lui cria le vieux, et il posa sa lampe sur la table du palier (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 749).
N'y voir goutte. V. goutte1. Au fig. V. goutte1 A 1 d ex. de Valéry et ex. 4.
c) Voir + adv. ou compl. prép. indiquant le lieu ou la limite de la perception. Voir dans une pièce. Par-dessus le parapet, on ne voit pas à dix pas (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 92). Dans le moment, il (...) penchait [sa tête] à gauche pour mieux voir dans son sac (AYMÉ, Jument, 1933, p. 256).
Expr. Voir loin. Les berges basses lui permettaient de voir loin au-dessus des chaumes et, l'oreille aux aguets, habile à démêler les sons, il écoutait (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 251). Au fig. V. loin I B 2 b ex. 6. Ne pas voir plus loin que (le bout de) son nez. On a remonté ensemble vers l'étang, pas moyen d'y voir plus loin que son nez, la pluie nous roulait dans la figure comme un tambour (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1456). Au fig. V. bout ex. 21, loin I B 2 b ex. de Drieu La Rochelle et ex. 7.
II. — [La perception d'un objet ou d'une caractéristique qui appartient ou semble appartenir au domaine du visible ne passe pas par le sens de la vue]
A. — Percevoir sous l'effet d'un trouble physique ou psychique, ou dans une circonstance particulière, une image qui ne correspond pas à la réalité.
1. a) [Le suj. du procès, éveillé, est plus ou moins conscient de l'illusion] Il y avait trop de soleil sur la plage et dans la ville. (...) quand on pénétrait soudain dans un trou d'ombre, on était un bon moment à ne rien voir que du rouge (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 20).
Voir trente-six (mille) chandelles. V. chandelle. Maxence connut le supplice des heures. Il sut que chaque minute pouvait souffleter un homme, à droite, à gauche, jusqu'à crier merci, aveuglé et voyant les trente-six chandelles du soleil (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p. 50). Voir des anges violets (vx). V. ange. Faire voir des étoiles en plein midi (vx, fam.). V. étoile. Voir mille soleils. Avoir, provoquer un éblouissement. J'ai sommeil. Quelqu'un m'a donné du gourdin sur la nuque. J'ai vu mille soleils. (...) Ah! c'était beau. Des violons volaient à l'entour des soleils. Les soleils ruisselaient (AUDIBERTI, Mal court, 1947, I, p. 148).
Voir qqc. double. Je voyais souvent les objets doubles, circonstance qu'il m'est impossible d'expliquer (...). C'est surtout la flamme des bougies qui prenait cet aspect devant mes yeux, et je me rendais compte de l'illusion sans pouvoir m'y soustraire (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 153).
b) [Le suj. croit à la réalité de l'image] L'œil ivre de l'homme pris de haschisch verra des formes étranges; mais, avant d'être étranges et monstrueuses, ces formes étaient simples et naturelles (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 366). Un autre schizophrène (...) disait voir dans le jardin un homme arrêté sous sa fenêtre et indiquait l'endroit, le vêtement, l'attitude (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 385). V. fantôme A 1 ex. de Montherlant, hallucination A ex. de Green.
Absol. Voir double.
2. [Le suj. est endormi] Aurelle, qui s'était endormi, voyait défiler sous ses paupières closes de monstrueuses fourmis kaki, que commandait le petit docteur (MAUROIS, Sil. Bramble, 1918, p. 175).
Voir en rêve. Écoute, j'ai vu cette nuit en rêve le corbeau noir. Il m'a dit que l'ombre des arbres de Gâo serait fatale la nuit qui vient à votre chef (BENOIT, Atlant., 1919, p. 245).
B. — Former mentalement l'image d'une chose non présente. Synon. imaginer, se représenter.
1. [Par une contention d'esprit pour obtenir la concentration] Fermer les yeux et s'isoler de l'extérieur (...) appeler ensuite la pensée sur laquelle on veut se concentrer, par une formule très courte et très simple qui aura été préparée à l'avance. Répéter mentalement cette formule plusieurs fois de suite, en s'en formant une image de plus en plus nette par l'inspection des détails qui composent son objet. Quand l'image est tellement nette qu'on se rend compte qu'on la voit mentalement, la concentration est obtenue (LALLEMENT, Dyn. instrum. archet, 1925, p. 164).
2. [Par l'effet du souvenir] Je vois toujours ce bois avant qu'on y eût porté la cognée, et, dans la réalité, je n'en ai jamais vu d'aussi beau (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 161).
— [Le suj. désigne l'agent du procès] Cependant ma mémoire voit l'objet comme s'il était sous mes yeux. Telle est dans les choses matérielles, l'impuissance de la parole et la puissance du souvenir (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 554).
3. a) [Par l'effet de l'imagination] Je me représentais l'Alsace et la Lorraine envahies par les Autrichiens et les Prussiens (...). Je voyais l'exécution des menaces de Valentin: les Baraques en feu (...) tous les amis forcés de se cacher dans les bois (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 271). Quand enfin un journal de Paris (...) m'a nommé correspondant aux Sables, tu ne te tenais plus de joie. « Tu me voyais marié dans notre ville. Tu me voyais acheter un jour une petite maison rose dans les nouveaux quartiers » (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 132).
Voir l'invisible. J'ai aimé le cinéma jusque dans la géométrie plane. Du noir et du blanc, je faisais des couleurs éminentes qui résumaient en elles toutes les autres et ne les révélaient qu'à l'initié; je m'enchantais de voir l'invisible (SARTRE, Mots, 1964, p. 101). Voir en pensée. Il fit effort pour se débarrasser de toute idée préconçue (...). Mais comment orienter ses propres questions, comment les formuler même, sans voir quelque chose en pensée: des lieux, des actions, des êtres? (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 224).
— [Le suj. désigne l'agent du procès] Une pierre, une plante, Un insecte qui vole, une fleur qui sourit, Tout vous plaît, tout vous charme, et déjà votre esprit Voit le rang, le gradin, la tablette fidèle, Tout prêts à recevoir leur richesse nouvelle (DELILLE, Homme des champs, 1800, p. 121). C'est un jeu pour (...) [l']imagination [des petites filles] de voir à travers la terre tous les détails de l'autre calotte du firmanent. Oui, nous sommes en pleine nuit australe (GIRAUDOUX, Intermezzo, 1933, II, 1, p. 86).
b) En partic.
— [Le compl. d'obj. désigne un concept math.] V. imaginer I A 1 ex. de H. Poincaré. Absol. Les uns aiment mieux traiter leurs problèmes « par l'analyse », les autres « par la géométrie ». Les premiers sont incapables de « voir dans l'espace », les autres se lasseraient promptement des longs calculs (H. POINCARÉ, Valeur sc., 1905, p. 15).
[Le compl. d'obj. désigne une réminiscence littér.] Le lecteur ne voit point Grandet comme il verrait un homme représenté sur une toile, quoique le bonhomme soit décrit des souliers jusqu'au chapeau (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 317).
c) P. ext. Voir un endroit sur une carte. Déterminer un endroit en lisant une carte. Vous voyez bien l'endroit? Je marque une croix [sur la carte]. Vous n'avez qu'à klaxonner ou à appeler, elle est dans le petit bois à droite de la route (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 196).
C. — Percevoir quelque chose grâce à un sens paranormal (seconde vue, sixième sens, don de prophétie). Voir dans les cartes. Elle me dit encore: « Je vois chez vous. Votre femme. Brune, naturellement. Petite. Jolie. Tiens, il y a près d'elle un chien. Peut-être aussi, mais ailleurs, un chat (exact). Pour l'instant, je ne vois rien d'autre. » (BRETON, Nadja, 1928, p. 73). Voir dans le marc de café. V. marc2.
Voir dans l'avenir (absol.). J'ai vu tout à coup dans l'avenir, et vous n'y étiez pas, comme toujours, la face brillante et les yeux sur moi; vous me tourniez le dos (BALZAC, Lys, 1836, p. 188). Placé par son esprit pour voir dans l'avenir, il veut que son être de chair expie la bassesse de ceux qui sont incapables de porter leurs regards aussi loin et se condamne à partager comme homme l'exil de la pensée (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 191).
D. — Prévoir, pressentir quelque chose. Je te prie de partir tout de suite pour te rendre à Vérone; j'ai besoin de toi, car je vois que je vais être bien malade. Je te donne mille baisers. Je suis au lit. Bonaparte (NAPOLÉON Ier, Lettres Joséph., 1796, p. 44). Tu sais, il ne va pas fort, mon Philibert, je le vois sur la fin (AYMÉ, Jument, 1933, p. 83).
Voir à l'avance, d'avance. On voyait d'avance que le père Chauvel serait envoyé à la Convention; tout le pays le voulait; il était déjà sorti le premier avec un grand nombre de voix, pour être éligible (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 21). Le regard blanc vole comme une mite, sur le ciel, où il devine le temps, les feuillages, où il voit la maladie à l'avance (GIONO, Colline, 1929, p. 18).
III. — [La perception passe par un autre sens que celui de la vue]
A. — [Suppléant la vue] Vous n'avez pu voir que son visage! et moi, ces mains, ces mains seules qui me servent à voir, ha, si elles avaient été là, elles auraient été jusqu'à son âme pour l'empêcher de me quitter! (CLAUDEL, Père humil., 1920, IV, 2, p. 557).
B. — 1. [La chose ou la caractéristique perçue ne sont pas du domaine du visible] Voir une odeur. Quand je dis que je vois un son, je veux dire qu'à la vibration du son, je fais écho par tout mon être sensoriel et en particulier par ce secteur de moi-même qui est capable des couleurs (MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 271). Alain doit anticiper. Joindre le geste à la parole. « Pique! » annonce Guillaume, alias Philéas Fogg. La carte tombe. « L'auditeur doit voir avec ses oreilles. » Pas de droit à l'erreur (L'Express, 30 janv. 1992, p. 112, col. 1).
2. Cour. [Voir est utilisé par suite de la primauté de la vue sur les autres sens dans l'expérience hum.]
a) Constater que.
) [D'après le son émis, les paroles prononcées] Voir qqn approuver, dire, plaisanter, se vanter; voir le ton condescendant de qqn. [Des cris] m'ont réveillée en sursaut, madame. Je me suis promptement habillée, accourant chez vous où j'ai cru voir que le tumulte se dirigeait... (LEMERCIER, Pinto, 1800, V, 1, p. 143). Je voudrais lui voir dire du Baudelaire, ou des scènes de Monnier comme L'Exécution (GONCOURT, Journal, 1894, p. 603).
Voir qqc. à qqn. Ce n'est point un caractère à la Louis XI. D'un autre côté, je lui vois les maximes les plus antigénéreuses... Je m'y perds... Se répéterait-il ces maximes, pour servir de digue à ses passions? (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 442).
Voir + compl. prép. évoquant un phénomène auditif. Je vous remercie, ma bonne amie, lui répondis-je, des soins que vous avez pris pour moi (...); mais je vois par ce que vous dites que vous êtes seule oubliée dans nos communs malheurs (NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 93).
♦ [Le compl. ou la prop. complét. expriment l'absence de sons] De lui voir la langue muette, la colère de Bibiche en croissait (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 149). À dix heures et quart quand j'ai vu que monsieur ne m'avait pas sonné, je suis monté sans bruit avec le plateau (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 80).
À l'impér. Voyons l'histoire, dit Franz à son tour en tirant un fauteuil et en faisant signe à maître Pastrini de s'asseoir (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 432).
) [D'après la saveur, l'odeur ou la senteur] Voir si qqc. est bon, si qqc. a du goût/sent bon. Ils goûtaient ensemble la chair crue des saucisses, du bout de la langue, pour voir si elle était convenablement épicée (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 649). Vous verrez la tisane que je sais faire avec certaines herbes que je connais et les fleurs du citronnier (CLAUDEL, Soulier, 1944, 1re part., 2e journée, 8, p. 1021).
À l'impér. Il déboucha une bouteille, remplit son verre et ceux de ses voisins.Voyons ce vin clairet, s'écria-t-il; j'ai (...) un de ces gosiers ardents que rien ne désaltère (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 141).
) [D'après le toucher, par le contact] Asseyez-vous à ma place; vous verrez comme le banc est dur (LARBAUD, F. Marquez, 1911, p. 105). J'ai envie de toucher (...) [ces seins], par curiosité, vous savez, pour voir comment c'est fait, si ça résiste, comment c'est attaché (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 204).
b) Éprouver une sensation physique; sentir. Quand le gigot paraît au milieu de la table (...) L'on se sent beaucoup mieux, un charme vous pénètre. Tout un chacun voyant son appétit renaître, Aiguise ses chicots (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 149). Tout d'un coup ça y est: la Nausée. Une belle crise: ça me secoue du haut en bas. Il y a une heure que je la voyais venir, seulement je ne voulais pas me l'avouer (SARTRE, Nausée, 1938, p. 156).
2e Section. Domaine de la pensée. Percevoir par l'esprit, se représenter en esprit.
I. — Voir + compl.
A. — Avoir conscience de; constater; se faire une idée, se rendre compte de quelque chose.
1. a) Voir + subst. L'honneur parle, j'ai vu le devoir, il faut le suivre, et à l'instant (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 431). Peut-être serais-je tombé malade de chagrin dans cet affreux collège si un don, que j'ai gardé toute ma vie, ne m'avait sauvé, le don de voir le comique des choses (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 413). V. absurdité ex. 8, importance ex. 2.
SYNT. Voir le bien, le mal; voir l'évidence, la vérité; voir le danger; voir son erreur, sa faiblesse; voir le côté plaisant, les avantages, les inconvénients de qqc.; voir la nécessité de qqc.; voir la cause, la conséquence de qqc.; voir une réponse à faire; voir le but de la manœuvre, le moyen de faire qqc; ne pas voir le rapport/la différence (entre...).
— [Le suj. ou le compl. d'agent désigne un attribut de la pers.] Penses-tu donc, insensé, que parce que ta pauvre tête ne voit plus d'issue, il n'y en ait plus véritablement? (STAËL, Allemagne, t. 3, 1810, p. 108). Sentant que toute chose est en Dieu, il se perd lui-même dans cet infini (...): ce que d'ordinaire on ne peut voir que par l'esprit devient accessible, presque à l'œil physique (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 127).
b) Voir qqc./qqn + (loc.) adv. ou compl. prép.
) [Évoquant la manière plus ou moins exacte de percevoir] Il s'était bien rendu compte que dans les boulots réguliers je me démerdais franchement mal. Il voyait les choses assez juste (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 410).
Voir les choses comme il faut; voir les choses comme/telles qu'elles/autrement qu'elles ne sont. Il y a quelque chose de vraiment comique dans cette mauvaise humeur qui s'est tout à coup révélée contre les libres penseurs (...), comme s'il eût dépendu d'eux de voir les choses autrement qu'elles ne sont (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 430). Marthe: Comment? est-ce qu'il n'est pas marié déjà? Louis Laine: Marié! marié! Tu ne vois pas les choses comme il faut. Le mariage est un contrat et il se dissout par le consentement des parties (CLAUDEL, Échange, 1954, II, p. 760).
Faire voir. [Le suj. désigne une chose] Deux textes vous feront voir très clairement ce que j'entends par là et complèteront fort bien notre portrait psychologique (DU BOS, Journal, 1924, p. 83).
P. ext. [Dans une œuvre artist. ou littér.] Bien/mal voir qqn/qqc. Rendre un personnage, un objet avec exactitude ou non; donner une impression juste ou fausse de ses traits caractéristiques. Caractère d'Agamennon, admirablement vu par Racine (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 821).
) [Évoquant un point de vue, un état d'esprit] Je dois me conformer à ma position, voir bourgeoisement la vie, et la chiffrer au plus vrai. Donc je dois penser au mariage (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 152). Il avait un esprit terre à terre. Il voyait les hommes et les choses non pas en philosophe, mais en administrateur (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 342).
Voir d'un bon, d'un mauvais œil. Les écrivains anarchistes qui demeurèrent fidèles à leur ancienne littérature révolutionnaire, ne semblent pas avoir vu de très bon œil le passage de leurs amis dans les syndicats (SOREL, Réflex. violence, 1908, p. 56). V. œil II B 2 ex. de Guèvremont.
Voir en beau. V. beau ex. 148 et infra ex. de Mirbeau. Voir en noir. V. noir II B 1 ex. de Nerval. Voir en rose. V. rose2 II C ex. de Murger et Fromentin.
Au part. passé. Le paysage n'est pas tout à fait le même vu du côté de Mme Valéry que du tien (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1898, p. 305). Le matérialisme (...) est le seul pouvoir spirituel qui ait opposé au torrent du monde napoléonien un obstacle qui ne fût pas enfantin (...). Vu sous ce jour, il apparaît comme l'épisode principal de la lutte engagée pour arracher l'humanité aux conséquences mortelles du système napoléonien (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 290).
Faire voir. [Le suj. désigne un attribut de la pers.] Mon imagination excessive, grossissante et romanesque (...) me fait voir les choses et les gens en trop beau ou en trop laid (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 35).
) [Faisant état de la perspicacité de celui qui voit] Le psychologue (...) voit sous les options techniques et peut-être derrière les aptitudes même des poussées profondes de la personnalité globale (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 91).
Absol. V. chose1 ex. 12.
Savoir voir. Jacques de Meillan n'était pas le dernier des hommes. Il savait voir, derrière les apparences sociales, les réalités vraies qui font du monde une vaste féerie (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p. 19).
2. Voir + prop.
a) Voir + prop. inf. Discussions animées mais décentes sur la politique et les circonstances. Je vois prédominer partout les passions personnelles et l'esprit de parti (MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p. 215). Depuis quelque quarante-cinq ans, j'ai vu la Poésie subir bien des entreprises, être soumise à des expériences d'une extrême diversité, essayer des voies tout inconnues, revenir parfois à certaines traditions (VALÉRY, Variété III, 1936, p. 33). V. conséquence ex. 1.
b) Voir + prop. complét. Jimmy: Bon, eh bien, pars, puisque tu ne veux rien comprendre! Nicole: Mais comprendre quoi? Jimmy: Tu ne vois pas que tu peux m'aider en ce moment? (BOURDET, Sexe faible, 1931, II, p. 346). V. regarder B 3 c ex. de Senancour.
♦ [Avec (loc.) adv.] On ne voit pas bien que la langue qui avait émouvoir ait fait, en acceptant émotionner, une acquisition très importante ni très belle (GOURMONT, Esthét. lang. fr., 1899, p. 17). Ils se prosternent encore au nom d'un roi, mort depuis vingt ans; ils salueraient un chapeau sur un bâton, comme dans Guillaume Tell, et encore avec effusion et remerciement à eux-mêmes. Je vois clairement que notre civilisation prolétarienne méprise tout à fait ces vertus (ALAIN, Propos, 1914, p. 183). V. plaisir1 I A 1 b ex. de Stendhal.
♦ [Avec compl. de moyen] Par ce qui précède, on peut voir que je ne reconnais pas dans la science de la vie deux sciences distinctes, l'une, science de la maladie, qu'on appellerait la médecine, l'autre, science de la santé, qu'on appellerait la physiologie (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 299).
c) Voir + prop. interr. ou exclam. indir. Je (ne) vois (pas) comment on peut faire, de quoi vous voulez parler, en quoi je peux vous être utile, pourquoi on se gênerait; je vois combien tu as raison; vois/voyez comme il est gentil/intelligent. Ma chère amie, dit Mimi piquée, je vois où vous en voulez venir, à me faire croire que Rodolphe est amoureux de vous, et qu'il ne pense plus à moi (MURGER, Scènes vie boh., 1851, p. 167). Le commissaire (...) est venu exprès hier au soir... pour raconter ta pourriture!... Il avait tout ton signalement et même ta photo!... Tu vois si t'es bien connu! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 491). V. regarder B 1 a ex. de H. Poincaré.
P. ell. Vous avez quelque chose à me dire. Vous savez de quoi je veux parler.Je ne vois pas vraiment. Non, je ne vois pas (BENOIT, Atlant., 1919, p. 20).
Voir ce qui/ce que. Je (ne) vois (pas) ce que vous voulez dire/ce qu'il faut faire. Je ne vois pas ce qui pourrait m'empêcher de dénoncer les ravages qu'a déjà causés, dans les classes populaires, l'enseignement laïque (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 174).
♦ [Avec compl. de moyen] Assurément par ces remarques on ne voit pas assez ce que c'est que le roman; mais il me semble qu'on voit assez ce que c'est que l'anecdote (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 293).
3. Voir + pron. neutre. Vous le voyez, mon cher enfant, vous aviez tort de m'en vouloir (AUDIBERTI, Quoat, 1946, 2e tabl., p. 72). V. avantage ex. 3.
[Avec compl. de moyen] « Voilà mon fonds (...). Quand je ne le dis pas en propres termes, je le dis en allégories, comme vous le verrez par les Histoires désobligeantes qui vont paraître... » (BLOY, Journal, 1894, p. 127).
Savoir voir. À l'état sauvage, seuls les êtres robustes prospèrent; tout le reste, déchet, sert d'engrais. Mais on ne sait pas voir cela; on ne veut pas le reconnaître (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1197).
Faire voir. Cet homme Olivier [Cromwell] était un excellent colonel de cavalerie, mais il ne comprenait rien aux sentiments du peuple anglais; on le lui fit bien voir au moment de la Restauration (MAUROIS, Sil. Bramble, 1918, p. 37).
B. — Porter son attention sur quelque chose.
1. a) Examiner, étudier. Frédé peut faire mieux qu'un courrier. Il a été responsable politique à Toulouse.Je verrai cela avec Caracalla (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 10).
À l'impér. [Pour circonscrire, résumer une question] Voyons si tu as compris, si nous sommes d'accord. Sans s'arrêter à ces suppositions (...), voyons du moins ce que notre activité prépare pour des tems accessibles à nos conceptions (SENANCOUR, Rêveries, 1799, p. 235). Fam. Allons, laissons cela. Nous en reparlerons une autre fois. Et voyons cette petite santé (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 891).
À voir. Il faudra y revenir; à vérifier. En mettant tous les animaux à une alimentation identique, c'est-à-dire à jeun, les urines deviennent identiques chez les chiens et chez les lapins. Cependant les urines de ces animaux doivent présenter quelques différences qui représentent alors les différences du sang lui-même (à voir) (Cl. BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 233).
Expr. C'est à vous de voir si... C'est à vous de décider, après examen, si... Maintenant, c'est à vous de voir si vous êtes pour la justice et pour le travail (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1321).
b) [Dans le lang. du dr.] Cette Chambre pouvait voir et connaître de toutes plaintes et clameurs, recevoir toutes requêtes et y pourvoir, connaître de tous cas criminels et civils (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 374).
2. Prendre en compte. Objectivement, vous ne pouvez pas séparer ces deux termes homme et humanité; j'entends que quand vous considérez un homme, vous voyez réellement tous les hommes, et que vous ne pouvez pas voir l'individu sans voir l'espèce (P. LEROUX, Humanité, 1840, p. 250).
Ne voir que... Ne penser qu'à..., ne tenir compte que de... Ne voir que son intérêt; ne voir que le résultat, les avantages, les inconvénients, les risques de qqc. Teissier: Voilà quelque temps déjà que je viens ici (...). Vous avez dû penser quelque chose. Marie: Mon attention était ailleurs. Teissier: Où était-elle? Marie: Je ne vois que ma famille. Je ne vois que le sort qui l'attend après celui qu'elle a perdu (BECQUE, Corbeaux, 1882, III, 8, p. 191). Ce jeune artiste ne voit qu'une chose, lui, gagner de l'argent!... Les femmes, il s'en fiche (GUITRY, Veilleur, 1911, II, p. 17).
C. — Porter un jugement sur quelque chose/quelqu'un.
1. Trouver; estimer/juger qu'il y a... Ce qui m'a rendue le plus malheureuse, c'est que j'ai vu une coïncidence entre la mort de ma mère... et le meurtre du petit furet. J'ai pensé que c'était là une punition du ciel (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 94).
a) Voir qqc.1 à qqc.2 Voir une objection, une raison à. Sénécal demanda si quelqu'un voyait un empêchement à cette candidature.« Non! non! » Mais lui, il en voyait (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 135). Il fit la tournée de ses voisins futurs pour les prier de l'aider à déménager (...) il voyait un double avantage à cette corvée: aller plus vite, et trouver l'occasion de remercier ces voisins par un plantureux repas de tous les coups de main déjà donnés (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 152).
Voir beaucoup/rien à + inf. (à qqc.). Mon cher ami, votre projet de traité me semble aussi bien que possible et je n'y vois rien à redire (FLAUB., Corresp., 1862, p. 42). Ferdinand voyait beaucoup à gagner à l'amitié du député. Mise à part toute ambition personnelle, le vétérinaire songeait à la carrière de son fils aîné Frédéric (AYMÉ, Jument, 1933, p. 61).
Voir qqc. à + (prop.) inf. Je vois un inconvénient à faire coïncider la publication de l'ouvrage de M. de Lamartine avec la publication du mien (HUGO, Corresp., 1864, p. 464).
Voir qqc. à ce que + verbe. Je ne vois pas d'inconvénient à ce que tu diriges à ton gré les rapports de ta littérature avec moi. Mais la question change quand il s'agit des rapports de toi à moi (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1898, p. 321).
b) Ne voir que + subst. (+ où/si...). Il ne me paraît pas qu'il y ait l'accent de la piété, même dans l'hymne de Cléanthe à Jupiter, dans l'invocation de Lucrèce à Vénus (...) ou dans les chœurs des tragiques. Je ne vois guère que les Bacchantes et l'Hippolyte d'Euripide où sonne un peu cet accent (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 145). Les choses étant ce qu'elles sont, je ne vois que deux solutions (SARTRE, Mains sales, 1948, 3e tabl., 4, p. 106).
2. a) ) Voir qqc.1/qqn1 dans/en qqc.2/qqn2. Attribuer une qualité, un statut, une fonction à quelque chose /quelqu'un; considérer quelque chose/quelqu'un en tant que (support de). Dans l'homme il [Zola] voit la brute, dans l'amour l'accouplement, dans la maternité l'accouchement (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 265). J'ai cru que, tout en me comblant, l'amour pouvait m'aider à sortir d'une très grande difficulté morale. J'ai vu dans l'amour la fin de ma solitude (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 218).
♦ [À propos d'un personnage] Je n'avais jamais pensé à Anne comme à une femme, mais comme à une entité: j'avais vu en elle l'assurance, l'élégance, l'intelligence, mais jamais la sensualité, la faiblesse (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p. 68). V. lorsque B 1 ex. de Bernardin de Saint-Pierre.
[Le suj. est du domaine de la philos.] La vieille morale empirique voyait à tort dans l'hypersexuel l'homme dangereux, l'homme de désordre (BERNANOS, Joie, 1929, p. 648).
Faire voir. [Le suj. désigne une faculté, une sensation] Rachète ta lâche inertie, Tes votes honteux, la torpeur Qui te faisait voir un messie Dans l'épouvantable trompeur, Dans cet immonde Bonaparte (GLATIGNY, Fer rouge, 1870, p. 61).
— [Le compl. prép. est remplacé par]
♦ [un pron. rel. ou adv.]
[Avec ] Qu'est-ce qui fait sa condamnation certaine aujourd'hui? C'est qu'il a dénoncé les faux d'Esterhazy, où l'état-major infaillible a besoin de voir les preuves de la culpabilité de Dreyfus (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 107). Le Supérieur général de la Compagnie avait observé dans l'allure du séminaire une bonhomie où il ne pouvait voir que du laisser-aller (BILLY, Introïbo, 1939, p. 41).
[Avec y] Je suis sur la brèche pour vous défendre envers et contre tous, mais je ne voudrais pas que l'on pût y voir le moindre calcul (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 347). Une espèce de lueur douce traînait dans son regard, et le malheureux Clergerie, à bout de forces, y crut voir un présage sinistre (BERNANOS, Joie, 1929, p. 709).
[Avec un adv.] Un orage, n'est-ce pas?Oui, un orage.Et vous voyez là un motif de vous inquiéter? (BENOIT, Atlant., 1919, p. 78). Si nous pouvions hésiter encore à voir ici la première ébauche du mythe romantique, une phrase (...) suffirait à lever nos doutes (BÉGUIN, Âme romant., 1939, p. 53). [Le suj. désigne un attribut de la pers.] Il y en a qui prétendent qu'on l'a flétri d'un surnom dans sa jeunesse; qu'il en est resté inconsolable le reste de son existence, parce que sa dignité blessée voyait là une preuve flagrante de la méchanceté des hommes (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 146).
) Voir qqc./qqn + attribut du compl. d'obj. Vous savez, il a eu deux vertiges aujourd'hui (...), fait-elle. (...) Je ne sais pas... Il y a quelque chose que je ne comprends pas... Je ne vois pas ça tout physique... N'y aurait-il pas un ennui moral? Il est si triste (GONCOURT, Journal, 1888, p. 792). V. regarder B 1 a ex. de Alain.
[L'attribut est introd. par comme] Un mari qui n'aime plus sa femme ne voit cette femme que comme l'instrument de son malheur, et ne songe pas au malheur affreux qu'il lui cause (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1815, p. 79). Il voyait vaguement tous les pauvres comme des envoyés de Dieu (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 457).
b) Voir toujours/ne jamais voir de/en qqn (que) qqc./qqn. Ne considérer quelqu'un que sous l'un de ses aspects. J'ai toujours vu le père en vous (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 633). Jusqu'à ce jour, je n'avais vu de lui que le magistrat; l'homme enfin écartait la toge (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1113).
D. — 1. Connaître d'avance; prévoir; envisager.
a) Voir + subst. On partirait de Paris... C'est rigoureux... On irait lentement. Je vois trois journées jusqu'aux Vieux Garçons... Tout d'abord (GONCOURT, Journal, 1888, p. 832):
5. Étant d'humeur, ce soir-là, à ne pouvoir se passer de Morel, il avait inventé qu'on lui avait rapporté que deux officiers du régiment avaient mal parlé de lui à propos du violoniste et qu'il allait leur envoyer des témoins. Morel avait vu le scandale, sa vie au régiment impossible, il était accouru.
PROUST, Sodome, 1922, p. 1067.
Voir qqc. dans l'avenir; ne voir dans l'avenir aucune espérance. De toutes parts, dans cet avenir, Julien voyait le manque de succès (STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 390).
b) Voir + prop. inf. Commandant et décoré, je voyais un nouvel horizon s'ouvrir devant moi (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 221).
Voir approcher, voir arriver, voir poindre qqc., ou cour., voir venir qqc.; voir venir la catastrophe, le danger; voir venir les événements. Prouvez-moi donc que vous êtes réellement en mesure de vous marier (...) Que gagnez-vous, monsieur, année commune? Cette épouvantable question, que je voyais poindre depuis un moment, m'écrasa comme un coup de foudre (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 234). Il m'a dit son désir de l'épouser; sa résolution...C'était à prévoir, murmura-t-elle (...).Alors tu t'en doutais? fis-je un peu nerveusement.On voyait venir cela depuis longtemps. Mais c'est un genre de choses que les hommes ne savent pas remarquer (GIDE, Symph. pastor., 1919, p. 906).
♦ [Le suj. de l'inf. désigne une fraction du temps] Savez-vous que je vois venir l'instant où le tribunal d'écoute-s'il-pleut, exclusivement occupé à venger vos petits griefs, ne pourra plus suffire à tant d'obligations? (COURTELINE, Gend. sans pitié, 1899, 1, p. 145). Il voyait venir le moment où, d'un commun accord, on enseignerait que deux et deux font cinq, que le tout est plus petit que la partie et la nuit, plus lumineuse que le jour (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 473).
2. Voir venir. Attendre la suite des événements avant d'agir, d'entreprendre quelque chose. Ayant écrit deux lettres, de quatre pages chacune, il pensa qu'il en avait assez fait pour le moment, et qu'il n'y avait plus qu'à voir venir (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 812).
Attendre et voir venir. Neutraliser peu à peu l'abbé Traquet en lui suscitant des difficultés avec Folcoche (...). Entreprendre, moi aussi, M. Rezeau. Pour l'instant, attendre et voir venir. J'étais en train d'apprendre que l'hypocrisie est sœur de la patience (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 168).
Avoir/donner le temps de voir venir. J'approuve fort que vous preniez le portefeuille des Affaires Étrangères, comme vous l'aviez, par intérim. Cela vous donnera le temps de voir venir et d'arranger les affaires (CHATEAUBR., Mém., t. 3, 1848, p. 173). [P. ell. de venir] « Comme ça » dit l'un d'eux en sortant de la pièce où avait eu lieu la discussion, « nous aurons le temps de voir; et les agités se calmeront (...) » (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 33).
En partic. Pouvoir voir venir. Avoir suffisamment de moyens pour vivre un moment sans souci. J'ai déjà mis de côté (...) un certain nombre d'obligations qui vous assurent une centaine de mille francs de rente. Avec cela vous pourrez voir venir (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 225).
II. — Empl. trans. indir. Voir à
A. — Voir à + subst. S'occuper de, prendre soin de. Sacristi!... fit-il, ennuyé... je devrais aller voir aux châssis... Les mulots ne me laissent pas une salade, ces vermines-là (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 183). Le matin de ce dimanche de décembre, pendant que Didace voyait au train de l'étable, Venant apporta le bois au bûcher (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 88).
B. — Voir à + inf. Veiller à, songer à; faire en sorte de. Si vous ne tenez pas à cette fille, pourquoi exposer ainsi votre vie?Parce que je tiens encore moins à ma vie qu'à elle; mais brisons là-dessus. Je vais voir à finir gaiement la journée (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 182). Il est effectif, monsieur, que je suis très susceptible de confondre Arbois de Carthage avec Proclès de Jubainville. Je verrai plus tard à combler ces lacunes. Pour le moment, je désirerais savoir où nous sommes (BENOIT, Atlant., 1919, p. 131).
Pop. Faudrait voir à. Faudrait voir à ne pas rater le train, fit Croquebol (COURTELINE, Train 8 h. 47, 1888, p. 82). D'abord, interdiction d'employer les mots mecs et nanas (...). Ensuite, faudrait voir à réviser ma grammaire et à employer l'imparfait du subjonctif si nécessaire (Le Monde, 7 févr. 1986, p. 30). V. moment I E 3 c ex. de Barbusse.
III. — Empl. abs.
A. — 1. Voir +(loc.) adv. Avoir une certaine conception des choses; se faire une certaine idée d'elles. Elle avait, autant que je puis me rappeler les choses qu'elle me disait et dont mon cœur d'enfant était remué, une âme magnanime de pauvre femme. Elle voyait gros et simple (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Cloch., 1886, p. 662). Jamais encore je n'avais vu si clair dans ma nature et dans mon destin d'écrivain (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 127). V. clairement B ex. de Renan.
Voir faux. V. faux2. Voir juste. Voir grand. Voir loin.
2. Façon, manière de voir. Opinion, conception. Quand je te donne une opinion sur tes écrits, d'abord ce n'est qu'une opinion et puis tu dois maintenant me savoir assez par cœur pour connaître que j'ai une manière de voir très spéciale et pas pratique en ces matières (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1898, p. 321). Brotonneau: (...) Nous battre? Et non! Oh! ce n'est pas seulement parce que ça peut être tout de même dangereux. C'est surtout parce que ça n'arrangerait rien. De Berville: Vous me permettrez, monsieur, de ne pas partager cette façon de voir (FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, 1923, I, 13, p. 8).V. positif ex. 5.
B. — Synon. de comprendre.
1. Interj. [Dans un dialogue fam.] Je vois. V. comprendre II A 1. — Une cigarette... offre Marat.Je ne fume pas.Il ne boit pas non plus, dit Rodrigue, pas même de vin.Je vois... Continue (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 11).
2. [À la suite d'un effort de réflexion] V. comprendre II A 2 a. Le livre a de l'allure, mais, par endroits, il tient du libelle. Plus tumultueux d'ailleurs que limpide. Fréquente communion, ou infréquente ? On ne voit pas trop. Confusion voulue et perfide, comme on l'a dit? (BREMOND, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 422).
C. — P. ext. [Exprime une relation, un rapport; constr. le plus souvent avec ne... rien]
Avoir à voir avec...
♦ [Le suj. et le compl. désignent des pers.] Avoir un lien; avoir quelque chose de commun avec. Le comte de Méséglise n'avait rien à voir avec les Guermantes et ne faisait même pas part du côté Guermantes, mais du côté Cambremer (PROUST, Fugit., 1922, p. 672).
♦ [Le suj. et le compl. désignent des choses] Être du même ordre que; aller dans le même sens que. La plupart des lecteurs de Proust l'ont aimé et l'aiment encore pour des raisons qui ont peu de chose à voir avec ce qui fait sa valeur (SARRAUTE, Ère soupçon, 1956, p. 139).
♦ [Le suj. est un pron. neutre] Cela n'a rien à voir avec nous. Cela ne nous concerne pas. Il ne faut pas oublier, reprenait Villard, qu'en Belgique les industriels travaillent.Non!Si!On ne sait pas...Ça n'a rien à voir avec nous (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 134).
Avoir à voir dans...
♦ [Le suj. désigne une pers.]
Être concerné par. Bourdon: Bonjour, Teissier. J'étais en train d'expliquer à Mme Vigneron et à sa fille l'impossibilité où elles se trouvent de conserver leurs terrains. Teissier: Je n'ai rien à voir là dedans. Ces dames ne peuvent pas trouver un meilleur conseiller que vous (BECQUE, Corbeaux, 1882, II, 8, p. 130).
Avoir à redire à. Tout est à ton nom, à la Westminster, ta dot initiale et les bénéfices... Les enfants n'auront rien à y voir... Tu peux être tranquille. Je suis le maître de mon argent et de ce que mon argent a produit, mais ce qui vient de toi est à toi (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 197).
♦ [Le suj. désigne une chose] Être en cause. Entend-on par bonheur un état non défini de sensations et de sentiments agréables, indépendamment d'une conception philosophique de notre nature et de notre destinée, la philosophie n'a rien à voir là (P. LEROUX, Humanité, 1840, p. 118). Tu ne t'es pas remis à ton roman?Non; mais la pièce n'a rien à y voir (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 245).
3e Section. Expr. et tournures diverses (appartenant le plus souvent à la lang. parlée)
I. — [Pour marquer l'idée de présence, d'existence, de réalité de qqc.]
A. — 1. [Équivaut à il y a, il existe] Partout où vous verrez un autel, là se trouve la civilisation (J. DE MAISTRE, Soirées St-Petersb., t. 1, 1821, p. 106). Vas-tu me la regarder, tout de même! éclata Haudouin. Tu n'en vois pas des pareilles à Épinal (...)! Ernest regarda la fille déjà tout près du bois, et dit en hochant la tête:Ce n'est pas mal tourné, bien sûr (AYMÉ, Jument, 1933, p. 206).
— [Le suj. est on] Leurs valets me semblent comme à vous les plus méchants drôles qu'on ait vus depuis bien du temps (COURIER, Pamphlets pol., Lettres partic., 1820, p. 55). La ville était empoisonnée d'enfants... Une abomination!... Ça grouillait dans les rues (...) On ne voyait que ça, quoi!... Eh bien, je ne sais si vous l'avez remarqué... Aujourd'hui on n'en voit plus (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 168).
On ne voit ça que...; il n'y a que... qu'on voit cela. Où te garder? Crois-tu que je dispose ici d'une oubliette à jolies filles? On ne voit ça que dans les romans, finaude! (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 77). Les hommes avaient à la pochette un stylo, et quelquefois, en plus, un porte-mine; il n'y a qu'à Paris qu'on voit cela (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 837).
On ne voit pas cela, même... Au fond, ce n'est pas sa femme qu'il déteste le plus, c'est nous. Quelle chose inimaginable! On ne voit pas ça, même dans les livres (MAURIAC, Nœud vip., 1932, p. 183).
Loc., en appos.
Comme on en voit à/chez/dans. Une magnifique porte à deux battants, d'un vert profond (...), aux deux marteaux de cuivre bien astiqués comme on n'en voit que chez des avoués de province ou dans les couvents (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 7). J'aimerais habiter une maison comme on en voit dans les estampes (BACHELARD, Poét. espace, 1957, p. 60). Comme on (n') en voit guère/pas/peu. Je n'étais pas fâchée non plus de connaître le capitaine Mauger... Un vrai type de loufoque, celui-là, et comme on en voit peu, je vous assure (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 87). Se ceignant la taille du vague assemblage de feuilles et d'herbes qui lui sert de pagne (...), muni d'une besace comme on n'en voit pas, Kolikongbo part à l'aventure (MARAN, Batouala, 1921, p. 147).
Tel qu'on (n') en voit (plus). C'était une de ces grosses bonnes bouillottes ventripotentes, goitreuses, ou cabossées par un long usage (...), telles enfin que l'on n'en voit plus aujourd'hui que tout devient dur, étriqué, anguleux et chagrin (BOYLESVE, Leçon d'amour, 1902, p. 214). Il montrait la plaine, une de ces plaines comme aimait en peindre Van Der Meulen, avec un village tel qu'on en voit dans le coin de ses tableaux (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 63).
2. a) (Tant que je vivrai), je ne verrai pas cela. Cela ne sera pas, cela n'arrivera pas. Césaire avait beau lui crier dans l'oreille, dans celle qui entendait encore quelques sons: « J' vous soignerons ben, mon pé (...). » Le vieux répétait: « Tant que j' vivrai, j' verrai point ça » (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Père Amable, 1886, p. 214). Père, le boulanger nous refuse crédit... Nous sommes en retard pour les fermages. Le propriétaire de l'Épine va nous saisir!... Saisir la fille de Gilbert Cloquet! Non, je ne verrai pas ça... (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 41).
b) Je voudrais bien voir cela/que... Que l'on essaye de... Raton, à Jean, à mi-voix: La Cour et le Ministère sont furieux contre moi; on veut m'arrêter, m'incarcérer, m'emprisonner, peut-être pire... Jean: Ah bien, par exemple! je voudrais bien voir cela! Il y aurait un fameux bruit dans le quartier, et vous m'y verriez, notre maître (SCRIBE, Bertrand, 1833, II, 3, p. 153). Les deux femmes se cramponnent à ses bras: « Charles! y songes-tu? Ils nous expulseront et tu seras bien avancé! » Mon grand-père hausse le ton: « Je voudrais bien voir qu'ils m'expulsent: je suis chez moi! » On me pousse dans ses jambes, je le regarde d'un air suppliant, il se calme: « C'est bien pour le petit » (SARTRE, Mots, 1964, p. 26).
B. — [Pour souligner le caractère exceptionnel de qqc./qqn]
Avoir vu, n'avoir (jamais) vu + subst./pron. indéf./inf. Elle a ri, et m'a assuré qu'elle n'avait jamais rien vu d'aussi drôle que vous (DUMAS fils, Dame Cam., 1848, p. 68). Ma parole d'honneur, je n'ai jamais vu un polichinelle pareil! (BECQUE, Corbeaux, 1882, II, 9, p. 139). Il a dîné chez les dames Millet, et jamais elles n'avaient vu tant manger (RENARD, Journal, 1901, p. 685). Je n'ai vu de ma vie vieille femme plus grave, plus tranquille, plus blanche et plus silencieuse (A. FRANCE, Vie fleur, 1922, p. 456)
On ne voit pas/jamais on ne verra deux fois... Leur figure se grave profondément dans la mémoire, parce qu'on ne voit pas deux fois des figures de ce caractère (LAMART., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 90). Les raisons qui, de plus en plus nombreuses, m'ont été données de vouer à cette femme une espèce de culte et de vénérer en elle ce que jamais on ne verra deux fois (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 234).
N'avoir jamais vu ça; c'est la première fois que je vois ça. Bien sûr que je veux qu'on me les frise [mes cheveux] ! Pas frisée, un jour de Prix, un jour de Ministre? On n'aurait jamais vu ça ! (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 269). Fridel, Honoré et Louise sont aux trois téléphones. Louise: M. Brotonneau n'est pas encore arrivé. Honoré: M. Brotonneau n'est pas encore là. Fridel: M. Brotonneau n'est pas encore paru. Honoré: C'est la première fois que je vois ça (FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, 1923, I, 2, p. 3).
Peut-on voir? où a-t-on vu? il est impossible de voir. Se pouvait-il voir un pareil mépris, que de ne jamais se lever, s'avancer à lui, quand il entrait? (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p. 245). Depuis le commencement du monde, où a-t-on vu un seul exemple de ce miracle: l'incrédulité menteuse et hypocrite faisant des croyants (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 331). Il était impossible de voir deux sœurs plus dissemblables que mes cousines (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 113).
On aura tout vu!
Absol. A-t-on vu, a-t-on jamais vu. C'est stupide à la fin, un enfant comme ça!... Le voilà qui se tue maintenant! et chez moi! A-t-on jamais vu! Il lui faisait peur (ZOLA, Nana, 1880, p. 1444). Il fit tourner sur place la première paire de bœufs.A-t-on vu! grommelait-il! Pas un compliment pour des bêtes comme les miennes! (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 275).
II. A. — [Pour marquer nettement l'affirmation ou la mise en doute de la réalité ou de la véracité de qqc.] Voir (par) soi-même; voir de/avec/par ses (propres) yeux. Maintenant que j'avais vu Larsan, de mes propres yeux, oui, oui, de mes propres yeux vu, je sentais bien que notre grand voyage était devenu impossible (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 31). J'entends dire par-ci, par-là, et je le vois aussi par moi-même, car je n'ai pas les yeux dans ma poche (...) j'entends répéter, dis-je, et je vois, que tu continuesdiscrètementà faire la cour à la petite (PAGNOL, Fanny, 1932, II, 7, p. 142).
♦ [Avec répétition du verbe] J'ai vu, ce qu'on appelle vu, quinze hommes qui montent à cheval et vont battre la campagne pour faire arriver ce soir ou demain avant midi cent cinquante électeurs légitimistes (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 179). J'ai vu ce que j'ai vu. Ici, des personnes disent qu'il y a pas à manger dans l'Alcazar. Croyez pas ça, monsieur le commandant. C'est du cheval et du mauvais pain, mais y a à manger. J'ai vu ce que j'ai vu (...)! y a à manger (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 557). J'ai vu comme je vous vois. J'ai vu, comme je vous vois, j'ai vu clairement, sans erreur possible, trois lumières... Je vous dis que je les ai vues, Prévot! (SAINT-EXUP., Terre hommes, 1939, p. 235). Var. J'ai vu tel que je vous parle. Je les ai vus tel que je vous parle, s'en retourner après victoire dans leur village, chargés de plus de cent paniers de viande humaine bien saignante pour s'en foutre plein la lampe! (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 176).
Tout comme tu me vois; tel que vous me voyez. Mais tu sauras que j'ai fait des classes, moi! Je suis de bonne famille, tout comme tu me vois! Je n'en parle pas parce que ça ne sert à rien (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, I, 6, p. 10). Tel que vous me voyez, cher ami, je n'ai pas pris un jour de vacances depuis la mobilisation. Je suis à bout (MARTIN DU G., Thib., épil., p. 802).
♦ [En relation avec croire] Il se jetait en avant quand un garde national l'arrêta.« C'est inutile! Le Roi vient de partir. Ah! si vous ne me croyez pas, allez-y voir! » une pareille assertion calma Frédéric (FLAUB., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 110). Il faut avoir vu une telle transformation pour y pouvoir croire (BENOIT, Atlant., 1919, p. 258).
— [Marque la surprise] Michel, se reculant, et sur un ton de farce: Mais... Sophie... Que vois-je! Vous avez du rouge aux lèvres! Yvonne: Moi! Michel: Oui, toi! et de la poudre. En voilà des manières (COCTEAU, Parents, 1938, I, 4, p. 203).
B. — 1. [Pour souligner l'aspect bénéfique ou non d'une hypothèse] Je vois bien/mal. Je ne vois pas bien une petite Française s'allant promener chez les Mandingues (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 275). Tiens, j'vois très bien Madeleine Vandaërt épousant un autre gars. Elle est veuve (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 177).
2. [Pour souligner le caractère absurde, ridicule ou tragique d'une hypothèse] Où avez-vous vu (que); vois-tu que...? Et votre démarche à vous, est-elle régulière? Où avez-vous vu que ce soit l'offenseur qui envoie des témoins à l'offensé?... Où? (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, I, 21, p. 24). Il ne faut pas que je meure avant lui. Il ne faut absolument pas! Vois-tu que je me laisse mourir, et qu'il se tue, et qu'il se manque? Je le connais (COLETTE, Sido, 1929, p. 108).
Tu me/nous vois d'ici. Au fond, il n'y a que le bourgogne, ou alors le café très bien soigné. Mais tu nous vois d'ici demander du bourgogne dans cette boîte! (MIOMANDRE, Écrit sur eau, 1908, p. 82).
— [Pour marquer le doute] Va-t-en voir, allez-y voir (si)... Synon. allez savoir (v. savoir1). Et c'est moi qui suis venu; c'est bien moi, moi, Raboliot; mais va-t-en voir demain si je reviens, Volat! (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 79). Absol. Il rêvait au fond de la voiture près de la comtesse Kamenskaia, qui n'était peut-être pas comtesse, se disait-il, allez donc y voir (NIZAN, Conspir., 1938, p. 150). Louis Kervern, qui songeait à ses dix gosses, déclarait bien par devant qu'il n'accepterait jamais la parcelle, mais, par derrière, va-t'en voir! (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 184).
C. — [Pour illustrer un raisonnement par un ex. concr.]
Il n'y a qu'à/on n'a qu'à voir. Tout péterait un jour, grâce à l'instruction. On n'avait qu'à voir dans le coron même: les grands-pères n'auraient pu signer leur nom, les pères le signaient déjà, et quant aux fils, ils lisaient et écrivaient comme des professeurs (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1277). La bataille ne va pas se stabiliser comme ça. Il n'y a qu'à voir la dépense d'obus qu'ils font pour bouleverser notre arrière (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 149).
Voyez ce que c'est que. L'homme le plus surpris de la ville, en apprenant qu'il allait partir pour l'Afrique, ce fut Tartarin. Mais voyez ce que c'est que la vanité! Au lieu de répondre simplement qu'il ne partait pas du tout (...) le pauvre Tartarinla première fois qu'on lui parla de ce voyagefit d'un petit air évasif « Hé!... hé!... Peut-être... Je ne dis pas » (A. DAUDET, Tartarin de T., 1872, p. 33).
Comme on (le) voit par. Comme on le voit par cette anecdote, la bienveillance tient une assez grande place dans les sensations causées par le haschisch (BAUDEL., Paradis artif., 1860, p. 359). Or tout déroulement mécanique, comme on voit par le bavardage intempérant, tombe aussitôt dans l'incohérent et l'absurde (ALAIN, Propos, 1921, p. 242).
D. — 1. [Pour souligner une évidence] Tu vois/vous voyez (bien). Son excellent frère, continua Rocambole, a une assez belle idée, celle de le tuer, d'épouser sa femme après, et d'hériter ainsi de sa fortune. Baccarat et le jeune Russe se regardèrent.Vous voyez, dit la jeune femme, j'avais deviné (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 472). Hugo? Crois-tu que tu m'aimais? (Il ne répond pas.) Tu vois bien (SARTRE, Mains sales, 1948, 5e tabl., 2, p. 195).
Comme tu vois/vous voyez. Je te dis tout, comme tu vois,... ou bien veux-tu que j'abrège? (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 242). Je vous envoie les corrections de deux feuilles, très chargées, comme vous verrez, et je ferme bien vite cette lettre, pour qu'elle parte à temps (HUGO, Corresp., 1862, p. 376).
♦ [En incise] Vois-tu, tu vois, voyez-vous. Nous autres femmes, vois-tu, il n'y a qu'une seule chose qui ne nous ennuie jamais, c'est d'aimer et d'être aimées! (PAILLERON, Monde où l'on s'ennuie, 1869, I, 7, p. 29). Escartefigue, sentencieux: Au fond, voyez-vous, le chagrin, c'est comme le ver solitaire: le tout, c'est de le faire sortir (PAGNOL, Fanny, 1932, I, 1er tabl., 8, p. 25). V. on I B 2 c ex. de Bernanos.
2. [Pour susciter l'adhésion de l'interlocuteur] Tu vois le genre. Et ce ton sec qu'il prend dans les grandes occasions, à vous geler le sang (...). « Vous êtes un gamin sans cervelle, incapable de mesurer la portée de ses actes... » Tu vois le genre (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 66).
E. — [Pour attirer l'attention d'un interlocuteur sur un fait gén. péj.] Tu as vu, voyez, voyez-vous, a-t-on vu. Ils filaient, allégés, vers le pont déjà proche (...). Alors Sarcelotte eut un rire étouffé:T'as vu c' te pagaille?On passera sûrement avant eux... (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 269). Son ménage, tu as vu ça? La boîte à ordures en plein milieu de la cuisine. Et la couleur de l'essuie-verres sur le comptoir (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 16).
En partic. [Pour insister sur la nature d'un comportement] On (...) accuse [la nation] de se laisser mener par les préfets, et ceux-ci de mener la nation. Quelle insigne fausseté! Voyez la médisance! (COURIER, Pamphlets pol., Procès, 1821, p. 103). Vous êtes le meilleur ; mais il y a des choses que vous ne savez pas.Et que tu sais, petite fille? Voyez la grande sagesse!Ne vous moquez pas (ROLLAND, J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1572).
♦ [Le compl. désigne une qualité de la pers.] — Cela ne te regarde pas.Va vite retrouver ton Raoul, misérable! m'écriai-je, furieux.A-t-on vu l'impertinente? (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 342). Laissez-la, dit le curé, je veux que ce soit à moi qu'elle cède... Les garçons plaisantèrent:Cédera... cédera pas... voyez la sainte nitouche, la mijaurée (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 150).
Voyez-vous ça/voyez-moi ça. Eh! mais, crie Barque en riant, c'est qu'i'(...), c'débris. Il est belliqueux, voyez-vous ça, et i' s'rait malfaisant s'il avait seulement soixante ans de moins (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 51). Dans une boutique de musique, c'était pour trimballer des pianos, ils se sont payés ma gueule, une grosse femme qui gloussait: « Le petit gringalet, non, mais voyez-moi ça! » (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 370).
F. — [Pour souligner ou pour rappeler le caractère remarquable, en bien ou en mal, de qqc. ou de qqn]
Si tu voyais/si tu avais vu
+ subst. L'appétit je ne sais pas ce que c'est. Si tu avais vu les phosphatines de mon enfance, j'en laissais la moitié: quel gaspillage! (SARTRE, Mains sales, 1948, 3e tabl., 3, p. 97).
♦ + prop. inf. Heureusement pour Vieublé qu'il s'est fait évacuer, ce qu'il en aurait roté. C'est celui-là qui a eu le vrai filon, tiens... Si tu l'avais vu se barrer avec sa patte amochée, je te jure qu'il était marrant (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 218).
♦ + prop. exclam. Si tu avais vu l'abbé, comme il cherchait à me faire avouer! Son air mielleux! (MARTIN DU G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 633). En rentrant à l'hôtel, elle confiait à son mari: « Si tu voyais comme elle est maigrie, Émile. Y en a plus d'elle... Elle passera pas l'hiver » (DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 189).
♦ + pron. neutre. Ah! dame, papa n'était guère raisonnable... Aussi, quelle dégringolade! Si tu avais vu ça, un plongeon, une dèche!... Je peux dire que j'en ai supporté de toutes les couleurs (ZOLA, Nana, 1880, p. 1366). Ma tête a passé, j' peux dire, entre les éclats, mais tout juste, rasibus, et les esgourdes ont pris.Si tu voyais ça, dit Fouillade, c'est dégueulasse, ces deux oreilles qui pend (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 62).
Tu aurais dû voir. C'est rien, ça: t'aurais dû voir les chasses d'autrefois quand on rapportait les canards à plein canot (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 75).
Il faut/il fallait voir/avoir vu
+ subst. La jeune fille soupira, en le regardant avec un air de compassion touchant et sincère. Mais il fallait voir quels yeux!... et comme les soupirs allaient bien à cette gorge de vierge! (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 11).
♦ + prop. inf. Je l'ai eu, allez, votre âge. Fallait me voir danser (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 251). Il faut l'avoir vu assommer un taureau d'une gifle (AUDIBERTI, Femmes Bœuf, 1948, p. 113).
♦ + prop. exclam. Le Cygne de Cambrai, il me met en fureur! On n'est pas bête comme ça! Et il faut voir comme il traduit l'Iliade et l'Odyssée ! Et des répétitions de mots! (GONCOURT, Journal, 1861, p. 888). L'étage se compliquait un peu, à peine, avec trois chambres et un débarras, la salle de bains. En haut, la domesticité. Il fallait voir comment tout cela était meublé (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 305).
P. ell. Il avait écarté tout le monde, il s'était enfermé là-dedans, avec du pétrole... Et ça brûlait, fallait voir! (ZOLA, Nana, 1880, p. 1409). Nous plastronnions, il fallait voir comme!... Et le triste individu qui aurait fait perdre la face à ses supérieurs n'y couperait pas du maximum! (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 83).
Il faut voir ça! Il en a une famille, et une propre!... Des tas de nièces et de cousines... des fainéants, des sans le sou, des traîne-misère... et qui le grugeaient... et qui le volaient... fallait voir ça!... C'était une abomination (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 61). Et la foule essayait de dérober le secret de cette beauté [exposition de peintres italiens]. Elle ne cédait pas au snobisme. Évidemment la plupart avaient dépassé le stade: « Il faut avoir vu ça... » Que de ferveur dans ces pauvres yeux écarquillés! (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 161).
III. A. — [Pour exprimer un reproche] Tu vois le résultat/ce que tu as fait. Tu vois Clémence!... (...) Tu vois encore ce que tu as fait... Avec ton incurie crétine! ton imbécile aveuglement (...) Tu vas lui remettre de l'argent!... Lui confier ta bourse à lui? (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 385).
Tu vois comme tu es. Tu vois comme tu es: tu me dis de lui demander un service et tu ne peux même pas faire l'effort d'être un peu aimable! (BOURDET, Sexe faible, 1931, I, p. 260).
B. — [Pour exprimer une menace] Il va/nous allons voir (ça)! Me foutre à la porte?... Eh ben, nous allons voir ça... Et la bonne sort en faisant claquer la porte (GUITRY, Veilleur, 1911, II, p. 11).
On verra qui je suis. Toutes ces femmes, toutes ces filles, je vois bien qu'elles se sont foutues de moi. Pas une, pas une seule ici, ne pourrait me reprocher quoi que ce soit... Rien... Pas un mot... Pas un geste... Et lui, pendant ce temps. Mais on verra qui je suis (AUDIBERTI, Femmes Bœuf, 1948, p. 124).
On va/on allait voir ce qu'on va/allait voir. Rien ne pouvait mieux mettre en lumière la collusion de Poincaré avec la réaction. L'ancien dreyfusard achetait les voix de droite peut-être, mais on allait voir ce qu'on allait voir (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 221). On va voir ce qu'on va voir! si l'opposition l'emporte en 1986, on privatisera à vive allure (Le Monde aujourd'hui, 25-26 août 1985, p. V).
IV. — [Pour marquer la nécessité d'un temps de réflexion ou d'attente]
C'est/c'était/ce serait à voir. Mais tu sais à quoi ça engage? Boris ne savait pas, mais il voulait savoir. Alors l'autre lui expliqua. « L'homme fort ne tenait pas à la vie. » C'était à voir. Boris sentit un grand chavirement dans sa tête (GIDE, Faux-Monn., 1925, p. 1240). En admettant que j'aie eu des tortsce qui n'est pas certain, cela serait à voir, il faudrait reprendre tout dans le détail,à quoi bon me tourmenter? Là où il est, il ne juge plus (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 907).
Il faut/il fallait/il faudrait voir. Connaissant les hommes, [il] ne songeait (...) plus qu'à tirer le meilleur parti possible de la situation. Il fallait voir. Et il attendait (ZOLA, Nana, 1880, p. 1330). Ce qui compte, c'est l'opinion de Jaume. Pour l'instant il ne parle guère. Il ne dit pas: « Ce n'est pas possible. » C'est cependant ce qu'ils attendent de lui, mais il ne le dit pas; il hoche la tête, il souffle dans la longue moustache.Faudrait voir, se décide-t-il à dire enfin.Tu crois donc que c'est possible?Faudrait voir (GIONO, Colline, 1929, p. 56).
Faudrait voir à voir (fam.). Madame Blanchard songeait par-devers soi: la petite est bien jeune [pour se marier], presque une enfant, mais un Américain... Et riche avec ça, faudrait voir à voir!... Et le père, après un long soupir, avait appuyé ses vœux intimes: « Hé bé... faudra voir avec le temps... Faudra voir à voir » (Y. QUEFFÉLEC, Les Noces barbares, 1988 [1985], p. 16).
On verra bien. Vous pensez que cette campagne peut vraiment avoir de l'influence? demanda Henri. Dubreuilh haussa les épaules: « On verra bien. (...) » (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 258).
Qui vivra verra. Qu'on pense de moi ce qu'on voudra, je m'en fiche! En somme les tribunaux ne sont pas faits pour les chiens, si le cœur vous en dit... Bien le bonjour!Qui vivra verra! répondit noblement le brasseur (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 66).
— [Comme demi-promesse, pour apaiser l'interlocuteur] Nous allons voir. Laisse-moi disparaître avec toi, nous irons à l'étranger, dit-elle.Eh bien, nous allons voir, répondit-il (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 319). Hugo: Et tu me ferais vraiment confiance? Louis: Ça dépend de toi. Hugo: Louis, je ferai n'importe quoi. Louis: Nous allons voir. Assieds-toi (SARTRE, Mains sales, 1948, 2e tabl., 4, p. 49).
V. — En partic.
A. — Voyons
1. [Pour exhorter, encourager] Je te dis que tu es changée, poursuivit-il, on ne fait pas une mine comme celle-là sans motif. Voyons mon enfant, ne sois pas dissimulée, et conte-moi tes petites peines (THEURIET, Mariage Gérard, 1875, p. 200). Auguste! Auguste! Écoute-moi, voyons! Écoute-moi! je t'en supplie! Voyons Auguste! Tu vas te remettre sur le flanc! Songe à moi Auguste! Songe à nous! Tu vas te rendre tout à fait malade! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 386).
2. [Pour exprimer son agacement, son impatience] « Mais on ne prend pas de glaces au citron à midi moins le quart, voyons Maxime! » disait Armande. En ce seul mot « voyons », que de réprimandes! « Voyons, Maxime, ne restez pas toujours debout devant la fenêtre, vous barrez le jour... Maxime, voyons! vous avez encore repris une balle qui était out ! » (COLETTE, Képi, Armande, 1943, p. 186).
3. [Pour exprimer son étonnement] V. courrier ex. 8.
♦ [Pour marquer son désaccord d'une façon ironique] Pop., fam. Ben voyons! Synon. tu parles! Vous en faites pas, c'est pas bien grave pour vous, quand ils sauront que vous n'êtes pas juifs, ils vont vous relâcher.Ben voyons, murmure Maurice (J. JOFFO, Un Sac de billes, Paris, Le Livre de poche, 1987 [1973], p. 249).
B. — Pour voir. [Le plus souvent après un verbe à l'impér.] Pour que l'on se fasse une opinion, que l'on apprécie, que l'on juge. Personne, pas même moi, n'osera aller jusqu'au bout et mettre toute une population au lit, pour voir, pour voir! (ROMAINS, Knock, 1923, III, 6, p. 18).
— [Exprime une mise au défi] Hein! Avance un peu, pour voir, que je te fasse ton affaire! (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 395).
C. — [En empl. adv., directement après un verbe à l'impér. qu'il sert à accentuer] Pop., fam.
1. [Exprimant une assertion, une demande] Dis voir, donne voir, écoute voir. Moi... C'qui m'soucie, tiens voir, c'est ma maison (BENJAMIN, Gaspard, 1915, p. 140). Je dis en mon for: « Voyons voir » Si je jouis du moindre atome D'intelligence (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 207). Pour l'affaire? Tiens donc, quelle affaire? Raconte-moi voir ça (AYMÉ, Jument, 1933, p. 232).
2. [Exprimant une menace, une mise au défi] Tu es sûr que je suis si bon que ça? Eh bien tâche-moi voir un peu de rentrer saoul après-demain ou de ne pas être là pour l'appel (COURTELINE, Train 8 h. 47, 1888, p. 59). Il voyait son propre hammerless (...) entre les mains de sa maîtresse.Essaie voir! disait-il en avançant toujours et comme on menace un chien dangereux (BERNANOS, Soleil Satan, 1926, p. 92).
4e Section. Empl. pronom.
I. — empl. pronom. réfléchi
A. — 1. Percevoir sa propre image sur une surface réfléchissante. Jean Péloueyre (...) se déshabillait à tâtons pour ne pas se voir dans la glace (MAURIAC, Baiser Lépreux, 1922, p. 183).
Se voir + inf. Une autre merveille pour moi, ce fut une glace psyché, où je me voyais marcher sur les tapis, et où je ne me reconnus pas d'abord (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 196).
2. S'observer; porter les yeux vers sa propre image. Quand je te regarde et quand je me vois, je ne sais plus pourquoi tu m'aimes en retour. Tes cheveux sont blonds comme des épis de blé; les miens sont noirs comme des poils de bouc (, Aphrodite, 1896, p. 60).
3. Avoir conscience de son aspect physique. — (...) De toute façon, comme je retourne au journal, je ne voyagerai plus. Tu dis ça... Si tu te voyais! Tu es blême! Tu me fais peur, tu vas tomber malade (TRIOLET, Premier accroc, 1945, p. 72).
Se voir + part. prés. Tais-toi! Si tu te voyais criant ces mots, tu es laide (ANOUILH, Antig., 1946, p. 193).
Se voir + adj. J'étais ravie de me voir, pour la première fois de ma vie, bien habillée (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 162).
— [Dans une prop. inf.] Vu, je me voyais: je me voyais lire comme on s'écoute parler (SARTRE, Mots, 1964, p. 56).
B. — Former mentalement sa propre image
1. Former mentalement sa propre image telle qu'elle était dans le passé, telle que l'on s'en souvient. Synon. se revoir. Ma mère me les apprit [des vers de Racine], lorsque je ne savois point encore lire; et je me vois toujours sur ses genoux répétant cette belle tirade (J. DE MAISTRE, Soirées St-Pétersb., t. 1, 1821, p. 210). Comment ne pas rire quand je me vois, un petit bonhomme assis tout nu dans sa couverture, sur une terrasse, au bord de la mer, à Alexandrie (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 189).
2. Former mentalement sa propre image dans une situation imaginaire. Se voir + subst; se voir en + subst. Dans leurs conversations, dans leurs souhaits, dans leurs rêves, Vampa se voyait toujours capitaine de vaisseau, général d'armée ou gouverneur d'une province; Teresa se voyait riche, vêtue des plus belles robes (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 435). En passant devant le château, Nadja s'est vue en Madame de Chevreuse; avec quelle grâce elle dérobait son visage derrière la lourde plume inexistante de son chapeau! (BRETON, Nadja, 1928, p. 108).
3. Former mentalement sa propre image dans une situation ou une circonstance plausible. L'histoire avait deux conclusions; je choisissais l'une ou l'autre suivant mon humeur. Dans mes jours maussades, je me voyais mourir sur un lit de fer, haï de tous, désespéré, à l'heure même où la gloire embouchait sa trompette (SARTRE, Mots, 1964, p. 156).
Ne pas se voir, se voir mal. S'imaginer difficilement (dans une situation donnée). Sais-tu que si on m'offrait de reprendre demain mes cours à Orléans, je sauterais de joie, oui, mais surtout par raison... Et pour ma femme. Mais je ne me vois pas corrigeant des copies (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 209). Je me voyais si mal enceinte avec le corps mince et dur que j'avais (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954, p. 138).
C. — Au fig.
1. a) Avoir une perception de soi-même, se juger. Il est intelligent, il se voit très bien tel qu'il est (GUITRY, Veilleur, 1911, III, p. 22). Ma vérité, mon caractère et mon nom étaient aux mains des adultes; j'avais appris à me voir par leurs yeux (SARTRE, Mots, 1964, p. 66).
b) Avoir une vue subjective de soi-même; estimer ce que l'on est.
Se voir + subst. Dans la grande cause dont je me voyais le chef et l'arbitre, deux systèmes se présentaient à suivre (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 419).
Se voir + adj. Libre et sans tache sous le ciel, je me vois trop pauvre pour me passer d'honnêteté et de renom (BANVILLE, Gringoire, 1866, V, p. 40). Mirza d'ailleurs entendait mal sa propre poésie. Il se voyait pratique et d'une précision tout américaine (RADIGUET, Bal, 1923, p. 119).
Se voir comme. (Ne) se considérer (que) sous un aspect; se comporter conformément à cette image que l'on a de soi. Désespérément, elle (...) se voit comme la fille d'un officier supérieur et enfermée dans un certain ordre social par les relations que son mariage ajoute à celles de ses parents. Au lieu de l'exalter, mon amour l'a humiliée (J. BOUSQUET, Trad. du sil., 1936, p. 232).
2. S'apercevoir, se rendre compte de l'état ou de la situation dans lequel/laquelle on se trouve.
Se voir + compl. prép. Ma mère, se voyant près de son terme, voulut revenir à Paris (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 69).
Se voir + part. passé. Je ne pêche jamais le brochet, dit le major, ce n'est pas un gentleman. Quand il se voit pris, tout est fini; le saumon combat jusqu'au bout (MAUROIS, Sil. Bramble, 1918, p. 61). V. écouter A 2 a ex. de Balzac.
Se voir + prop. inf. Il s'est vu mourir sans aucune illusion sur sa fin très prochaine (GONCOURT, Journal, 1894, p. 640). Je n'ai pas d'enfant: je ne me vois pas vieillir (NIZAN, Conspir., 1938, p. 105).
3. P. ext.
a) Être, se trouver dans un certain état, dans une certaine situation.
Se voir + subst. J'ai eu le plaisir d'être votre vis-à-vis à un bal donné par monsieur le baron de Nucingen, et...Parfaitement, monsieur, parfaitement, répondit Charles, surpris de se voir l'objet des attentions de tout le monde (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 61). Aujourd'hui il serait ivre de bonheur de se voir maître des requêtes, préfet, secrétaire général (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, 1835, p. 366).
♦ [Le suj. désigne une chose] Mardi, notre petite cité d'Yonville s'est vue le théâtre d'une expérience chirurgicale (FLAUB., Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 15).
Se voir + compl. prép. Nous ne sommes point encore arrivés à cette partie de notre récit, et je me vois dans l'obligation de fermer ma bouche, parce que je ne puis pas tout dire à la fois (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 346). Je me laisse aller à soupirer que je ne me vois pas au bout de mes peines (BILLY, Introïbo, 1939, p. 208).
Se voir + compl. circ. ou adv. [Le suj. désigne une chose] Le véritable amour est éternel, infini, toujours semblable à lui-même; il est égal et pur, sans démonstrations violentes; il se voit en cheveux blancs, toujours jeune de cœur (BALZAC, Lys, 1836, p. 167). Une macédoine d'idées, d'images, de noms propres étonnés de se voir ensemble (LEMAITRE, Contemp., 1885, p. 12).
b) En partic. [Se voir auxil. de la forme passive d'un verbe]
) [Se voir équivaut à être, se étant compl. d'obj. dir. de voir]
Se voir + part. passé. À peine arrivé, je me vois obligé de repartir (VILLERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 301). [Avec compl. d'agent] J'en ai assez de me voir conspué par des lâches sans nom, qui m'accablent d'injures (MUSSET, Lorenzaccio, 1834, III, 3, p. 194).
♦ [Le suj. désigne une chose] Ce double courant de possessivité intense, exclusive et jalouse entre la mère et le fils se heurte à la barrière des convenances morales, et comme la mère reste enveloppée d'un nimbe d'idéale pureté, la sexualité se voit disloquée (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 151).
Se voir + prop. inf. Sur ce banc où vous m'amenez, et où tant d'autres se sont vu condamner à des peines infâmes, sur ce banc même, je vous le dis, ma morale est au-dessus de la vôtre(COURIER, Pamphlets pol., Procès, 1821, p. 133). Le Président de la République s'est vu dépouiller, sans avoir donné sa démission, des droits et prérogatives de ses fonctions (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 314). [Avec compl. d'agent] À la première observation qu'il avait faite, Ferdinand s'était vu rabrouer par son frère (AYMÉ, Jument, 1933, p. 159).
) Se voir + prop. inf. [Se étant compl. d'obj. indir. de l'inf.] Rien n'enchante l'homme comme de se voir fournir des motifs inédits de rester fidèle à d'anciennes pratiques (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 242).
II. — empl. pronom. réciproque
A. — 1. a) S'apercevoir l'un l'autre. Je me rappelle (...) cette route, où l'on ne se voyait pas l'un l'autre, où l'on ne pouvait pas allumer une pipe de tabac, à cause de la pluie et du vent (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 27):
6. Florent gardait sa défroque noire, s'oubliait sur les devoirs de ses élèves, tandis que Quenu, pour se mettre à l'aise, reprenait son tablier, sa veste blanche et son bonnet blanc de marmiton (...). Et parfois ils souriaient de se voir ainsi, l'un tout blanc, l'autre tout noir.
ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 644.
Se voir + part. prés. Nous sortons, Yves et moi, pour aller faire dans le village plusieurs démarches que nécessite la solennité de demain. Nous trouvons drôle de nous voir tous deux faisant acte de citoyens comme tout le monde (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 186).
— [Avec un compl. désignant une partie du corps] Apercevoir chacun quelque chose de l'autre. Se voir la figure. V. amatelotté II B ex.
b) Loc. fig. Ne pas pouvoir se voir. Ne pas se supporter l'un, l'autre, se détester. Dans ce temps-là, j'ignorais tout ce qui s'était passé entre mes parents. Je ne comprenais qu'une chose, c'est qu'ils ne pouvaient pas se voir. Mais je devinais très bien que Grand-père aimait assez, au fond, ce beau grand gars que Grand'mère détestait carrément (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 6).
2. Porter le regard l'un vers l'autre, s'observer. Se voir, se toucher, parler, entendre l'autre qui parle. (...) il paraît que cela suffit pour être l'un à l'autre (CLAUDEL, Père humil., 1920, III, 2, p. 538).
Se voir le blanc des yeux. Synon. se regarder dans le blanc des yeux. Le misérable entendit une voix, oh! une voix de tonnerre qui hurlait: « (...) eh bien! qu'il entre... et nous allons nous voir le blanc des yeux! » (SUE, Atar-Gull, 1831, p. 10).
B. — Se rencontrer. La petite femme et son mari restaient à se regarder comme s'ils ne s'étaient jamais vus (VIGNY, Serv. et grand. milit., 1835, p. 39). Ils auraient pu fair' connaissance Mais ils ne s'étaient jamais vus (ÉLUARD, Donner, 1939, p. 168).
Se voir + loc. adj. en fonction attributive/loc. adv. de temps. Lady Falkland et Cernuwicz se sont vus, seule à seul lundi soir (FARRÈRE, Homme qui assass., 1907, p. 342). J'aurais bien aimé prendre un café avec vous, dit-elle, mais je suis attendue. Est-ce qu'on pourrait se voir un autre jour? (TRIOLET, Prem. accroc, 1945, p. 130).
III. — empl. pronom. passif
A. — Être susceptible d'être perçu par l'œil. Le jour paraît, la brume est déchirée, et la forêt se voit pourpre et dorée (CROS, Coffret Santal, 1873, p. 18). V. apparence ex. 6.
Se voir + adv. de compar./de lieu. Il avait continué la route vers la vallée de l'Aron où le château de la Vaucreuse se voit de loin, tout blanc parmi les prés (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 54). La réelle ressemblance qui ne suppose point la comparaison avec le modèle (...) se voit mieux, si l'on ose dire, sur le portrait que sur le modèle (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 229).
B. — 1. a) Être remarqué, attirer l'attention. Sa femme boit de l'eau, se tue de travail dans son atelier de couturière (...) mais il dit:Elle est bien heureuse, elle, de faire un travail qui se voit. Moi, je travaille plus qu'elle, et ça ne se voit pas (RENARD, Journal, 1901, p. 711).
Se voir + adv. Moi, ca ne me plaît pas. La poussière se voit tout de suite. Faut frotter tout le temps (FLERS, CAILLAVET, M. Brotonneau, 1923, I, 1, p. 3).
— [Le suj. est un pron. neutre] J'étais au comble de la fureur; mais ça ne se voyait certainement pas (DUHAMEL, Confess. min., 1920, p. 10). V. regarder A 1 a ex. de Guèvremont.
[Dans un dialogue; comme répartie] Ça se voit! V. regarder A 1 a ex. de Mirbeau.
Expr. Ça se voit du premier coup d'œil; ça se voit à l'œil nu. C'est très apparent. Il ne savait pas encore quelle était cette réputation. « Buveur? Non. Ça se voit du premier coup d'œil. Il a le regard clair, bonne haleine, des gestes précis (...) » (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p. 181).
b) P. ext. Synon. de y avoir. Dans l'endroit le plus apparent de ce salon se voyait aussi un portrait; c'était celui d'un homme de trente-cinq à trente-huit ans, vêtu d'un uniforme d'officier-général (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 607).
2. Se voir à. Être discerné par l'esprit, être déduit d'après une caractéristique physique ou mentale. Pencroff n'eut pas besoin de demander si ces bêtes-là étaient comestibles. Cela se voyait bien, à leur ressemblance avec le cochon d'Amérique ou d'Europe (VERNE, Île myst., 1874, p. 198). — Méfie-toi de lui: c'est un sauvage. Joinville protesta:(...). Quoi c'est qui vous fait dire ça?Rien qu'à son parler, ça se voit (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 55).
C. — [Souvent avec un pron. neutre pour suj.] Exister, se produire.
1. [Le suj. réel est une/des pers.] Leur général c'était Wimpfen, un noble, un royaliste! On a souvent parlé de traîtres, mais je crois que jamais il ne s'en est vu de pareils (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 148). Un peu rétive, la demoiselle à David Desmarais. Pas commode à fréquenter. (...) Mais travaillante et ménagère, comme il s'en voit rarement (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 19).
2. [Le suj. réel est une chose ou un processus] Il est permis de profiter des idées et des images exprimées dans une langue étrangère, pour en enrichir la sienne: cela s'est vu dans tous les siècles (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 515). Actium, ce fut peut-être la plus grande bataille qui se soit jamais vue (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 310). V. ailleurs ex. 6.
REM. 1. Voir, subst. masc. Fait de voir, de faire voir. Ce haut intellectuel [Gœthe] était, déjà, un visuel. « Je tiens beaucoup au voir, a-t-il proclamé. Dans le reflet nous possédons la vie. » (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 62). Si Garcia s'est imposé si vite comme génie de la mise en scène, si les festivals internationaux se l'arrachent, c'est qu'il a su trouver une communication au-delà des mots. Il ne cherche jamais à faire « comprendre » mais à faire « sentir », à investir le spectateur par un « ouïr » et un « voir » entêtants (Le Point, 23 févr. 1976, p. 99, col. 1). 2. Mal-voir, subst. masc., en compos. Fait de mal voir, d'avoir une mauvaise vue. Seulement, à force de me complaire dans le mal-voir, de m'y vautrer et d'enlever sans arrêt mes lunettes pour faire comme si de rien n'était et d'écarquiller les yeux, le résultat n'a pas tardé. Subitement, ma vue a empiré (Le Nouvel Observateur, 6 mai 1983, p. 25, col. 1).
Prononc. et Orth.:[], (il) voit [vwa]. FÉR. 1768, LITTRÉ attestent une forme voyent [vwaj]. Homon. de formes conjuguées (vissent, vois, voit, voient, voir):vice, vis, voie, voix, voire. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Verbe trans. 1. a) 2e moit. Xe s. « percevoir par les yeux » (St Léger, éd. J. Linskill, 201); 1552 voir le jour, voir la lumière « être vivant » (RONSARD, Les Amours, éd. P. Laumonier, t. 4, p. 47 et p. 88); 1585 voir le jour en parlant d'une production de l'esprit (N. DU FAIL, Contes et Discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 1, p. 205); ) 1547 se faire voir en parlant d'une chose « se présenter à la vue » (M. DE NAVARRE, Nativité de Jésus Christ, éd. Schneegans, vers 50); 1580 en parlant d'une personne (MONTAIGNE, Essais, I, 23, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 111); 1550 faire voir « permettre de constater » (RONSARD, Odes, éd. P. Laumonier, t. 2, p. 1); 1560 faire voir qqc. à qqn « montrer » (Bible Rebul, Exod 33, 18 d'apr. FEW t. 14, p. 461b); ) 1551 à voir (précédé d'un subst. avec son attribut) (RONSARD, Tombeau de Marguerite de Valois, 138, éd. P. Laumonier, t. 3, p. 61); ) 1610 laisser voir « permettre qu'on voie » (H. D'URFÉ, L'Astrée, t. 2, p. 74); 1627 « dévoiler, montrer » (B. BARO, Conclusion Dern. partie Astree, p. 116: laissant voir sur son visage plus d'assurance qu'elle n'en avoit); b) ) ca 1050 dans le lang. relig. « contempler Dieu » (Alexis, éd. Chr. Storey, 615); 1174-78 (ETIENNE DE FOUGÈRES, Le Livre des Manières, 85, 338, éd. R. A. Lodge, p. 73: veor Dé en la face); ) fin Xe s. « examiner et apprécier les actes des hommes » (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 309); c) ) 1100 « être témoin d'un fait » (Roland, éd. J. Bédier, 2124); 1623 loc. fig. je te vois venir (N. COËFFETEAU, Histoire romaine, p. 325); ) 1100 voir + attribut « trouver » (Roland, 1219); d) 1100 « regarder quelque chose d'écrit, lire » (ibid., 487); e) ca 1140 « regarder attentivement, avec intérêt » (Voyage de Charlemagne à Jérusalem, éd. G. Favati, 442); 1357 (GUILLAUME DE MACHAUT, Le Confort d'Ami, 1043, éd. E. Hoepffner, t. 3, p. 38: si virent par une fenestre qu'il aouroit le Dieu celestre); f) ) mil. XIIIe s. « faire surgir une image en pensée » (Chanson XVI, 4 ds Chansons attribuées au Chastelain de Couci, éd. A. Lerond, p. 132); ) 1361 « se représenter en songe » (GUILLAUME DE MACHAUT, La Fonteinne Amoureuse, 2539, éd. E. Hoepffner, t. 3, p. 233); ) 1673, 27 nov. « se représenter des choses comme si on les avait sous les yeux; imaginer » (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 628: vous avez raison de voir d'où vous êtes les choses comme vous les voyez; et nous avons raison aussi de les voir d'ici comme nous les voyons); 2. a) fin Xe s. « être spectateur de quelque chose, assister à » (Passion, 168: sua fin veder voldrat); b) 1100 « découvrir un pays » (Roland, 819); c) ca 1165 « vivre un événement » (BENOIT, Roman de Troie, éd. L. Constans, 56); 1590 en parlant d'une chose personnifiée « être le lieu où se passe un événement marquant » (MONTAIGNE, op. cit., I, 31, p. 211); d) 1370 vu d'experiences (ORESME, Ethiques, éd. A. D. Menut, I, 3, p. 107, note 5); 1409 plus avoir vu (JEHAN LE MAINGRE dit BOUCIQUAUT, Le Livre des Fais, éd. D. Lalande, I, 32, 110); 1547 en avoir bien veu d'autres (N. DU FAIL, Propos rustiques, éd. J. Assézat, t. 1, p. 97); 1607 à voir ce que (H. D'URFÉ, op. cit., t. 1, p. 440); 1668 n'avoir encore rien vu « être inexpérimenté » (LA FONTAINE, Fable, VIII, éd. H. Régnier, t. 1, p. 81); 1698 fam. allez voir là bas si j'y suis (REGNARD, Le Distrait, I, 4); 3. 1100 « rencontrer une personne, être mis en sa présence » (Roland, 2746: Mun seignur dites qu'il me vienge veeir); 1165 des ieux veeir (qqn) (BENOIT, op. cit., 17603); 1560 voir des deux yeux (qqn) (J. GRÉVIN, Les Esbahis, III, 2, éd. E. Lapeyre, 1227); a) 1640 spéc. voir une femme « avoir des relations charnelles » (OUDIN Curiositez); b) 1665 « examiner en consultation » (MOLIÈRE, Amour médecin, II, 3); c) 1675, 10 juin « rencontrer quelqu'un pour une affaire » (Mme DE SÉVIGNÉ, op. cit., t. 1, p. 269); d) 1679, 24 nov. « fréquenter, rendre des visites régulières à quelqu'un » (ID., ibid., t. 2, p. 744); e) 1689, 4 févr. voir du monde (ID., ibid., t. 3, p. 496); 4. a) ca 1050 « concevoir, saisir par la pensée » (Alexis, 8); b) id. « constater un fait en portant un jugement » (ibid., 617); 1660 voir une personne en qqn « établir un rapport d'équivalence » (G. DE BREBEUF, Entretiens solitaires, p. 200); c) ) 1233, déc. « examiner avec soin » (Chaumont, S. Fergeux, H 96, A. Ardennes ds GDF. Compl.); ) 1668 « considérer quelque chose en vue d'une fin précise » (MOLIÈRE, Misanthrope, V, 2); d) fin XIIIe s. « imaginer comme solution à un problème » (La Bible au Seigneur de Berze, éd. F. Lecoy, 152); ) 1614 voir de + inf. « prendre les dispositions nécessaires pour qu'une chose se réalise » (H. D'URFÉ, op. cit., t. 1, p. 169); 1672 voir à + inf. (MOLIÈRE, Femmes savantes, II, 4); ) 1666 je verrai formule par laquelle on diffère une réponse (Mme DE MAINTENON, Lettre à Mme Chantalou, 28 avr. ds LITTRÉ); 1724 chacun a sa façon de voir (MARIVAUX, Le Spectateur français, p. 197); e) 1498-1515 voir + prop. interr. « s'informer » (GRINGORE, Vie Monseigneur Sainct Loys, éd. Ch. d'Héricault et A. de Montaiglon, t. 2, p. 226); 1553 voir si (RONSARD, De Folastries, VII, éd. P. Laumonier, t. 5, p. 43). B. Empl. abs. 1. 1100 « percevoir par le sens de la vue » (Roland, 1104); 2. spéc. id. « exercer le sens de la vue d'une certaine manière » (ibid., 1992: Ne loinz ne près ne poet vedeir si cler que); 3. 1486 « être en mesure d'exercer la vue sur un lieu déterminé » (Les Cent Nouvelles Nouvelles, 49, éd. F. P. Sweetser, p. 319: et veoit de la dicte chambre sur la rue, sur la court); 4. 1662 terme de renvoi (PASCAL, Pensées, Papiers classés, éd. L. Lafuma, p. 545: voyez Perpetuité). C. Se voir 1. ca 1165 empl. réciproque « se trouver ensemble, se rencontrer » (BENOIT, op. cit., 13553); p. ext. 1675 « se fréquenter » (P. NICOLE, Essais de Morale, t. 3, p. 10); 2. a) 1316-28 empl. réfl. se voir + inf. « être, se trouver en telle situation » (Ovide Moralisé, éd. C. de Boer, V, 2070); 1349 se voir + adj. (GUILLAUME DE MACHAUT, Le Dit de l'Alerion, 863, éd. E. Hoepffner, t. 2, p. 269); b) 1671, 19 juill. se voir dans un miroir « voir sa propre image » (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., t. 1, p. 300); 3. 1341 empl. comme semi-auxil. (GUILLAUME DE MACHAUT, Remede de Fortune, 1277, éd. E. Hoepffner, t. 2, p. 46: Et la mervilleuse clarté De son viaire Dont je me vi enluminé); 4. 1559 empl. passif « être vu, remarqué » (AMYOT, Thémistocle, 58 ds LITTRÉ). Du lat. videre « percevoir par la vue, être témoin de, remarquer, constater, voir par la pensée ou l'imagination, juger, examiner, déterminer, prendre garde que ». Fréq. abs. littér.:149 662. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 217 947, b) 228 335; XXe s.; a) 213 503, b) 199 766. Bbg. BAT-ZEEV SHYDKROT (H.). À propos de la forme « se voir + V inf. ». Folia ling. 1981, t. 15, n° 3/4, pp. 389-407. — CHAURAND (J.). Connexion et verbe. Fr. mod. 1987, t. 55, pp. 216-232. — CHOCHEYRAS (J.). Un nouv. outil gramm. en fr. mod.: le verbe voir. Fr. mod. 1968, t. 36, pp. 219-225. — COLLINOT (A.). B. jeunes Rom. 1966, n° 14, pp. 5-13. — CRISTEA (T.). Modalité et perception: rem. sur les valeurs du verbe voir en fr. contemp. R. roum. Ling. 1986, t. 31, n° 3, pp. 245-254; Parasynon. et constitution de classes lexico-grammaticales... R. roum. Ling. 1987, t. 32, n° 3, pp. 225-230. — DANELL (K. J.). Rem. sur la constr. dite causative... Stockholm, 1979, 123 p. — FLOCH (J.-M.). L'Iconocité: enjeu d'une énonciation manipulatoire... Actes sémiot. B. 1982, t. 5, n° 23, pp. 17-38. — GAATONE (D.). Le Rôle de voir dans les procédures de retournement de la phrase. Linguistics. La Haye. 1970, n° 58, pp. 18-29. — GARDES-MADRAY (Fr.). Les Empl. par mode, temps et personne de cent verbes les plus fréquents... Linguistique et lexicologie. Paris, 1981, pp. 241-258. — GOHIN 1903, p. 231, 305. — GOUG. Mots. t. 1. 1962, pp. 257-258. — HATCHER (A. G.). Voir as a modern novelistic device. Philol. Quart. 1944, t. 23, pp. 354-374. — HOLMÉR (G.). Voir « percevoir par l'ouïe ». St. neophilol. 1970, t. 42, n° 1, pp. 90-104. — HOSCH (S.). Französische Flickwörter. Darmstadt, 1983, pp. 64-67. — KLEIN (Fr.-J.). Lexematische Untersuchungen zum frz. Verbalwortschatz... Genève, 1981, pp. 86-155. — LANLY (A.). Morphol. hist. des verbes fr. Paris, 1977, pp. 170-173. — MULLER (Ch.). Les Verbes les plus fréquents du fr. Fr. Monde. 1974, n° 103, pp. 14-17. — OLSSON (K.). La Construct.: verbe = objet direct + compl. prédicatif en fr. Stockholm, 1976, pp. 119-128. — PICOCHE (J.). Voir la lumière et les couleurs... Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1979, t. 17, n° 1, pp. 207-231. — QUEM. DDL t. 6, 9, 14, 19, 21, 28, 31,32, 38. — SCHEPPING (M.-Th.). Kontrastive semantische Analyse von Verben des Visuellen im Französischen und Deutschen. Tübingen, 1982, pp. 97-132. — SIRDAR-ISKANDAR (Ch.). Voyons! Cah. Ling. Fr. Genève. 1983, n° 5, pp. 111-130. — STAAFF (E.). « Voyons voir! Montre voir! » Essai étymol. Studier i modern Språkvetenskap 1924, t. 9, pp. 227-242. — WILLEMS (D.). « Regarde voir »: les verbes de perception visuelle... Mél. Mourin (L.). Gand, 1983, pp. 147-158. — WIND 1928, p. 193.

voir [vwaʀ] v.
CONJUG. je vois, tu vois, il voit, nous voyons, vous voyez, ils voient; je voyais, nous voyions, vous voyiez; je vis, nous vîmes, vous vîtes, ils virent; je verrai, nous verrons; je verrais, nous verrions; que je voie, que nous voyions, que vous voyiez; que je visse, qu'il vît, que nous vissions; vois, voyons, voyez; voyant; vu.
ÉTYM. XIIe, veeir, veoir; vedeir, 980; du lat. videre, même sens.
———
I (1080, vedeir).
A Absolt (ou intrans.).
1 Percevoir les images des objets par le sens de la vue. || L'enfant commence à voir entre le dixième et le quinzième jour qui suit sa naissance. || L'aveugle guéri commença de voir (→ Démon, cit. 12). || Ne plus voir : perdre la vue, devenir aveugle. || Ne voir que d'un œil : être borgne (→ Monocle, cit. 2).Avoir des yeux pour voir et des oreilles pour entendre (cit. 55). Œil (cit. 1 à 3). || Un homme qui a les yeux ouverts voit (→ Apercevoir, cit. 1). || Regarder sans voir (→ Fouiller, cit. 22; perdre, cit. 83). || Voir trouble, confusément, mal, à peine. || On ne voit pas à dix pas. || Tu as bu, tu vois double (cit. 16). || Voir clairement, distinctement. || On commence à y voir clair. Clair (au fig., cit. 27 à 31).N'y voir goutte. Goutte (1. Goutte, cit. 48 à 50).Fam. Ne (n'y) voir que couic. || Ne voir bien que de près ( Myope), que de loin ( Presbyte). || Voir bien la nuit : être nyctalope. || Il n'y voit pas très bien : il souffre d'un trouble, d'une affection de la vue ( Œil). || « Tandis qu'à peine à tes pieds tu peux voir » (→ Astrologue, cit. 1). || Mettez vos lunettes pour mieux voir. || Vous verrez mieux avec la lorgnette, avec des jumelles. || Voir loin devant soi ( Loin), derrière soi ( Rétroviseur). || Voir au loin, très loin (→ Avoir des yeux de lynx, une vue perçante). || Le soleil, le faux jour nous empêche de voir. Aveugler. || On peut voir à travers ce rideau ( Transparent). || Voir sans être vu.
1 Hélas ! dit le perclus, vous ignorez, mon frère,
Que je ne puis faire un seul pas,
Vous-même vous n'y voyez pas :
À quoi nous servirait d'unir notre misère ?
Florian, Fables, I, 20.
2 On y voyait encore un peu ici, à cause des étoiles (…)
C.-F. Ramuz, la Grande Peur…, II.
3 Cependant je le regardais et pensais que, si elle pouvait y voir, Gertrude (une jeune aveugle) ne laisserait pas d'admirer ce grand corps svelte (…)
Gide, la Symphonie pastorale, p. 75.
4 (…) je vous ai trouvé un autre miroir plus grand (…) Je crois que vous y verrez mieux pour vous raser.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. VIII, XX, p. 218.
Voir rouge. Rouge (cit. 14; et supra).
Loc. Voir loin : prévoir.Ne pas voir plus loin (cit. 1) que son nez, que le bout de son nez (cit. 26).Var. (Sujet n. de chose) :
4.1 Non, nous ne vous en voulons pas d'être ambitieux, mais plutôt de ne l'être pas assez. Ce que nous vous reprochons, c'est cette gloutonnerie qui ne voit pas plus loin que son museau.
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 53.
Ne voir que par les yeux de qqn. Œil (I., 4.).
Voir avec les yeux de la foi : considérer, connaître les choses à la lumière de la foi.
Par anal. (avec le sens tactile). || La main (cit. 15) sent, agit; on dirait presque qu'elle voit.Figuré :
5 Les aveugles nous apprennent à voir.
J. Renard, Journal, 24 oct. 1904.
2 Fig. (Sujet n. de chose). || « Cette maison voit sur un jardin, sur une rue » (Académie). Donner (sur); exposer (être exposé); vue (avoir vue sur).
B V. tr. dir. (980).
1 a Percevoir par les yeux. || Voir qqn, qqch.Voir qqn, qqch. de ses yeux, de ses propres yeux ( Œil; → Affirmer, cit. 3; appeler, cit. 40), de sa propre (cit. 5) vue. Visu (de visu). || « Je le vis, je rougis, je pâlis (cit. 1) à sa vue » (Racine). || « J'oublie, en le voyant, ce que je viens lui dire » (1. Dire, cit. 10, Racine). || « Non seulement il la voit, mais il la regarde » (→ 1. Penser, cit. 71). Regarder. || J'ai passé à côté d'elle sans la voir (→ Confondre, cit. 11). || Peut-on lever le masque (1. Masque, cit. 7) et voir votre visage ? || Les arbres nous empêchent de voir le paysage ( Cacher, dérober, masquer). || « Les spectateurs (…) ne pouvaient rien voir (…) Moi, disait un dindon, je vois bien quelque chose (…) » → Lanterne, cit. 11. Distinguer (cit. 20 et 21); discerner. || Il déclara qu'il voyait la terre du côté de bâbord (→ Gagner, cit. 57). || Je le vois très bien. || Je l'ai à peine vu, je ne l'ai vu qu'à demi. Apercevoir, entrevoir. || « (…) lorsqu'on voit le pied (cit. 3), la jambe se devine ». || Voir tout cela d'un clin d'œil (→ Ranimer, cit. 6), du premier coup (→ Américain, cit. 1). Embrasser, saisir (I., A., 4. : du regard). || Ce qu'on a vu. || Il faut écrire ce qu'on a vu, ce qu'on a entendu. → Vivre, cit. 30. || Est-ce que vous voyez bien la cible ? Viser. || Ne pas voir ce qui saute aux yeux. Apparent, visible. || Il n'a rien vu. || Je faisais semblant de ne pas les voir (→ Agacerie, cit. 3). || Le microscope permet de voir des détails imperceptibles à l'œil nu. -scope. || Du haut de la côte, on peut voir au loin le Mont-Saint-Michel. Découvrir, repérer. || De ce sommet, on voit la ville de très haut. Dominer, surplomber. — ☑ Fig. Voir les choses de haut.Dans la haute montagne (cit. 11), il avait vu de près des glaciers. Fig. || Voir la mort de près.Voir qqn face à face, de face, de profil.Allus. bibl. || Parce que tu m'as vu, tu as cru (cit. 61).Allus. littér. || « Couvrez (cit. 17) ce sein que je ne saurais voir » (Molière).« (…) chaque jour je la vois, Et crois toujours la voir pour la première fois » (cit. 17, Racine).« (…) je vous vois, c'est assez » (→ Espérance, cit. 21, Musset).« Que tout ce qu'on entend, l'on voit ou l'on respire » (→ Embaumer, cit. 4, Lamartine).|| « Aimer (cit. 37), c'est avoir du plaisir à voir, toucher, sentir (…) un objet aimable et qui nous aime » (Stendhal). Contempler. || Que vois-je ? (exprime l'étonnement).
6 Que vois-je ? est-ce Hermione ? Et que viens-je d'entendre ?
Racine, Andromaque, V, 4.
7 Hélas ! dans l'ombre immense,
Il ne voit que la nuit, n'entend que le silence.
J. Delille, l'Imagination, IV, in Guerlac.
8 De la hauteur où nous étions, on voyait des bois à perte de vue (…)
Loti, Mon frère Yves, LXVIII.
8.1 Oh, si on n'y pense pas, on ne voit pas grand-chose, mais maintenant que vous me le dites, je vois bien les endroits rebouchés… Mais si petits… il faut le savoir…
N. Sarraute, le Planétarium, p. 31.
… à voir (précédé d'un subst. avec son attribut, d'une proposition démonstrative…). || Elle est jolie, agréable à voir (→ Motocycliste, cit. 1; mufle, cit. 5; et aussi nuée, cit. 1). || Hideux à voir (→ Obésité, cit.). || Spectacle intéressant à voir. || C'est à voir : cela mérite d'être vu. || Cela fait plaisir à voir (→ Pastèque, cit.).
(Passif). || Être vu par qqn. || Voir sans être vu.
b (Sujet n. de chose). Vieilli, littér. || « Cette hauteur voit la place, voit le rempart de la place » (Académie), de là on découvre la place, le rempart de la place.
9 Elle alla vers les fenêtres pour voir où elles donnaient; elle trouva qu'elles voyaient tout son jardin et la face de son appartement.
Mme de La Fayette, la Princesse de Clèves, t. IV.
c (Sujet n. de chose).Loc. Voir le jour : sortir de l'imprimerie, être publié, en parlant d'un ouvrage. || Ce livre, cet ouvrage n'a pas encore vu le jour. — ☑ Voir la lumière (supra cit. 13).
(Sujet n. de personne).Voir, en voir trente-six chandelles. Chandelle. — ☑ N'y voir que du brouillard, que du bleu, que du feu. Brouillard; bleu (II., A., 2.), 1. feu.Comme je vous vois, se dit pour affirmer qu'on a réellement vu et bien vu la personne ou l'objet dont on parle. || Je l'ai vu comme je vous vois. — ☑ Tel que vous me voyez. Tel (cit. 10).
Faire voir : montrer. || Faites-moi voir le chemin, le fonctionnement de cet appareil, l'endroit. Absolt. || Fais voir, vite.Faire voir à qqn comment s'y prendre, comment il faut faire. Apprendre. || « Cette obscure clarté (cit. 1)… nous fit voir trente voiles ». || Je veux lui faire voir là-dedans un abîme nouveau (→ Petitesse, cit. 2).Fig. || La passion du jeu (cit. 37) fait voir le besoin d'aventure. Apparaître (faire). || J'en suis capable, je le lui ferai bien voir. Démontrer, prouver. || Vos scrupules font voir trop de délicatesse (cit. 16). || Faire voir sa force, sa puissance. Étaler. || Sa force se fait voir.
10 Fais-lui voir mon pouvoir, fais-lui voir mon ardeur :
Son dédain est peut-être un effet de sa peur (…)
Corneille, Théodore, I, 1.
11 Ah ! je leur ferai voir si, pour donner la loi,
Il est dans ma maison d'autre maître que moi.
Molière, les Femmes savantes, IV, 5.
12 La sottise dans l'un se fait voir toute pure.
Molière, les Femmes savantes, IV, 3.
Se faire voir : se montrer (personnes). || Il faut essayer de ne pas se faire voir, de se cacher. || Il y a des endroits où il faut se faire voir (→ Refuser, cit. 10). || Se faire voir avec qqn. || Se faire voir sous son meilleur aspect, sous le jour le plus favorable.
Fam. (euphémisme pour foutre). Si vous n'êtes pas content, allez vous faire voir !, allez au diable.Va te faire voir chez (par) les Grecs (ou les Turcs…).
12.1 Vous êtes pas content avec ça ! Eh bien, allez vous faire voir par les Marocains.
R. Queneau, Zazie dans le métro, p. 109 (1959).
Laisser (cit. 4) voir : permettre qu'on voie, ne pas cacher. || Robe qui laisse voir les épaules. || Ces ouvertures ne laissaient voir qu'un arrière-plan (cit. 1) de rochers. Découvrir, dévoiler, montrer.Laisser voir son trouble. || Nous gagnerions plus de nous laisser voir tels que nous sommes. Paraître (cit. 42), révéler. || Il lui laissa voir qu'il n'était pas hostile à ce projet. Entrevoir.
d (Dans le langage religieux). || Aucun doute (cit. 28) qu'après la mort nous verrons Dieu. « — Mais, dit l'athée, je vois le soleil et je ne vois pas Dieu (cit. 8). — C'est que vous ouvrez l'œil de chair et que vous n'ouvrez pas l'œil d'esprit » (Hugo). → aussi Candeur, cit. 5. — « Bienheureux ceux qui ont le cœur pur (cit. 7), parce qu'ils verront Dieu ». || « Je vois, je sais, je crois (cit. 62), je suis désabusée ».(Le sujet est Dieu). || « Dieu voit le fond des cœurs, voit toutes choses » (Académie). || « L'Éternel (cit. 11) qui voit d'un œil profond (…) ». || « Dieu, qui voyez mon trouble et mon affliction » (cit. 3, Racine).
e Faire surgir, évoquer une image (en pensée, en imagination, par les « yeux de l'esprit »). Vision; imaginer, représenter (se), revoir. Vx. || Voir un songe. → Veiller, cit. 0.1, La Fontaine. — Mod. || Voir qqch. en songe, en rêve. → Rêver, cit. 16; échelle, cit. 7; frapper, cit. 17. — Don de voir l'avenir (→ 1. Mémoire, cit. 2) Voyance; prescience.
13 Je ne vois que des tours que la cendre a couvertes,
Un fleuve teint de sang, des campagnes désertes,
Un enfant dans les fers (…)
Racine, Andromaque, I, 2.
Spécialt. Discerner, avoir la connaissance de ce qui est caché, secret.
14 Je vous pardonne (dit le vieillard), parce que je suis celui qui voit le fond des cœurs, et que j'ai lu au fond du vôtre que vous étiez de bonne foi (…)
Diderot, Entretien d'un philosophe…, Pl., p. 1214.
Loc. Fam. Voir (qqch.) d'ici, l'imaginer. || Je vois d'ici la page de mon dossier (cit. 3). → Boisson, cit. 3; 1. mosaïque, cit. 4; swing, cit. 6.
(1772, in D. D. L.). Dans un contexte ironique. Je vois ça d'ici ! Tu vois ça d'ici ! : tu imagines ce que ça donne. → Ocre, cit. 2. — Je le vois très bien (suivi d'une proposition; → ci-dessous, g)). || Je ne vois pas ma sœur épousant ce type, ça me paraît impossible.
15 « Je le vois d'ici… » Ce que Paule voyait, quand elle pensait à son fils, c'étaient des genoux cagneux, des cuisses étiques, des chaussettes rabattues sur les souliers.
Mauriac, le Sagouin, I.
16 S'il a cru qu'une de ses bougies ne donnait pas, je le vois très bien en ce moment arrêté sur le bord de la route; démontant tout, dévissant, limant (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XXVII, p. 281.
(Dans le même sens). || Voir le moment où… : s'imaginer, se représenter le moment où (une chose va se produire). || Nous vîmes l'instant fatal où l'eau nous allait manquer (→ Nécessité, cit. 15). || J'ai vu le moment où il allait nous taper dessus.
17 J'ai vu le moment où… (…) où vous alliez me traiter d'« homme de génie » ! Ne niez pas : je vous voyais venir.
Villiers de L'Isle-Adam, Contes cruels, « Deux augures ».
f Par anal., vx. Percevoir par l'ouïe. Entendre. || A-t-on jamais rien (cit. 13) vu de plus impertinent ? || L'on voit les amants vanter toujours leur choix (cit. 2).
Mod. Voir en lisant. || « Un morceau de Montaigne, que je n'avais pas vu depuis deux ans » (→ Supérieurement, cit. 1; et aussi mondanité, cit. 2; ordonner, cit. 1; sottisier, cit. 1). || J'ai vu cela dans le journal.
18 Je vous donne la liberté de le lire tout haut (le billet), je ne l'ai point encore vu.
Molière, la Comtesse d'Escarbagnas, 4.
g Voir (qqn, qqch.), et compl. (Avec un infinitif). || Voir qqn faire qqch., en train de faire qqch. || Elle se mettait à la fenêtre pour le voir partir (→ Accouder, cit. 2). || On voit sortir et entrer une multitude de voyageurs (→ Migration, cit. 2; et aussi procession, cit. 3). || Il croyait voir qqn venir à lui (→ Personne, cit. 29). || « D'aussi (cit. 27) loin qu'il nous a vus paraître ». || Je le voyais de loin arriver (→ Recors, cit. 1; et aussi 2. souvenir, cit. 8). || J'ai vu mourir des centaines de blessés (cit. 6). || C'est triste de voir les gens qu'on aime changer (cit. 65). || Je vis ses traits s'altérer ( Aspect, cit. 6).Je l'ai vu, je lui ai vu faire cela. || « Et chaque jour encore on lui voit tout tenter » (Racine, Andromaque, I, 1). || Il prenait des notes (cit. 24), je le voyais écrire. || Il lui vit mener la conduite la plus vertueuse (→ Maritalement, cit. 1). || Je suis surpris de vous voir prétendre à cette succession (cit. 1). || Je vis tout tourner (→ Appuyer, cit. 33).« Ô dieux hospitaliers, que vois-je ici (cit. 1) paraître ? » (→ aussi Apparaître, cit. 6). || On voit peu à peu surgir cette mystérieuse architecture (→ 1. Style, cit. 17).(Avec un inf. ayant un sens passif). || Ils furent outrés de me voir refuser (cit. 1) la porte.
19 (…) cette misérable figure qu'il avait vu passer tout à l'heure (…)
R. Rolland, Jean-Christophe, Buisson ardent, II, p. 1404.
REM. L'accord de vu se fait quand le complément du verbe voir est le sujet de l'infinitif. Les voitures que j'ai vues rouler; les voitures que j'ai vu conduire. Je l'ai vu peindre; je l'ai vue peindre. → Laisser (REM. supra cit. 11).
20 (…) ceux qui l'avaient vue naître, grandir, prier et qui savaient si elle était de Dieu ou du Diable.
M. Barrès, le Mystère…, p. 183.
21 Vous l'avez vue descendre ce matin ?
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. I, XII, p. 131.
Loc. (Mil. XVIIe). Je vous (te) vois venir ! : je devine vos (tes) intentions (→ ci-dessus, cit. 17).Absolt.Voir venir (les événements) : attendre.
(Suivi d'un attribut, d'un compl. circonstanciel). Trouver. || Ceux qu'on voit défaillants de faiblesse (→ Agonie, cit. 3). || « J'ai vu les plus honnêtes gens près d'en être accablés » (→ Calomnie, cit. 5). || On le voit toujours attentif (cit. 13). || Elle me voyait entraîné par un goût irrésistible (cit. 1). || Gandhi eut la joie de voir l'Inde émue par cet appel (→ Paria, cit. 1).« Voir le dernier Romain à son dernier soupir » (→ Plaisir, cit. 15). || J'ai pitié de vous voir dans cet état. || Je ne peux pas l'abandonner (cit. 9) dans l'état de maladie où je le vois aujourd'hui. || Vous m'en voyez navré (→ 2. Pas, cit. 24), ravi : j'en suis navré, ravi (vous pouvez le constater).« Je ne puis refuser mon cœur à tout ce que je vois d'aimable » (cit. 2).
22 Voyant la nuit si pure et vous voyant si belle,
J'ai dit aux astres d'or : Versez le ciel sur elle !
Hugo, les Contemplations, II, V.
Fig. || Voir qqn (suivi d'un attribut). Connaître. || Je ne vous avais jamais vu jaloux (cit. 20).Que j'ai de joie de vous voir converti (→ Attendre, cit. 64). Savoir. || Je voudrais bien la voir mariée avec le marquis (→ Assemblage, cit. 6).
23 On peut juger si elle avait hâte de voir ce portrait terminé. Au bout de six semaines, il le fut enfin.
A. de Musset, Nouvelles, « Fils de Titien », VII.
Fam. Je voudrais (bien) vous y voir ! : (dans cet état, cette situation) vous n'agiriez pas autrement à ma place.
(Avec un compl. d'attribution). || Voir à qqn (une partie de lui-même + attribut). || Je lui vois les yeux pleins de larmes (→ Lacrymal, cit. 1).Se voir qqch. (à soi-même) : constater, trouver qu'on a. || Elle se voit mauvaise mine. || « Je me vois un amant, qui (…) » (Molière, Dom Garcie, IV, 8).
(Suivi d'une relative). || On voyait les avions qui passaient. || Je la vois qui vient vers nous.
(Suivi d'une participiale). || « Un jour l'évêque le vit faisant la charité » (Hugo).
h (Sujet n. de chose).Poét. Être le témoin de… || Cette plaine a vu un combat fameux, une bataille. Théâtre (être le).(Le compl. est un inf.). || Loin du champ qui l'a vu naître. → Arroser, cit. 11; et aussi pain, cit. 8.
(Répandu mil. XXe, attesté 1961). Cour. || « Les autos voient leur marche ralentie » (le Monde, 7 nov. 1962, in Gilbert), se ralentir. || Ces pays ont vu leur production diminuer, leur déficit croître. || Ce journal a vu son tirage augmenter. (Nombreux ex. in P. Gilbert, datés de 1961 à 1979.)
2 a Être spectateur, témoin (de qqch.). Assister (à). || Avez-vous jamais vu les courses d'Angleterre ? (→ 1. Clocher, cit. 4). || Voir une pièce de théâtre, un match de tennis. || Vous pouvez lui laisser voir ce film.Je ne puis vous dire tout ce que j'ai vu (→ Horreur, cit. 53). || J'ai vu toute la scène, le drame. || J'y suis allé seulement pour voir, en simple spectateur. — ☑ Fig. Avoir vu le feu. 1. Feu (II., 4.).Voir un pays, une ville, y aller. Visiter. || Ce matin j'ai vu l'Alhambra de Grenade (→ Imaginer, cit. 2). || Assouvi (cit. 14) de Rome, je voulus voir Naples. || Voir Naples et mourir. || Il me convie à venir voir le Musée (→ Folkloriste, cit.). || Il restait tant de choses à voir (→ Munificence, cit. 2). || J'ai envie d'aller voir cette usine (→ Tantôt, cit. 3). || C'est vraiment une chose à voir, qui mérite d'être vue.
Il faut voir. || Il faut voir, il faut avoir vu ce film : il mérite d'être vu.Par ext. Falloir (cit. 22; et supra). || Il fallait voir la façon dont il portait cette plume (cit. 4).Fam. || Faut voir ça ! : si vous aviez vu ça.
24 Ils accéléraient le trafic, se cramponnaient aux marchepieds (…) Faut voir ça.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 219.
Curieux (cit. 5) de tout voir.Allus. littér. || « Tout ce que je vois jette les semences d'une révolution qui arrivera (cit. 58) immanquablement » (Voltaire).Verrons-nous l'an deux mille ?
25 Il y a dans la Révolution française un caractère satanique qui la distingue de tout ce qu'on a vu et peut-être de tout ce qu'on verra.
J. de Maistre, Considérations sur la France, V.
26 (…) j'ai vu cette scène, je l'ai vue de mes propres yeux vue, et dans le temps je la dénonçai à l'autorité (…)
Balzac, Souvenirs d'un paria, X, Œ. diverses, t. I, p. 320.
27 Menez-moi voir les ruines, menez-moi à Sainte-Sophie, conduisez-moi aux montagnes, à la mer d'azur; je veux voir les lieux où soupirait Héro !
Mérimée, la Double Méprise, XI.
28 Qui n'a pas vu Avignon du temps des Papes, n'a rien vu.
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « La mule du Pape ».
29 (…) il fallait autre chose que des soupçons — même précis — pour autoriser une telle assurance. Julien avait « vu ». Le nier ne servait plus à rien. Seules les images enregistrées par ces yeux, pour toujours, leur conféraient désormais cette fixité insupportable.
A. Robbe-Grillet, le Voyeur, p. 214.
Loc. Voir beaucoup de pays, du pays (supra cit. 19). Voyager. || Voir le pays, le parcourir, le visiter. — ☑ Fig. et vx. Faire voir du pays à qqn, lui en faire voir de toutes les couleurs.
30 Une tortue était, à la tête légère,
Qui, lasse de son trou, voulut voir le pays.
La Fontaine, Fables, X, 2.
31 Vous vous imaginez bien qu'il en fallut alors découdre. Ils me chargèrent tous deux en même temps; mais je leur fis voir du pays.
A. R. Lesage, Gil Blas, V, I.
Par ext. || Avoir beaucoup vu : avoir acquis de l'expérience (par ses voyages, par la fréquentation de ses semblables). || « Quiconque a beaucoup (cit. 24) vu Peut avoir beaucoup retenu ». || « (…) quinconque ne voit guère N'a guère à dire (1. Dire, cit. 64) aussi… ». || Il n'a encore rien vu : il est jeune, inexpérimenté ( Ignorance). || « Un souriceau tout jeune (cit. 8) et qui n'avait rien vu ». || « J'ai trop vu, trop senti, trop aimé dans ma vie ».
Fig. En avoir vu bien d'autres (supra, cit. 142) : n'être plus étonné de rien. || En avoir vu plus d'une (épreuve, mésaventure, catastrophe…).(Dans un sens analogue).En voir, en faire voir de belles ( Beau, cit. 76), de bleues (II., 2.), de toutes les couleurs (I., 8.), de (des) vertes et de (des) pas mûres.(Ellipt.). || Il en a vu : il en a subi (des épreuves, des avanies, etc.). || Il lui en a fait voir !On n'a rien vu de pareil, de semblable : c'est une chose extraordinaire.Vous n'avez encore rien vu : vous allez voir mieux encore. || Cela dépasse tout ce qu'on a vu jusqu'ici.On aura tout vu ! : c'est le comble. || Voyez ça ! || Voyez-vous ça ? || Voyez un peu (cit. 62). || Voyez un peu le grand malheur… ! (cit. 17). || A-t-on jamais vu cela ? || Ah ! si vous aviez vu cela ! || Je voudrais bien voir ça !REM. Selon le ton employé, ces expressions peuvent marquer de l'étonnement, de l'admiration, de l'indignation, de l'ironie.
32 Voyez un peu la belle espèce !
La Fontaine, Fables, VII, 5.
33 (…) Il est étrange que la marquise souffre de telles folies (…) Le mari de cette grande fille en verra de belles !
Stendhal, le Rouge et le Noir, II, X.
34 Voyez-vous ça ! Ça sort avec sa cousine, comme c'est pur !
Proust, in R. Le Bidois, l'Inversion du sujet, p. 71.
35 Les voyageurs nous regardent avec le regard indifférent des gens qui en ont vu d'autres (…)
Prévert, la Pluie et le Beau Temps, p. 43.
36 Oui, bien crois-moi, Dubardier, Basset, Perlis et compagnie, ils ont eu le pot d'avoir affaire à des fils de paysans en 1968, sinon ils en auraient vu de toutes les couleurs.
Yanny Hureaux, la Prof, p. 246.
37 « Ah ! vous venez de trouver ça, vous… » Oui, voilà ce que c'était; vous, vous avec votre misérable cervelle de bonne femme, non, vraiment, c'est trop drôle… vraiment on aura tout vu…
N. Sarraute, Le planétarium, p. 45.
À voir ce que je vois (Molière, Tartuffe, IV, 3); à ce que je vois : d'après ce que je puis observer de mes yeux et conclure de mes observations. || À te voir, on te prendrait pour un ange (→ Plat, cit. 18).« À voir ce que l'on fut sur terre et ce qu'on laisse (…) » (→ Faiblesse, cit. 32, Vigny). Constater, observer.
38 (…) Votre religion, à ce que je vois, est donc l'arithmétique ?
Molière, Dom Juan, III, 1.
39 (…) à voir quelle douleur minait à la longue un homme toujours séparé de la terre maternelle, je me sentis une grande hâte de connaître et d'adorer la mienne (…)
A. de Vigny, Servitude et Grandeur militaires, III, VI.
Comme on le voit. || Comme on peut le voir… Constater (→ Artério-sclérose, cit. 1).
Loc. Il ferait beau voir… Beau; → Faire, cit. 209.
b Être, se trouver en présence de qqn. Rencontrer. || Voir qqn en tête à tête (→ Sagesse, cit. 14). || Comment jugerais-je un homme que je n'ai vu qu'une après-midi (cit. 3). || Je l'ai vue la semaine dernière. || « J'ai vu dans ma vie des Français, des Italiens, des Russes (…) » (→ Homme, cit. 90). || Le besoin de voir celle que j'aimais, de jouir (cit. 3) de sa présence… (→ aussi Surmonter, cit. 5). || « (…) c'est toujours une nouveauté de voir la personne aimée (…) Quelle joie de la retrouver ! » (→ Absence, cit. 7). Revoir. || « Voici l'homme qui meurt du désir (cit. 11) de vous voir ». Présenter (se). || Le jour où je t'ai vu (→ Sacrifier, cit. 7). || La première fois que je l'ai vu… (→ 1. Lire, cit. 15). || Elle l'avait déjà vu quelque part (1. Part, cit. 22; → aussi Remettre, cit. 2). || Je ne pense pas l'avoir jamais vu. || Je ne l'ai jamais vu. || Il est ravi de vous voir chez lui (→ Honorer, cit. 16).Aller voir qqn, aller le trouver, lui rendre visite. || Il allait la voir chez elle (→ Maladroit, cit. 6; apprendre, cit. 55).Le médecin allait voir un malade. || Représentant qui va voir ses clients. Visiter (→ Confrère, cit. 1; manquer, cit. 69).J'aimerais voir le directeur. || J'ai vu le ministre en audience particulière.Je viendrai vous voir de temps en temps (→ Obliger, cit. 8). || « (…) à la porte Deux hommes demandaient (cit. 18) à le voir promptement ». || Venez me voir chez (cit. 1) moi. || J'ai été en prison et vous êtes venu me voir (→ 1. Nu, cit. 9).Ne pas rencontrer la personne qu'on venait voir. Visage (trouver visage de bois).Je ne désire voir personne : je ne veux recevoir aucun visiteur. || C'est un vrai loup, un ours, un sauvage, il vit dans la retraite, ne veut voir personne. Fréquenter. || Je ne le vois plus : j'ai rompu avec lui. || Voir du monde, de la compagnie (→ Important, cit. 15). Relation (avoir des relations). || Son père tient à lui faire voir le « grand monde » (→ Fils, cit. 7). || Il ne sort guère et ne voit pas grand monde.
40 Elle vous voit, vous parle à toute heure du jour (…)
Molière, le Dépit amoureux, I, 1.
41 En vous parlant, ils (les Français) sont pleins de vous; ne vous voient-ils plus, ils vous oublient.
Rousseau, les Confessions, IV.
42 — Mais que devenez-vous donc ? Il y a une éternité qu'on ne vous a vu.
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 690.
43 — Bonjour, cher ami, s'écria la duchesse avec vivacité. Que devenez-vous, on ne vous voit plus ? Voulez-vous venir dîner demain, après-demain ?
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 684-685.
44 (…) il dit à François d'une voix alerte : « Peux-tu dîner avec moi ? Je voudrais te parler. J'aimerais te voir. »
R. Radiguet, le Bal du comte d'Orgel, p. 68.
Ce n'est pas qqn à voir, à fréquenter. — ☑ Fam. Je vous ai assez vu, se dit à quelqu'un qu'on veut chasser, congédier. — ☑ Je ne peux pas le voir, pas le voir en peinture (cit. 3) : je ne puis le souffrir, le sentir, je l'ai en aversion. Haïr.
45 (…) un jacobin, un buveur de sang, un de ces hommes qu'on ne peut pas voir.
France, le Crime de S. Bonnard, Œ., t. II, p. 386.
(Compl. n. de chose) :
46 Décidément, je ne puis voir l'Amérique en peinture : je fuis son cinéma.
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 348.
c Spécialt, vx. || Voir une femme : avoir avec elle des relations charnelles (cf. Duclos, in Littré).
47 (…) puisque ce malhonnête homme possédant des proportions gigantesques n'était pas même en possibilité de voir une femme au lieu le plus permis, et que conduit par sa méchanceté naturelle, il n'avait assurément point d'autre but que de m'estropier (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 48.
d Par ext. Trouver, rencontrer (qqch.). || Une petite lampe (cit. 10) comme on en voit dans les cuisines de campagne. Avoir (comme il y en a). || Vous n'avez, dans (cit. 22) votre vie, jamais rien vu de si beau. 1. Être (I., 2. : il n'est rien d'aussi beau), exister (il n'existe…).
e Regarder attentivement, avec intérêt. Apercevoir, considérer, examiner, observer, regarder, remarquer. || Voir le courrier. || J'ai vu des fautes dans ce texte. || Allez voir ce qui se passe en bas. || Voir tout par ses yeux. Attention (faire attention à tout), compte (tenir, se rendre), garde (prendre); inspecter. || « Sitôt qu'elles les eurent épiés (2. Épier, cit. 3) et vus (…) ». || « Je suis oiseau, voyez mes ailes » (cit. 1). || Voir un objet tel qu'il est (→ Exagérer, cit. 15). || Les amants ne voient pas les défauts (cit. 28 et 29) de leurs maîtresses.|| « Deux yeux distraits (cit. 21) / Qui, me voyant toujours, ne me voyaient jamais » (Racine). → aussi Force, cit. 84. || « Laide, plate, insignifiante (cit. 7), une de ces filles qu'on ne voit pas, à qui on ne parle pas (…) »Allus. évang. || Voir une paille (cit. 11) dans l'œil du prochain et ne pas voir une poutre dans le sien.Refuser de voir, se refuser à voir, ne pas vouloir voir qqch. (cf. Fermer les yeux à qqch., sur qqch.). Œil (supra cit. 25; → aussi Innocence, cit. 3). || Il avait pu voir bien des choses, il en soupçonnait beaucoup d'autres (→ Cacher, cit. 24). || Il faut voir cela de plus près, considérer. || Il faut voir les choses en face; voir la vérité (→ Authenticité, cit. 8). || Il ne faut pas toujours juger sur ce qu'on voit. Apparence (cit. 13).
48 (…) on ne voit rien quand on se contente de regarder.
Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse, IV, XII.
49 Goncourt disait de Renan qu'il ne voyait pas les choses et qu'il n'aurait pas été fichu de dire de quelle couleur était le papier de sa chambre (…)
L.-P. Fargue, la Lanterne magique, p. 251.
Absolt. Observer. || Il ne sait pas voir : il est mauvais observateur. || L'art de voir. || Savoir voir. || Voir et deviner. — ☑ Allus. hist. Je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu.
50 C'est pourquoi je leur parle en paraboles, parce que voyant ils ne voient pas, et entendant ils n'entendent ni ne comprennent.
Bible, l'Évangile selon saint Matthieu, XIII, 13.
51 Il n'est pour voir que l'œil du maître.
La Fontaine, Fables, IV, 21.
52 Pour réussir dans le monde (…) retenez bien ces trois maximes : Voir, c'est savoir; vouloir, c'est pouvoir; oser, c'est avoir.
A. de Musset, Comédies et proverbes, Barberine, I, 4.
53 (…) et contempler les choses,
C'est finir par ne plus les voir.
Hugo, les Contemplations, III, XXX, III.
54 Ce qui l'arrête court, c'est qu'il ne sait pas voir; il ne verrait jamais, dût-il voyager aussi longtemps qu'Isaac Laquedem, les beautés, les singularités, les traits curieux de ce qui s'étale sous ses regards.
A. de Gobineau, Nouvelles asiatiques, p. 275.
55 Apprendre à voir est le plus long apprentissage de tous les arts.
Ed. et J. de Goncourt, Journal, 1er févr. 1866, t. III, p. 15.
56 Quand on se promène, une certaine lenteur est la condition du plaisir. Des dames, qui se font conduire au Bois en grande toilette, veulent avoir le temps de voir et d'être vues.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, XII, p. 165.
Voir que… Apercevoir (s'), remarquer. || Il vit de loin que le navire (cit. 9) appareillait. || Lorsqu'elle vit que l'escalier était obscur… (→ Mouvement, cit. 35).
Voir comme… || Voyez comme il est grand, comme cet enfant est sage. Considérer, juger, observer, regarder. || Voyez comme tout est calculé au Parthénon (→ Dorique, cit. 1). || Voyez comme tous les prix s'avilissent (→ Protection, cit. 6). || « Las ! voyez comme en peu d'espace, Mignonne, elle a dessus la place, Las, las ! ses beautés laissé choir ! » (→ Durer, cit. 6, Ronsard).
(Aller, venir) voir si… : aller regarder, se rendre compte si… || Voyez, allez voir s'il est arrivé. Enquérir (s'), informer (s'). || Allez voir si tous les poêles ronflent bien. Assurer (s'), vérifier. || Il accourut voir si elle ne s'était fait aucun (cit. 1) mal. || Elle vient voir jusqu'à quel point j'endurerai son audace (→ 1. Patience, cit. 4). || « Mignonne (cit. 7), allons voir si la rose ». || (Si vous êtes incrédule) allez-y voir : allez constater par vous-même.Par ext. || Il se pesa (cit. 1) pour voir s'il n'avait pas engraissé (→ Prophétie, cit. 1).
57 Demandez pour voir ce que vous êtes à tout le monde, et vous verrez si tout le monde ne dit pas que vous n'avez rien d'homme que la ressemblance d'un magot.
Cyrano de Bergerac, Lettres satiriques, « Contre Soucidas ».
58 — Que cherchez-vous ? — Je vois
Si quelqu'un n'est point là qui pourrait nous entendre (…)
Molière, Tartuffe, II, 1.
Fam. Allez voir là-bas si j'y suis, se dit, par plais., pour se débarrasser d'un importum.
3 (Abstrait). a Souvent à l'impératif. Se faire une opinion sur (qqch.). || Voyons un peu notre affaire (cit. 8). Étudier, examiner.Voyons le suivant. Passer (à). || Voyons la suite. || Voyez ça, je n'ai pas le temps de m'en occuper. || Voyons ce que le sort m'apprête (cit. 6). || Nous verrons ce qui en arrivera (cit. 77). || Je vous verrai à l'œuvre (cit. 2). || Nous verrons qui tiendra mieux (cit. 5) parole des deux, qui rira le dernier… (→ aussi Incompétent, cit. 3; 3. sujet, cit. 9). — ☑ Prov. Qui vivra verra : celui qui vivra pourra s'en rendre compte, en juger. || Il faut voir ce qu'on peut faire.
59 — J'ai pas encore d'idée, faut que je réfléchisse (…) Ici forcément ça va pas être coton.
— Voyez ça, mais encore une fois plus de conneries.
Pierre Gombert, le Prix d'un taxi, p. 62-63.
Absolt. || Nous allons voir : nous allons considérer la chose, observer son déroulement, réfléchir avant de nous prononcer. || Nous allons voir, réfléchir (avant d'agir). || Il faut voir, nous verrons, on verra, c'est à voir.On verra bien ! : attendons la suite des événements. — ☑ Loc. Il faut attendre et voir (cf. l'angl. Wait and see).
60 On ne lutte pas contre des passions pareilles. Aussi, connaissant les hommes, ne songeait-il plus qu'à tirer le meilleur parti possible de la situation. Il fallait voir. Et il attendait.
Zola, Nana, IX.
Je voudrais bien voir ce qu'il ferait à ma place (supra cit. 26). Savoir.Iron. || « Je voudrais bien le voir vraiment que vous fussiez amoureux de moi ». → Prier, cit. 16.
61 Quelqu'un qui me barre le passage, je lui passe mon épée au travers du corps (…) Je voudrais bien voir qu'on me résistât.
Hugo, l'Homme qui rit, II, VII, I.
(Par menace). || Vous verrez de quel bois (cit. 40) nous nous chauffons. Apprendre.Ah ! non, par exemple, on allait voir ! (→ Rouler, cit. 14). || On va voir ça…, ça ne traînera guère (→ Torchon, cit. 3).
62 L'aîné le veut, l'autre le veut aussi.
— Tirons au doigt mouillé. — Parbleu non. — Parbleu si.
— Cède, ou bien tu verras. — Mais tu verras toi-même.
Florian, Fables, III, 12.
Pour voir (ce qui en adviendra, ce qui en résultera) :
63 (…) demandez-leur pour voir,
Lesquels en mariage elles veulent avoir (…)
Ronsard, Second livre des hymnes, Pollux et Castor.
64 Touchons un peu pour voir : en effet, c'est bien lui.
Molière, l'Étourdi, II, 4.
Voir que, comme, combien… Constater. || On voit bien que tu es jeune (→ Sentir, cit. 3). || Je vois que vous n'avez rien oublié. || Quant à la religion (cit. 6) je vois que c'est une chose de l'âme. Apercevoir (s'). || On voit que le calvinisme (cit. 1) commençait à gagner.Je vois que votre cœur m'applaudit (cit. 13) en secret. || J'aime (cit. 52) à voir que du moins vous vous rendiez justice.
65 Je ne vois pas, pour moi, que le cas soit pendable (…)
Molière, le Misanthrope, I, 1.
66 Hélas ! on voit que de tout temps
Les petits ont pâti des sottises des grands.
La Fontaine, Fables, II, 4.
Voir combien, comment, quel, où… || J'ai vu combien l'usage du monde donne d'aisance (→ Paraître, cit. 17). || Il ne voyait plus guère comment amener l'entretien (→ 2. Mal, cit. 3). || Je ne voyais pas quelle carrière (2. Carrière, cit. 16) pouvait s'ouvrir pour moi.
67 Voyez combien monsieur Émile Blondet est plus sage que vous ? il est dans un journal qui soutient le pouvoir (…)
Balzac, Illusions perdues, Pl., t. IV, p. 813.
Voir si… : éprouver, savoir. || Voyez si le vin est bon. || Voyons s'il osera. || Voyez si elle accepte. || C'est à vous de voir si la chose est faisable. Considérer, examiner. || Il téléphonait pour voir si elle était chez elle.
68 — (…) voudriez-vous que je commisse un tel péché ? — Tu n'as qu'à voir si tu veux gagner un louis d'or ou non (…)
Molière, Dom Juan, III, 2 (var.).
69 Voyez si mes regards sont d'un juge sévère (…)
Racine, Andromaque, III, 7.
(En incise). || Vois-tu, voyez-vous (pour appuyer une affirmation, une dénégation ou inviter à la réflexion). || Vois-tu, ce qui est beau, c'est d'être simple (→ M'amie, cit. 2). || Voyez-vous, il faut se faire une raison (cit. 65; → aussi Caboche, cit. 2; cache-cache, cit.).
70 (…) les femmes, voyez-vous, ça ne dit jamais la vérité.
Maupassant, l'Inutile Beauté, « Champ d'oliviers », III.
Voyons !, s'emploie en manière de reproche ou de prière, pour rappeler à la raison, à la réflexion, à l'ordre, marquer sa réprobation, rabrouer… Aller (allons). || Calmez-vous, voyons ! (→ Exciter, cit. 33). || Voyons, qu'est-ce qui vous prend ? (cit. 40). || Voyons, mon petit (→ Mécène, cit.).
71 — (…) Voyons, sois raisonnable. Essaye de rester seulement huit jours.
Maupassant, Pierre et Jean, VII.
72 Voyons… c'est aujourd'hui le 1er… le 15, je marie ma fille !… le 16…
E. Labiche, Un monsieur qui prend la mouche, 2.
73 Mlle Vinteuil répondit par des paroles de doux reproche : « Voyons, voyons », qui prouvaient la bonté de sa nature (…)
Proust, À la recherche du temps perdu, t. I, p. 219.
74 Voyons, voyons, voyons, cher Etienne Borne, êtes-vous un homonyme, ou êtes-vous Borne, directeur de Terre Humaine (…)
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 97.
tableau Principales interjections.
Voir (après un verbe sans compl.). Pour voir. Fam. || Voyons voir ! || Dites voir, écoute voir. || Essaie voir !
75 Le préfet des études était devant lui et lui disait : — « Monsieur Servien, voyez voir à punir l'élève Laboriette qui verse son abondance dans la poche de son voisin. »
France, les Désirs de J. Servien, XXII.
76 Demande voir aux gars ce qu'on a sonné aux Boches à Escardes (…)
R. Dorgelès, les Croix de bois, I.
77 Attendez un peu voir, me dit Françoise indignée de mon ignorance, si les lapins ne crient pas autant comme les poulets.
Proust, À la recherche du temps perdu, t. III, p. 72.
78 — Une femme blonde, continua Lulu Doumer. Trente-cinq ans. Profession ? Voyons voir. Couturière ? Non.
R. Queneau, Loin de Rueil, p. 13.
79 (…) c'est pas parce que c'est mon fils, mais écoute voir, c'est un dur.
Robert Merle, Week-end à Zuydcoote, p. 20.
b Se représenter par la pensée. Apercevoir, apprécier, comprendre, concevoir, connaître, considérer, constater, découvrir, discerner, distinguer, envisager, figurer (se), imaginer, juger, observer, regarder, représenter (se), trouver. || Nous ne voyons jamais qu'un seul côté (cit. 15) des choses. || Je ne vois pas de quoi il s'agit. || Je ne vois plus d'autre définition valable de la poésie (cit. 7). || Je ne vois rien à répondre (→ Démonstration, cit. 4). || Il ne voyait pas le moyen de s'en tirer (→ Soluble, cit.). || Voir la réalité telle qu'elle est, le monde tel qu'il est (→ Détourner, cit. 20), ce qu'on aime exactement tel qu'il est (→ Image, cit. 61). || « Quand on voit le style naturel (…) » (→ Attendre, cit. 104).
80 (…) il s'agit (…) d'examiner les causes de la maladie, et de voir les remèdes qu'on y doit apporter.
Molière, l'Amour médecin, II, 5.
81 Si l'on voyait ce qu'on aime exactement tel qu'il est, il n'y aurait plus d'amour sur la terre.
Rousseau, Émile, IV.
82 Je ne vois que Jean Giraudoux pour avoir, dans Amphitryon et La Guerre de Troie n'aura pas lieu, touché à ces mythes en les renouvelant.
Émile Henriot, Mythologie légère, p. 8.
Absolt. || L'histoire peut nous aider à mieux voir (→ Associer, cit. 28). || Tu vas voir, c'est très curieux (→ Rédacteur, cit. 2). || Ne pas voir très au delà du résultat immédiat (cit. 6). Prévoir (→ aussi Conséquence, cit. 4; faible, cit. 20). || Bien définir, c'est voir exactement sans confusion (→ Peindre, cit. 20).
Façon, manière de voir, de juger, de penser. Perspective (B.). || Jamais elle ne cherchait à imposer aux autres ses façons de voir (→ Catéchiser, cit. 1; et aussi autorité, cit. 21). || L'enfance (cit. 9) a des manières de voir, de penser qui lui sont propres. || Elle lui plaisait par ses manières de voir (→ Goût, cit. 32).
Je ne vois pas très bien de quoi il s'agit. || Vous voyez ce que je veux dire. Comprendre.
83 — Il me semble que cette maison dont nous parlions a été faite un peu arbitrairement, vous voyez ce que je veux dire (…)
M. Duras, Moderato cantabile, p. 60.
Ah ! je vois ! : je comprends fort bien (souvent iron.). || Je ne vois plus rien à dire, à ajouter. || J'ai vu le moment où il allait se mettre en colère. || Je vois un inconvénient à cela. || Je n'y vois pas d'inconvénient (→ Peuh, cit. 2). || Je n'y vois rien à redire.
84 Elle se défendit néanmoins d'y voir l'aveu d'un détachement.
Martin du Gard, les Thibault, t. II, p. 235.
Avec un compl. ou un adv. de manière. || Voir les choses avec insouciance (→ Gamin, cit. 6). || Voir avec les yeux de la foi (→ ci-dessus, I., A., 1.).Voir juste. || Voir grand (cit. 82).Voir qqch. d'un bon, d'un mauvais œil (cit. 36 et 38).Voir en bien, en mal (3. Mal, cit. 32). || Voir tout en blanc (cit. 19), en noir (cit. 23 et 46), en rose (→ 2. Rose, cit. 7).
85 Les fous et les sottes gens ne voient que par leur humeur.
La Rochefoucauld, Maximes, 414.
Voir (qqch.) à (qqn) : découvrir, remarquer (telle ou telle chose) en qqn. || Il lui voit tous les vices (→ Mâcher, cit. 6). || Cette folle audace qu'on lui voit dans la pensée (→ Matamore, cit. 1). || Il faut que le monde nous voie un cœur fraternel (→ Fraternité, cit. 6).
Voir (qqch.) en, dans (qqn, qqch.) : considérer (cette personne, cette chose) comme… || Il vit en elle une bienfaitrice (→ Maternellement, cit.; et aussi interprète, cit. 6; 1. penser, cit. 17). || Vous voyez en moi un paysan qui s'est révolté (cit. 3).Pourquoi ne voir dans la pyramide qu'un amas (cit. 2) de pierres ? || Je vois dans le système du monde un ordre qui ne se dément point (→ 3. Mal, cit. 43). || L'animosité (cit. 7) que je vois dans leurs cœurs (→ aussi Cordial, cit. 4).Je ne vois rien là qui blesse (cit. 10) la pensée.
Voir (qqch.) à, (littér.) d'après, par : déduire de… || À quoi voyez-vous cela ? À ses vêtements.Impers. || Ça se voit à ses vêtements.
86 C'est assez qu'on ait vu par là qu'il ne faut point
Agir chacun de même sorte.
La Fontaine, Fables, II, 10.
87 — (…) est-ce que vous ne trouvez pas le pain bon ?
— Au contraire, madame, répondit-il, il est fait avec de la farine d'Étampes, première qualité.
— À quoi voyez-vous cela ? lui dit Eugène.
— À la blancheur, au goût.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 889.
Emploi passif ou factitif, avec bien, mal, etc. (→ ci-dessous, p. p., A., 3.). || Il s'est fait mal voir de, par son patron, il a été mal vu de son patron. || Il fait tout pour se faire bien voir. Iron. || Tu vas te faire bien voir !
87.1 Toute autre façon de faire eût été mal vue et rapidement réprimée (…)
Camara Laye, l'Enfant noir, p. 72.
Fam. (emploi voisin de : je voudrais bien voir que… → ci-dessus cit. 61 et supra, mais syntactiquement différent). Je voudrais bien vous y voir (à ma place) : vous ne feriez pas mieux que moi.
4 Avoir à voir dans, avec… : avoir affaire, avoir à faire dans, avec… || Qu'avez-vous à voir dans ma maison ? Faire. — ☑ Fig. (seult avec pas, rien, peu; sujet n. de chose). N'avoir rien, pas grand-chose à voir : n'avoir rien de commun avec, être tout à fait différent. || La patience n'a rien à voir avec la simple attente (→ Obstination, cit. 5), ni la pruderie (cit. 4) avec la pudeur. || Ça n'a rien à voir avec le courage (→ Peur, cit. 22; et aussi relativité, cit. 1).
88 Chez vous, les hommes, la sensualité n'a pas grand'chose à voir avec les sentiments. Chez nous, tout se tient.
A. Maurois, la Terre promise, XXVI.
Absolt, fam. || Ça n'a rien à voir ! : c'est tout différent.
———
II V. tr. ind. || Voir à (et l'inf.) : songer à (faire telle chose), viser à (tel résultat), s'efforcer de (parvenir à), avoir soin de. Veiller (à). || « Voyez à nous faire souper, à nous loger » (Académie).
89 (…) quand il aura sa part, Buteau verra, j'espère, à épouser sa cousine.
Zola, la Terre, I, IV.
90 (…) nous verrons à entraîner votre oncle, par la même occasion (…)
Huysmans, l'Oblat, IV.
REM. Voir que (suivi du subj.) est vieilli. Voyez qu'il ne lui manque rien. Je vous conjure de voir que cet argent soit employé selon sa destination. Voir de est complètement sorti de l'usage. Voyez de cacheter plus soigneusement vos lettres.
Fam. Il faudrait voir à (suivi de l'inf.) : il faudrait songer à, veiller à (faire telle chose). || Il faudrait voir à te dépêcher ! (1795, j'verrons à voir, Gouffé, in D. D. L.).Pop. (même sens). Il faudrait voir à voir à (suivi de l'inf.). Absolt. || Je vais voir à voir : j'y veillerai.
91 — Faudrait voir à voir à être poli avec la dame, dit Trouscaillon.
R. Queneau, Zazie dans le métro, Folio, p. 173.
Fam. Tâcher de voir à (suivi de l'inf.) : songer à, veiller à (faire qqch.). || Tâche de voir à te grouiller. Pop. || Tâcher de voir pour que… (suivi du subjonctif).
92 (…) il ne me reste plus qu'à te dire de tâcher de voir, si ça ne t'ennuie pas trop, pour qu'on m'envoie directement ladite lettre d'avis dont tu me parles.
G. Nouveau, Lettre à E. Delahaye, 20 sept. 1909, Pl., p. 963.
——————
se voir v. pron.
1 (XVIIe, au sens fort; XIIIe, comme semi-auxiliaire). Réfl. Voir sa propre image. || Se voir dans une glace, un miroir. || Se voir en photo. || On ne se voit pas comme nous voient les autres.(Avec l'attribut d'objet, un compl.). || Quand je me suis vu dans cette mauvaise posture. || Se voir mourir : se voir soi-même en train de mourir.
93 Quelles personnes auraient commencé de s'aimer, si elles s'étaient vues d'abord comme on se voit dans la suite des années ?
La Rochefoucauld, Réflexions diverses, De l'inconstance.
94 C'est le propre d'un efféminé (…) de se voir au miroir (…)
La Bruyère, les Caractères, I, 52.
Se voir par l'imagination. || Ils se voyaient déjà morts. || Je ne me vois pas habitant là, habiter là. || Je me vois mal le suppliant, cela n'est guère possible, ne me plaît guère.
Fig. || « On se voit d'un autre (cit. 131) œil qu'on ne voit son prochain » (La Fontaine). Considérer (se), juger (se).
95 (…) nous nous voyons de trop près (pour connaître nos défauts), l'œil se confond avec l'objet, et nous ne sommes pas assez détachés de nous-mêmes pour nous considérer d'un regard distinct, et nous voir d'une pleine vue (…)
Bossuet, Sermons, M.-A. de Beauvais, II.
(XIIIe). Employé comme semi-auxiliaire. Être, se trouver en tel état, en telle situation. || Surpris de se voir chancelier (→ Anguille, cit. 4). || Elle souhaiterait de se voir sa femme (→ Jusque, cit. 7). || « Mais comme il s'est vu seul contre trois adversaires » (cit. 2). || « Je me suis vu vanté, fêté (…) puis insulté, menacé, détesté » (cit. 15). || Elle s'était vue libre de dépenser ce qu'elle voulait (→ Maniement, cit. 5). || Se voir contraint (→ Auditoire, cit. 3), forcé (→ Abus, cit. 6) de (faire telle chose). || Elle s'était vue forcée de vendre ses quatre (cit. 5) meubles.« J'aimerais mieux me voir morte que de me voir déshonorée » (cit. 21, Molière).(Suivi de l'inf.). || Il s'est vu refuser l'entrée du club (→ aussi ci-dessous, cit. 100, Duhamel).
REM. On trouve chez Littré un ex. de Vaugelas où se voir est ainsi suivi d'un verbe actif à l'inf. : « Ce qui désespérait le plus de si braves hommes, c'était de se voir assommer comme des bêtes prises dans un piège, sans pouvoir venger leur mort ». Sans le contexte qui éclaire le sens, une telle phrase serait amphibologique : se voir assommé ou bien se voir en train d'assommer. Par contre, les deux vers suivants de Racine ne présentent aucune ambiguïté :
96 Je me suis vu, Madame, enseigner ce chemin
Et par plus d'un héros et par plus d'un Romain (…)
Racine, Bérénice, V, 6.
97 Après cinq ans de tentatives et de travaux pénibles, il s'était vu possesseur d'une fortune considérable.
Balzac, la Femme de trente ans, Pl., t. II, p. 813.
98 (…) je me vis en un mot tout différent de celui qu'elle avait quitté.
E. Fromentin, Dominique, VI.
99 Comme il atteignait l'Olympia, il se vit dépassé par une femme assez épaisse (…)
Paul Morand, l'Europe galante, Mme Fredda.
100 À sa grande stupeur, le romancier s'est vu citer en justice.
G. Duhamel, Défense des lettres, II, V.
(Sujet n. de chose). Pays, collectivités. || Les Provinces-Unies se voyaient à la veille d'une guerre civile. → Arminien, cit. — (Choses concrètes, non humaines; emploi critiquable). || Certains véhicules se voient interdire l'accès de l'autoroute (nombreux ex. in Gilbert).
2 (XIIIe). Récipr. Se voir l'un l'autre. Se trouver ensemble. || Elles se sont vues sans se reconnaître. || Passer l'un près de l'autre sans se voir. || Amoureux qui se voient en cachette. Rencontrer (se).Par ext. Fréquenter (se). || Ils se voient beaucoup (→ Maintenant, cit. 3). || Se voir par habitude (cit. 27).
101 Hé bien, nous nous verrons seul à seul chez Barbin.
Molière, les Femmes savantes, III, 3.
102 Comment se sont-ils vus ? Depuis quand ? Dans quels lieux ?
Racine, Phèdre, IV, 6.
103 Ils se regardèrent quelques secondes, sans bien se voir. Chacun d'eux suivait les rebondissements de sa pensée.
Martin du Gard, les Thibault, t. I, p. 25.
Fig. || Ils ne peuvent pas se voir : ils se détestent (souvent renforcé par hyperbole : ils ne peuvent pas se voir en peinture). Sentir (se).
3 (1559). Passif. Être vu, remarqué, visible. || Une reprise qui ne se voit pas. || La lune se voyait entre les nuages. Montrer (se), paraître. — ☑ Loc. Cela se voit comme le nez au milieu de la figure, du visage. Évident, visible; sauter (aux yeux). || Elle était respectée et cela se voyait (→ Bonsoir, cit. 2). || Je pensais que ça devait se voir (→ Lettre, cit. 8).Se rencontrer, se trouver. || Cet appareil se voit encore dans les campagnes. || Les derniers écrivains qui se voient dans Paris (→ Fleurir, cit. 14). Trouver (se). — ☑ Cela se voit tous les jours : c'est une chose fréquente. || Cela ne s'est jamais vu. Arriver, survenir; présenter (se), produire (se).Fam. Mériter d'être vu. || Ce film se voit avec plaisir.Impers. || Il ne se voit rien où le goût antique (cit. 4) se fasse mieux remarquer.
104 Un coq, sans force et sans talent,
Jouissait, on ne sait comment,
D'une certaine renommée.
Cela se voit, dit-on, chez la gent emplumée (…)
Florian, Fables, IV, 22.
105 Rien ne se voyait plus, pas même des débris;
L'univers écrasé ne jetait plus ses cris.
A. de Vigny, Livre mystique, « Le déluge », III.
106 Jamais il ne se sera vu un réveillon pareil.
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « Trois messes basses », I.
——————
vu, vue
A P. p. et adj. (XIIe, veü; vu, XIVe).
1 Perçu par l'œil, le regard. || Surprendre qqch. sans être vu ( Visible). || Sans être vue de personne (→ Pénétrer, cit. 2). || Il ne peut être vu ( Invisible). || Dans aspect (cit. 10), ce qui domine c'est l'idée de l'objet qui est vu.Choses vues, de Victor Hugo (publié en 1887).Tous les points sont vus dans le champ de l'instrument.Mille gens font la foule au lever (2. Lever, cit. 3) pour être vus du prince. || Des garçons si maigres (1. Maigre, cit. 2) que, même vus de face, ils avaient l'air d'être de profil. || Ces bourgs, vus à vol d'oiseau (cit. 23) || Vu d'en haut, ce chemin… (→ Plier, cit. 1). — ☑ Loc. (V. 1830, Béranger). Ni vu ni connu : sans que personne n'en sache rien. || Ni vu ni connu je t'embrouille.
N. m.Au vu de tout le monde, au vu et au su (supra, cit. 67) de tout le monde : au grand jour. Ostensiblement, ouvertement (→ Légitimation, cit. 3).
107 (…) elle va se promener aux Tuileries au vu et au su de tout le monde; elle est toujours rentrée à quatre heures, pour l'heure de votre arrivée (…)
Balzac, la Cousine Bette, Pl., t. VI, p. 299.
C'est du déjà vu : ce n'est pas une nouveauté.Sur le vu de : en voyant.Psychiatrie. || Impression de déjà vu, de jamais vu, paramnésies survenant dans certains états confusionnels, syndrome de Korsakov par exemple.
2 (XIIe). Compris. || Une vérité vue, bien vue, à peine vue… || C'est bien vu ?(XXe). Ellipt. || Vu ? — ☑ (1760-1763, in D. D. L.). Fam. C'est tout vu : c'est bien décidé, il n'y a plus à y revenir.
3 (1655). Bien vu, mal vu : bien, mal considéré. Apprécié (→ Ricochet, cit. 3). || Il est bien vu par son patron. || Ne faites pas cela, ce serait très mal vu. Ressentir.
B
1 Prép. (Fin XIVe). Eu égard à, en considérant. || Vu son âge. || Vu les circonstances (→ Préposition, cit. 1). || Vu le nombre (→ Fortification, cit. 5; prairie, cit. 1).
108 Moi, je ne puis aller à Nohant, parce que mon temps, vu l'étroitesse de ma bourse, est calculé.
Flaubert, Lettre à G. Sand, CCXVI, 304, in Brunot.
109 (…) vu la quantité, ce n'est pas trop cher.
Flaubert, Mme Bovary, III, V.
(1690). Dr. Après avoir examiné. || Vu par la Cour les pièces mentionnées. || Vu la loi du…Subst. (N. m.). || Au vu, sur le vu des pièces.
2 Loc. conj. (1421). Vx ou régional. Vu que : étant donné que. Attendu (que).
110 (…) J'aime fort les bonnes ménagères, vu que j'ai la prétention d'en être une moi-même.
A. de Musset, Comédies et proverbes, Barberine, III, 5.
111 Je pensais bien qu'il ne dirait rien, par peur du scandale, vu qu'il est sénateur.
Maupassant, l'Inutile Beauté, Champ d'oliviers, II.
CONTR. V. Aveugle, aveugler.
DÉR. Visible, visibilité, vision, visuel, voyant, voyeur, vue.
COMP. Entrevoir, revoir; clairvoyant, m'as-tu-vu, revoyure. — Voici, voilà. — V. aussi prévoir, pourvoir, revue.
HOM. Voire. — Formes des v. virer (ils virent), visser (que je visse…) et vivre. — (De certains temps ou modes) Vairon. — Vie. — Voie, voix.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • voir — voir …   Dictionnaire des rimes

  • voir — (voir), je vois, tu vois, il voit, nous voyons, vous voyez, ils voient ; je voyais, nous voyions, vous voyiez ; je vis, nous vîmes ; je verrai ; je verrais ; vois, qu il voie, voyons, voyez ; que je voie, que nous voyions, que vous voyiez ; que… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • voir — VOIR. v. act. Appercevoir, recevoir les images des objets dans les yeux, connoistre par les yeux. Voir un objet. je voy un homme. je le voy qui vient, qui marche &c. voir clair. voir trouble. voir confusément. voir distinctement. voir de prés.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Voir — is a chain of francophone alternative weekly newspapers in the Canadian province of Quebec. The newspaper publishes separate editions in Montreal, Quebec City, Saguenay, Sherbrooke, Trois Rivières and Gatineau, all of which publish a mix of… …   Wikipedia

  • voir — Voir, neutr. gen. monosyll. Signifie vray, et vient de Verum Laþtin, et est fait comme Soir de Sero, et Veoir de Videre, et Croire de Credere, et Douloir de Dolere, Les anciens en usoyent ordinaireþment, disans il est voir, Il dit voir, Verum est …   Thresor de la langue françoyse

  • VOIR — v. a. ( Je vois, tu vois, il voit ; nous voyons, vous voyez, ils voient. Je voyais ; nous voyions, vous voyiez. Je vis. J ai vu. Je verrai. Je verrais. Voi ou vois, voyez. Que je voie ; que vous voyiez. Que je visse. Que j eusse vu. Voyant. )… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • VOIR — v. tr. Percevoir l’image des objets par l’organe de la vue. Je vois un homme. Il craint d’être vu. Cela se voit de loin. Il ne voit pas les objets à deux pas de lui. Voir la lumière. On voit le jour au travers. Je l’ai vu de mes propres yeux. Se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • voir — vt. ; se rendre compte, constater, vérifier, contrôler ; apercevoir ; remarquer ; deviner, comprendre ; assister à ; rendre visite, visiter : ivyê (Peisey 187), VAI (Aix 017, Annecy 003, Albertville 021, Arvillard 228a, Bourget Huile 289,… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Voir —  Pour l’article homophone, voir Voire. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Voir », sur le …   Wikipédia en Français

  • voir — de·voir; sa·voir; voir; res·er·voir; …   English syllables


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.